‘Le Palais du mandarin’ de Thanh-Van Tran-Nhut : Espace culinaire vietnamien et récupération postcoloniale

de Tess DO

School of Languages and Linguistics, University of Melbourne, Victoria 3010 Australia.
Email: dot@unimelb.edu.au

 

Résumé

Le Palais du mandarin (2009) est un recueil de nouvelles fictives et autobiographiques où, pour la première fois, l’auteure de polars Tran-Nhut abandonne le genre du roman policier historique et le Vietnam du XVIIe siècle pour se tourner vers des histoires de bouche et le Vietnam contemporain. Ce changement de genre littéraire et de cadre spatiotemporel recentre l’espace culinaire vietnamien au coeur d’une problématique récurrente chez l’auteure, celle de (di)gérer le passé colonial de son pays natal. À la lumière de la théorie du yin et du yang, principe d’harmonie dans la cuisine vietnamienne, et des anciens cultes et croyances du peuple vietnamien, cet article montre que c’est la cuisinière qui détient le pouvoir symbolique de réinventer, à travers ses plats équilibrés, un Vietnam précolonial et unifié. Dans cette optique, écrire, comme manger et cuisiner à la vietnamienne, s’avère être pour l’auteure un acte de résistance et de récupération postcoloniales.

Keywords

Cuisine vietnamienne, guerre du Vietnam, Indochine, nourriture, Le Palais du mandarin, récupération postcoloniale, Tran-Nhut, yin et yang

 


Thanh-Van Tran-Nhut est sans doute aujourd’hui l’une des rares écrivains français d’origine vietnamienne qui réservent dans leurs œuvres une place prépondérante à la cuisine de leur pays ancestral. Auteure de la série policière historique qui met en scène les enquêtes du mandarin Tan, Tran-Nhut a redonné vie au Dai-Viêt (le Vietnam du XVIIe siècle) grâce, entre autres, à ses descriptions sensuelles des spécialités vietnamiennes. Ce qui a été le décor exotique de ses polars s’est graduellement développé en une constante qui a attiré l’attention de ses lecteurs français. Et c’est en tant qu’ambassadrice littéraire de la gastronomie vietnamienne que Tran-Nhut a été invitée en 2009 à contribuer à la collection ‘Exquis d’écrivains’, « petite bibliothèque gourmande » réunissant une quinzaine d’auteurs qui livrent chacun son « voyage personnel au pays de la nourriture » (Pelletier, s.d.). Ainsi est né Le Palais du mandarin, un recueil de seize nouvelles dont certaines sont autobiographiques. […]

Lire l’article intégral : French Cultural Studies-2015-Do-209-19.pdf

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/04/2017

    […] ‘Le Palais du mandarin’ de Thanh-Van Tran-Nhut : Espace culinaire vietnamien et récupé… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *