‘Contes et légendes du pays d’Annam’ de Lê Văn Phát (1872- ?)

 

Note de lecture d’Henri Parmentier

 

Joli petit livre, remarquablement édité, écrit dans un français excellent et qui conserve sous une forme très agréable une série de légendes intéressantes. Quelques-unes sont des contes édifiants passés des écrits bouddhiques dans les croyances populaires. C’est d’ailleurs le reproche général qu’on peut faire à ces charmants petits récits. Trop d’entre eux n’ont guère de caractère local et pourraient provenir de tout autre pays bouddhique. Il n’en est guère qu’un ou deux comme ceux de « La mère et l’enfant » p. 167, ou la « Légende du bois d’aigle » p. 159, qui semblent se rattacher directement au pays. M. Lê-văn-Phát a encore accusé ce défaut général en terminant ces contes par des morales qui parfois d’ailleurs se rattachent assez mal au récit.

Notons quelques inexactitudes de détail ou quelques rapprochements que nous signale M. H. Maspéro : P. 16. « Le Bouddha rappela sa mère dans le Nirvana » ne peut être dit pour signifier que la femme est morte. — P. 1 13 sqq. Pour le conte « La cloche, le tam-tam et le cái-mó », le jugement par les bêtes. Il n’est pas besoin de rappeler la fable de La Fontaine ; mais il y a lieu de le comparer a un conte hindou moderne analogue. — P. 185, note 1. Il n’y a aucun rapport entre Mục-liên (Maudgalyayâna, le disciple du Buddha qui était « le premier pour, les pouvoirs magiques ») et Điạ-tạng (c’est ainsi qu’il faut lire le Địa-tạn de M. Lê-văn-Phát) qui est non le Buddha mais le Bodhisattva Ksitigarbha. La confusion est due sans doute à ce que tous deux sont descendus aux- enfers pour le salut des damnés. — P. 199. Le thần thông n’est pas une « sorte de longue-vue magique ». C’est ou plutôt ce sont les six pour voirs magiques des Buddhas qui leur permettent de voir, entendre, etc., ce qui se passe dans tous les mondes. — P. 233 sqq. Le conte intitulé « Le marsouin » a son analogue (sauf la métamorphose finale) dans l’Inde moderne ; une version provenant de l’Inde du Sud se trouve dans le petit recueil de Shovona Devi intitulé The Orient Pearls, pp. 127-137, The Foolish Vow. – P. 290. Long-Vương est le roi des eaux et des mondes sous-marins et non le roi des morts ; ce serait le Neptune et non le « Pluton des Annamites ».

Malgré ces petits défauts ce livre est oeuvre intéressante, car il serait utile que tous ces contes soient recueillis, et les indigènes qui se sont plies à nos méthodes seraient particulièrement désignés pour ce travail. M. Lê-văn-Phát a donné là un excellent exemple.

 

Pour citer : Parmentier Henri, « Le-Vân-Phat : Contes et légendes du pays d’Annam », in Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, tome 19, 1919. pp. 36-37.

Pour télécharger : Compte rendu de Contes et légendes du pays d’Annam

Trouver l’œuvre :  Contes et légendes du pays d’Annam

 

Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *