Le Fils de la baleine – CUNG Giũ Nguyên. Nouv. éd. par La Frémillerie

Note de l’éditeur

 


Années 1950. Dans un village côtier du centre du Vietnam, la vie quotidienne suit son cours. Les habitants sont dans leur quasi-totalité de simples pêcheurs, mais il y a aussi l’armateur Trân, un épicier, un médecin et, évidemment, les notables : le maire, l’instituteur, l’ancien chef de canton, le maître des cultes. La mer rejette un jour sur la plage le corps d’un jeune inconnu. On réussit à ranimer le noyé, on le soigne, on le guérit sans qu’il retrouve toutefois la mémoire de son passé. Si bien que personne ne sait d’où il vient et qui il est. Pour les villageois, notables en tête, il reste et restera un étranger au village, bien qu’il ait découvert sur le rivage une baleine échouée et soit devenu, de ce fait, le Fils de la baleine, avec tous les honneurs rituels que ce statut lui accorde. Cung Giu Nguyen est né le 20 novembre 1909 à Hué (Viêt-Nam). Il a adopté dès 1933 le français comme mode d’expression, sans pour autant abandonner le vietnamien, a pratiqué tous les genres : articles de presse, essais, récits, romans, nouvelles, poèmes. De 1928 à 1995, on recense, dans les deux langues, 258 références dans sa bibliographie, sans compter 43 œuvres inédites. Le 10 novembre 2008, douze prêtres concélébraient dans la cathédrale de Nha Trang (Viêt-Nam) la messe de funérailles de Cung Giu Nguyen, disparu le 7 novembre, à quelques jours de son centième anniversaire.

 

Source : 4e page de couverture de l’édition

Pour lire l’extrait : Le Fils de la baleine, La Frémillerie


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.