« Sous le ciel qui brûle » de Hoai Huong Nguyen

La veille du nouvel an 1954, l’oncle Chinh avait annoncé à sa femme sa décision de rejoindre l’armée populaire. Elle devait se réjouir d’entrer dans le camp de la Révolution – c’était l’éducation qu’il voulait pour son fils et sa fille : qu’ils se battent pour leur pays. Il était leur père, et rien ne lui interdisait de les emmener avec lui – il n’y avait nulle échappatoire.
Le jour de leur départ, dans un mouvement de désespoir, Tuân avait crié en français :
— Vous êtes un monstre, laissez-moi au moins dire au revoir à ma cousine. Son oncle le considéra de son regard glacé et lui répondit en vietnamien :
Mày là thằng việt gian. (Tu n’es qu’un traître à la patrie. Et il ajouta) À cause de tes paroles, je la donnerai à un homme qui n’a pas été pourri par l’Occident, même si ce doit être un illettré.

 

Le carnet Littérature vietnamienne francophone a le plaisir de dialoguer avec Hoai Huong Nguyen à l’occasion de la parution de son nouveau roman Sous le ciel qui brûle, chez Viviane Hamy. Dans ce roman, on  reconnaît le style poétique et la grande sensibilité présents dans les précédents écrits de Hoai Huong : L’ombre douce (roman, éditions Viviane Hamy, 2013), Déserts (poésie, l’Harmattan, 2008), Parfums (poésie, l’Harmattan, 2008).

Née en France, Hoai Huong – ce prénom signifie “nostalgie du pays natal” – ne manque pas d’exprimer son attachement au pays de ses ancêtres, la nostalgie des temps anciens tout en révélant sa passion pour la poésie de Nerval.

 

Place à Hoai Huong, qui nous fait partager ses réflexions à propos de sa nouvelle œuvre :

 

Sources du roman 

Dans Sous le ciel qui brûle, le personnage principal du roman, Tuân, est à la fois un exilé et un homme qui se ré-enracine dans la langue et la culture françaises au sein desquelles il trouve une manière de renaître. Au début du livre, Tuân se promène dans la forêt de Chantilly. Les sensations de la fraîcheur du bois, de la douceur du jour, l’éclat des branches printanières, lui font revenir à la mémoire le jardin de son grand-père, en déroulant l’histoire de son enfance et de tout ce qui l’a amené en France.  Sous le Ciel  qui brûle se déroule à travers le fil de la mémoire de Tuân. On est plongé dans une sorte de flux de mémoire (comme on parle de flux de conscience, stream of consciousness) qui associe le présent et le passé. Ainsi, dans le roman, on part du présent en allant vers le passé, et ce faisant, l’écriture rend le passé de nouveau présent, sous une forme différente, recomposée à partir de ce qui a été conservé, oublié et par le biais de l’imagination.

Entre prose et poésie

Le roman chemine entre prose et poésie dans l’esprit de L’ombre douce (éditions Viviane Hamy, 2013), à travers une écriture qui recherche une continuité entre ces deux formes. J’ai essayé de montrer le pouvoir magique qu’a la poésie d’apporter un étrange remède à la mort, en faisant revivre sur le papier, dans la mémoire, des êtres aimés et disparus.  C’est ainsi que ce roman vise à être une célébration de la vie, de l’imaginaire et de l’art qui se montrent plus forts que le néant. J’ai aussi voulu partager avec des lecteurs une émotion devant le monde dans ses aspects les plus paradoxaux, à la fois pleins de beauté et d’horreur. Dans le roman, la guerre ou les atrocités parfois commises au nom de principes prétendument justes, côtoient l’harmonie de la nature et la délicatesse des êtres humains… Il arrive ainsi que la tragédie joue le rôle d’un ferment pour la renaissance de la vie.

Paysages

Le roman met en relation des paysages du Valois en Picardie et de l’Annam au Vietnam. Il y a une continuité dans l’imaginaire de Tuân entre les paysages naturels de son pays et ceux qu’il découvre en France : les forêts de pins, les jardins verdoyants, les sentiers fleuris, les rivières claires et les fleuves nocturnes… Les paysages que Tuân s’est d’abord imaginés, à travers la lecture des Filles du Feu ou les poèmes de Gérard de Nerval, deviennent des lieux réels qui ne trompent pas son attente, même s’ils se révèlent différents de ce qu’il se représentait. On trouve aussi un parallélisme entre les palais ou les temples orientaux de la Citadelle impériale de Huê et l’architecture occidentale évoquée par le Château de Chantilly ou la cathédrale de Senlis, ou encore les châteaux de sable que construisent des enfants au bord de la mer.

Histoire 

Le récit est centré autour de l’Offensive du Têt à Huê, en janvier-février 1968, qui fut l’une des batailles les plus meurtrières de la guerre du Vietnam. Au premier jour de l’attaque nord-vietnamienne, Tuân est pris au piège dans la ville. Il est caché dans une cave par un vieil homme et vit la bataille retranché dans la solitude. Lorsqu’il ressort, il est frappé de plein fouet par la vision de la ville détruite et les morts. Le choc qu’il subit le pousse vers l’exil dans l’espoir de retrouver une vie nouvelle ailleurs, loin de la folie de la guerre.

Vocation poétique

A la source de la vocation poétique de Tuân, il y a l’amour énigmatique qu’il ressent pour sa petite cousine Tiên dont les traits lui rappellent sa propre mère disparue alors qu’il était un enfant. Il y a l’amitié d’une Française de Saigon, Eliane, qui l’encourage à écrire. Il y a aussi la lecture des contes de son enfance, du théâtre classique et de la poésie romantique ou symboliste, en particulier l’œuvre de Nerval qui le fascine par sa musicalité et l’idée d’une renaissance mystérieuse des âmes à travers l’art et le rêve.

 

Merci Hoai Huong Nguyen !

 

Pour citer : Giang-Huong Nguyen, "« Sous le ciel qui brûle » de Hoai Huong Nguyen," in Littérature vietnamienne francophone, 06/06/2017, https://vietlitfr.hypotheses.org/1403.

Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *