‘Fils du dragon, fille de la lune’ : une quête de réconciliation

Le carnet Littérature vietnamienne francophone a le plaisir de dialoguer avec Marie Ann Tran  suite à son spectacle Fils du dragon, fille de la lune au théâtre d’Ivry Antoine Vitez, Ivry sur Seine le 21 mai 2017. 

Fils du dragon, enfants de la lune met en scène ces mémoires enfouies des « enfants de la lune » nés en France et entremêle les souvenirs intimes avec les fils de l’histoire coloniale. Elle use de différents médiums (théâtre, musique, arts graphiques et numériques) pour évoquer ces parcours d’exil.

Place à Marie Ann, qui nous fait partager ses réflexions à propos de son œuvre.

 

Le vietnamien a été ma langue cauchemar, la musique des mots est le requiem de mon innocence d’enfant. Pour chaque son entendu, j’ai retenu des larmes. Quand la haine sur vos lèvres articulait les syllabes de votre langue natale. Votre langue de combat. Pour lutter entre vous, pour déchaîner la violence de vos conflits.

 

 

1- Pourquoi l’intitulé « Fils du dragon, fille de la lune »?

Les fils du dragon sont tous les enfants du Vietnam, mais mon frère et moi sommes nés en France…Comme mes parents pratiquaient la méthode Ogino qui prend en compte le cycle lunaire de la femme, maman a dit que quand elle est arrivée ici en France ses cycles ont été bouleversés et nous sommes arrivés , nous les « enfants de la lune » (contrairement à mes autre frères et sœurs nés au Vietnam et donc « Fils du dragon »).

2- Le mot « la quête » est prononcé plusieurs fois pendant le spectacle. De quelle quête parlez-vous?

La quête a été celle de l’histoire de mes parents, de l’histoire de mon pays d’origine et de son conflit avec la France et au final celle d’une réconciliation avec moi-même, ce que mes parents m’ont légué et pas légué ce qui me construit et fait ma richesse, mon originalité, ma force et ma fragilité dont j’ai fait la source de mon engagement artistique.

3- « Le vietnamien a été ma langue cauchemar ». Quel est votre propre sentiment par rapport à cette langue de vos parents mais qui n’est pas la vôtre ?

Le texte de Cédric Bonfils décrit bien les sentiments que je porte à cette langue, celle que mes parents utilisaient pour se disputer, se combattre.C’est une langue qu’ils m’ont rendue de ce fait tabou, la langue du conflit, de la peine, du déracinement, de la folie je n’arrive pas à l’apprendre, les mots glissent sur moi…

4-  Et pourquoi le frère fou ?

Je pense que la folie de mon frère vient de leur propre folie qui se développait au fur à mesure de l’exil notamment celle de ma mère qui était très attachée à ses enfants et plus particulièrement au petit dernier. Elle perdait petit à petit ses repères et sombrait dans une folie ou elle a entraînée mon frère. 

La naissance de la folie intervient dans un contexte et une temporalité  précis et probablement sur un individu qui en aurait de plus de prédispositions. Mon frère est très sensible et très intelligent, trop sensible, trop intelligent, trop perméable aux émotions d’autrui…

5- Votre spectacle évoquent aussi des migrants de tous les coins du monde. Comment l’exil des millions des Vietnamiens (Indochine, Guerre 1975) se rapproche des événements actuels ?

Je pense que c’est par rapport au décryptage de la folie du frère, les enfants de la 2ème ou 3ème génération d’immigration développent plus de pathologies psychotiques. Je pense que l’exil peut rendre fous et en privant par l’absence de transmission de la culture d’origine, ces enfants issus des ces vagues d’immigration les parents tout en voulant faire bien, les privent d’accès à leurs racines ce qui peut engendrer bien des problèmes d’identité d’appartenance, « ni d’ici, ni d’ailleurs » certains se raccrochent à des idéologies néfastes qui les récupèrent à des fins extrêmement dommageables. Voilà comment je fais le lien avec les événements dramatiques d’aujourd’hui.

 

Merci Marie Ann Tran !
Pour citer : Giang-Huong Nguyen, "‘Fils du dragon, fille de la lune’ : une quête de réconciliation," in Littérature vietnamienne francophone, 30/06/2017, https://vietlitfr.hypotheses.org/1433.
 

Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/07/2017

    […] Giang-Huong Nguyen, « ‘Fils du dragon, fille de la lune’ : une quête de réconciliation, » in Littérature vietnamienne francophone, 30/06/2017, https://vietlitfr.hypotheses.org/1433. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *