La pipe, le sabre et le pinceau : L’image du lettré confucéen dans la littérature « indochinoise »

par Alain Guillemin

Độc-Liệt. De cet adolescent la légende courait au pays d’Annam, et jusqu’en terre chinoise. On le disait promis à des triomphes, ce lettré fameux pour son audace et sa beauté comme pour sa science, proclamé prince des docteurs – au concours triennal dans la capitale… C’est à lui que les génies réservaient d’expulser du noble Royaume l’envahisseur.

Jules BoissièreComédiens ambulants.

 

Culture, raffinement, talent militaire, cette citation de Jules Boissière rassemble, à l’exception de la cruauté, les traits que les auteurs coloniaux prêtent aux mandarins vietnamiens, leurs adversaires. Mais quel crédit peut-on accorder à la littérature, et en particulier à la littérature coloniale considérée, à tort ou à raison, comme le produit douteux de l’imagination, des écrivains et des préjugés idéologiques des conquérants ?

Certes, la littérature présente une vision particulière de la réalité sociale, mais elle ne saurait être réduite à un reflet déformé du réel, en représentant le réel, elle le construit.

Aussi la littérature, comme d’autres produits de l’imaginaire constitue un facteur explicatif des phénomènes historiques. Plus précisément, si l’on suit Paul Bénichou, la littérature est indissociablement productrice de connaissances, dispensatrice de valeurs et source de plaisir esthétique[1]. Et faute de prendre en compte simultanément ces trois caractéristiques, on ne saurait mener à bien une critique des sources littéraires.

         C’est dans cette perspective que nous avons choisi d’analyser une des figures de la littérature coloniale « indochinoise », celle du mandarin, sous la plume de deux écrivains, Jules Boissière(1863-1897) et Albert de Pouvourville(1861-1939). Les raisons de ce choix sont triples. D’une part, Boissière et Pouvourville sont des précurseurs : l’un et l’autre ont reçu en métropole un accueil favorable et développé des thèmes qui influenceront les écrivains de la génération suivante. Tous deux possèdent du Vietnam dont ils parlent la langue une connaissance assez approfondie.

Enfin, « the last but not the least », il s’agit d’écrivains de talent.

 

  1. Histoire et littérature.

Les historiens illustrent couramment leur propos de citations littéraires qui jouent comme effet du réel. Dans un ouvrage sur la bourgeoisie française du XIXème siècle, exploitant classiquement les sources économiques et politiques, un passage bien choisi de Balzac est du meilleur effet pour soutenir l’attention du lecteur. Néanmoins, la littérature, produit de l’imagination, est restée longtemps suspecte aux historiens. En effet, elle etait réputée relever de l’illusion, de l’irréel, ou mieux, de l’idéologie, en tant que produit social second, reflet déformé de la réalité, puisque déterminé par les instances économiques et sociales.

Il ne saurait être question ici, de faire un historique de la réhabilitation de l’imaginaire dans les sciences humaines, mais les apports respectifs de Sartre et de Bachelard dont les positions antagonistes soulignent l’importance du phénomène et l’oeuvre de Gilbert Durand ont été déterminants. Pour les sociologues, la rupture introduite par Cornelius CASTORIADIS est particulièrement significative. En effet, pour l’auteur de « Institution imaginaire de la société », l’imaginaire par sa capacité à polariser l’avenir et à créer du réel apparait comme la face positive et le relai de l’idéologie. Pour reprendre ses propres termes, l’imaginaire n’est pas quelque chose d’inventé, mais quelque chose « d’inventif » et à ce titre, « exerce une emprise décisive sur le symbolique »[2].

C’est à ce titre que certains historiens des Annales prennent en compte la dimension imaginaire de la société. Tel est, notamment, le point de vue de Jacques LE GOFF « Avec l’imaginaire, nous voyons beaucoup mieux que ce qui a été longtemps considéré comme un épiphénomène, une superstructure et par conséquent, a été quelque peu précisé se retrouve au contraire très souvent à la racine des motivations historiques et révèle en profondeur les structures et notamment les structures mentales d’une époque… je crois donc qu’il va y avoir, là vraiment, enfin, un débouché authentique de l’histoire dans le monde de l’art et la littérature »[3].

Pris en ce sens, la littérature s’insère dans la nouvelle problématique du symbolique que développe notamment Jean MOLINO. Pour ce dernier, au sein du système social global, à côté du système biosocial, du système écologique et économique, du système socio-politique, il existe un système symbolique culturel qui envisage la société sous l’angle des significations et rassemble des phénomènes à première vue, divers : langage, classification des objets et des êtres, règles morales, rites et traditions du savoir-vivre, oeuvres littéraires et artistiques, etc… Le trait commun à tous ces phénomènes est la présence du symbolique, c’est à dire une structure fondamentale à l’oeuvre. Un fragment d’expérience actuelle renvoie à un autre fragment d’expérience qui demeure généralement virtuel, l’un étant la figure ou le symbole de l’autre.

Le symbolique à ce titre est bien résumé par la formule médiévale « aliquid stat pro aliquo ». Les phénomènes symboliques sont des objets du monde, comme les cailloux, ou les monuments. Plus précisément les phénomènes symboliques ont une triple forme d’existence : comme objets du monde ils ont une existence matérielle et une logique d’organisation des formes ; comme produits d’individus ou de groupes sociaux situés dans le temps et dans l’espace, ils ont une existence « poétique ». Comme oeuvres, rites ou pratiques perçus ou reçus diversement par des récepteurs multiples, ils ont une existence « esthésique » [4].

Parmi ces phénomènes symboliques, les formes symboliques artistiques présentent des traits particuliers. Ce qui les caractérise c’est qu’ils sont l’objet d’un jugement de goût qui s’exprime de la façon suivante : c’est beau ou ce n’est pas beau (jugement de valeur), cela me plaît ou cela ne me plaît pas (émotion esthétique, plaisir). Il en est bien sûr ainsi des oeuvres littéraires. Donc, pour Le Goff et Molino, la littérature ne relève pas de l’irréel ou de l’ineffable, de l’imaginaire trompeur, mais en tant que représentation que la société se fait d’elle même est, à la fois, signe, conséquence, et facteur de transformation sociale. Dans cette perspective Jacques Le Goff appelle de ses voeux la disparition de la séparation entre histoire de la littérature et histoire économique et sociale : « Il est temps d’abolir les barrières universitaires entre l’histoire pure, c’est à dire mutilée, l’histoire de la littérature, (et de la langue, ou plutôt des langues) l’histoire de l’art et des images »[5]. Or ce dépassement par fécondation mutuelle de l’histoire de la littérature et de l’histoire économique et sociale, qui réintroduit la littérature au centre du dispositif historique suppose quelques précautions méthodologiques.

La structure et le sens des oeuvres littéraires sont en partie explicables par leur insertion dans les structures sociales, y compris cette forme particulière de structuration sociale que constitue le champs littéraire défini par Pierre Bourdieu comme le lieu et l’enjeu de stratégies littéraires entre créateurs pour imposer la légitimité de leurs oeuvres[6]. Cependant la littérature est aussi tributaire d’un univers des formes qui possède son autonomie. En d’autres termes s’il y a un aller retour entreiiles oeuvres et la société qui les a vu naître, si des relations s’établissent entre des porteurs socialement et historiquement situés, les auteurs et des formes littéraires, ces dernières existent en dehors des porteurs.

D’autre part le but de l’écrivain n’est pas seulement de dire le vrai ou de décrire le réel mais de créer de la beauté. De ce fait il passe implicitement avec ses lecteurs, un pacte particulier. Ce n’est pas le pacte référentiel des historiens ou des sociologues, qui suppose une adéquation au réel assortie de procédures de vérifications mais un pacte esthétique qui n’exige que la vraisemblance, l’attestation de fictivité au service d’une cohérence esthétique. En conséquence, on ne saurait reprocher à l’écrivain de s’écarter du réel et à ses lecteurs de ne pas exiger qu’il le fasse. Il en résulte, pour l’historien des conséquences épistémologiques : l’oeuvre littéraire ne peut être assimilée à un document, puisqu’ on ne saurait rendre compte de sa structure et de sa signification en faisant abstraction des exigences formelles et esthétiques qui la caractérisent.

 

  1. Genèse du roman colonial « indochinois ».

A la fin du XIXème siècle, le développement de l’Empire français donne naissance à une nouvelle forme d’exotisme, la littérature coloniale. Certes certains écrivains avaient décrit « la colonie », tel Bernardin de St Pierre dans « Paul et Virginie » (1787) ou les médiocres romans qui mettent en scène, à partir de 1830, en Algérie, les amours entre conquérants et indigènes. Mais il faut attendre les années 80 pour que, parallèlement aux ouvrages de Loti, voyageurs missionnaires, militaires puis colons fassent rêver les métropolitaines en exaltant la conquête, en décrivant les paysages du Maghreb, d’Afrique Noire, d’Indochine et d’Océanie, ainsi que les moeurs des « indigènes ».

Dès la veille de la première guerre mondiale mais surtout dans les années 30 on assiste à une cristallisation idéologique qui se manifeste par un discours d’accompagnement qui mêle critique littéraire et défense et illustration de l’entreprise coloniale.

Dans cette entreprise deux réunionnais Marius et Ary LEBLOND[7], occupent indéniablement une place centrale. Au roman « Le Zézère » (1903) récit de la déchéance d’une servante noire, séduite et opprimée, (Paris, Eugène Fasquelle) succède une série de récits de fiction et d’ouvrages militants : en 1906, « Anthologie coloniale » (Pour faire connaître nos colonies) (Paris, Larousse, plusieurs éditions jusqu’en 1929); en 1926, « Après l’exotisme de Loti- Le Roman colonial » (Paris, VALD RASMUSSEN). Animateurs de l’association des écrivains coloniaux ils se réclament de Louis Bertrand, normalien, flaubertien, arrivé à Alger en 1891, qu’ils considèrent comme le créateur du roman colonial, avec « Le sang des races » publié en 1899. Ils auront eux mêmes de nombreux continuateurs, aussi bien essayistes, que critiques littéraires et romanciers, au premier rang desquels, Raphaël BARQUISSAU, Eugène PUJARNISCLE, Jean d’ESME et Roland LEBEL[8].

Le roman colonial, pour ses promoteurs, se donne explicitement pour but de chanter l’Empire et ses réalisations. Destiné aux métropolitains il veut contrecarrer l’influence de la littérature de voyage et dénoncer l’impréssionnisme superficiel qui est censé la caractériser. Aussi le grand ennemi est-il Pierre LOTI qualifié de « romantique » par les écrivains « coloniaux » qui se veulent héritiers du naturalisme et du roman psychologique. Ils se réfèrent d’ailleurs explicitement à ZOLA et à Paul BOURGET, artisans exemplaires de l’étude exacte des rapports sociaux. Dans cette optique, seul le natif peut accéder à une connaissance vraie de la colonie. En réalité, comme le met bien en évidence Jean Claude CARPANIN MARIMOTOU, le regard du voyageur peut déboucher, et débouche souvent, sur la critique de la situation coloniale : « Là où le roman colonial voudrait dire le travail de la civilisation, le récit de voyage dit l’horreur de l’esclavage, là où le roman colonial voudrait célébrer la grandeur de l’homme blanc… le récit de voyage en dit la dégénérescence physique et morale sous les tropiques »[9].

À l’inverse, derrière l’insistance sur les dimensions sociologiques et ethnologiques du roman colonial, apparaît un paternalisme saturé d’affectivité pour l’indigène et ses coutumes. Le discours des romanciers coloniaux, trop souvent, ne montre pas « la transformation de l’Autre en Même, mais son altérité irréductible… martèle le thème de la différence ontologique et est hanté par la peur du mèlement du métissage, présenté comme le mal absolu »[10].

Il n’est donc pas niable que la littérature coloniale prend souvent les accents d’un discours justificateur de l’entreprise de colonisation et nie à tout regard extérieur une compétence pour parler de la colonie. Mais ce n’est pas toujours le cas : certains auteurs coloniaux peuvent critiquer les tares de la colonisation, beaucoup plus rarement son principe. A l’inverse la littérature de voyage n’est exempte ni de xénophobie ni de mépris envers les indigènes ou d’exotisme facile. C’est du moins ce qui apparaît si l’on examine les diverses facettes de la littérature « indochinoise ».

Sans doute la plus récente, la litérature « indochinoise » est sans conteste une des plus riches des littératures coloniales de langue française[11]. Dès 1934 Louis MALLERET lui consacre un ouvrage substantiel[12]. Le Vietnam est connu en occident dès le XVIIème siècle, par les missionnaires, mais les rapports confidentiels qu’ils en ramènent ne sortent guère des cercles ecclésiastiques.

Un des premiers récits à connaître une certaine notoriété est sans doute celui du père Charles Emile BOUILLEVEAUX qui publie à Paris, en 1858, chez Victor PALM un ouvrage intitulé « Voyages dans l’Indochine (1848-1856). En 1867, Michel DUC CHAIGNEAU, fils de Jean Baptiste CHAIGNEAU, officier de marine au service de l’Empereur GIA LONG et de la fille métissée d’un compagnon de son pére publie à l’Imprimerie Impériale à Paris, « Souvenir de Hué » premier témoignage d’un métis sur la cour d’Annam au début du XIXème siècle. Après la prise de SAIGON par Rigault de GENOUILLY en 1859 et les débuts de la colonisation, mémoires et rapports se multiplient, mais il faut attendre la publication en 1873, année de l’intervention au TONKIN du Voyage d’exploration de Francis Garnier[13] pour que « l’interêt du public se trouve stimulé » et… « six années encore pour que le phénomène soit rentablement perceptible au niveau de l’édition »[14]. Après le « désastre » de LANGSON (1885) les grands journaux parisiens envoient des correspondants sur le terrain. Paul Bonnetain arrivé au Tonkin en 1884 pour le compte du Figaro, envoie régulièrement des articles qui seront réunis dans un ouvrage « Au Tonkin » paru en 1885. En 1886, il fait paraître, chez Fasquelle, un roman « L’Opium », qui est sans doute un des premiers récits de fiction consacré au Vietnam. Dans cette première période, celle de « l’âge héroique de la conquête », pour employer les termes de Denys LOMBARD, les auteurs, civils ou militaires venus de France, sont aussi les acteurs des explorations, des combats contre les pirates chinois ou les partisans vietnamiens, de l’installation de l’administration coloniale. Si l’on s’en tient aux auteurs qui ont écrit sur le Vietnam, Jules Boissière et Albert PUYON de Pouvourville, dont nous parlerons plus amplement ont combattu contre les pirates. Jean STAR auteur de « Tonkinades », paru en 1902 est le pseudonyme du colonel LUBANSKI, Emile NOLLY, celui du capitaine E. DETANGER, auteur de trois romans marquants : « Hiên le Maboul » (Paris, CALMANN LEVY,1909), histoire d’un tonkinois, « La barque annamite » (Paris, Fasquelle, 1910) récit de la vie d’une famille de pêcheurs, « Le chemin de la victoire » (Paris, CALMANN LEVY, 1913) chronique largement autobiographique de la vie d’un officier en Indochine.Lauréat en 1929, du prix littéraire fondé par le Gouverneur Général PASQUIER, pour « Le kilomètre 83 », le commandant VALAT (pseudonyme Henry DAGUERCHE) qui servit succéssivement en Chine, en Cochinchine et au Cambodge, met en scène la société coloniale à travers l’histoire de la construction d’une voie ferrée. Son roman très critique, ne souleva donc pas la même indignation de la bonne société coloniale que « Les civilisés » de Claude Farrère, Prix Goncourt 1905, peinture au vitriol de l’élite saïgonnaise.

Tous ces auteurs, acteurs des premières phases de la colonisation, sont ainsi des pionniers en matière littéraire. Ils vont mettre en place les thèmes, souvent dégradés en clichés et stéréotypes de la littérature coloniale « indochinoise » : « Constamment exposé à la double menace du pirate et de la « bilieuse » (i.e l’abcès au foie…) l’européen pense un temps trouver le rêve auprès de la « Congaïe » (i.e femme indigène) mais ne rencontre vraiment la paix que dans les vapeurs lénifiantes de l’opium qui, non sans un clin d’oeil à Quincey et à Baudelaire, l’amène aux portes de l’insondable sagesse asiatique »[15]. Les vertus du sage et l’attrait pour les délices de l’opium figurent d’ailleurs parmi les traits caractéristiques du lettré confucéen, sous la plume de Jules Boissière et Albert de Pouvourville.

 

  1. La pipe, le sabre et le pinceau.

Avec la Corée, le Vietnam est le seul pays, en dehors de la Chine, à avoir adopté le système mandarinal dont les élites dirigeantes sont recrutés par concours. Le système se met progressivement en place à partir de la dynastie des Ly (XIème siècle) et trouve son plein développement avec la dynastie des NGUYỄN, parvenue au pouvoir en 1802. A partir de 1825 le pays est divisé en 6 régions qui organisent des concours pour les grades de bachelier et licencié, au concours du palais sont recrutés les docteurs. Ces examens, qui consistent, pour l’essentiel, en commentaires des 5 classiques et des 4 livres ouvrent l’accès à tous les postes administratifs. Bien sûr, les fils lettrés sont avantagés mais la multiplication des écoles de village et l’accès libre aux concours permet à des candidats issus de classes populaires de parvenir aux plus hautes fonctions.

Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, même si certains projets de réforme plaident pour l’adaptation à la culture européenne, les partisans de la modernisation sont minoritaires. L’accumulation des affaires en suspend bloque le système et la vénalité des charges devient monnaie courante. Surtout, on assiste à une grave crise d’autorité. Au lendemain du traité de 1874, symbole de la faiblesse du pouvoir, les lettrés du Nord massacrent les chrétiens et se révoltent, ce qui entraîne une répression féroce de la cour de Hué. Cependant en Cochinchine (1860-1870) et en Annam et au Tonkin (1893-1895) les lettrés prennent la tête des révoltes paysannes. Jusqu’en 1895, date de la mort de PHAN DINH DUNG, ils mèneront contre la France une guérilla, qui coûtera un milliard et demi à la métropole[16].

Même si la sclérose du système est évidence les lettrés confucéens ne sauraient être assimilés, comme le prétendent les colonisateurs, à des prévaricateurs incompétents détestés par le peuple. D’ailleurs, contrairement à la Chine où fut critiqué dès le XIXème siècle puis supprimé, le système mandarinal jouit au Vietnam d’un prestige durable, jusqu’à sa suppression en 1918. Selon le romancier CHU THIEN, au seul concours d’Hanoï on dénombre 11 872 candidats en 1894, et de 1861 à 1918, se sont tenues 38 sessions de doctorat (558 docteurs) et 47 sessions tous grades confondus (5226 lauréats)[17]. Pour les représentants de la colonisation, missionnaires, militaires et fonctionnaires civils, les lettrés sont des interlocuteurs obligés et des adversaires déterminés, d’où ce mélange d’hostilité et d’admiration à leur égard qui se retrouve dans les oeuvres de Jules Boissière et Albert de Pouvourville.

Né à Nancy en 1861, issu d’une famille noble, Albert PUYON de Pouvourville, choisit comme son père la carrière militaire. Officier Saint Cyrien il démissionne en 1887 pour s’engager comme simple soldat au 2ème régiment étranger. Affecté au Tonkin il participe au combat contre les pirates chinois. Elevé au grade de Sous Lieutenant le 12 septembre 1889, en 1890, après un congé en France, il entre dans la garde civile indigène comme inspecteur de 2ème classe, au commandement de la brigade de SONTAY (Tonkin). Rapatrié en France en 1891 pour maladie (anémie palustre) il démissionne de l’armée en 1892. Jusqu’en 1939, date de sa mort, il jouera un rôle actif au sein du lobby colonial : Conseiller d’Albert SARRAULT pendant 10 ans, créateur (1894) de la Revue coloniale, fondateur, en 1904, et secrétaire général de la Revue Générale des colonies. Son oeuvre abondante – plus de cinquante titres – peut se rassembler sous quatre rubriques : Les études sur la politique coloniale, Les ouvrages consacrés à l’art et à l’histoire du Vietnam et de la Chine, des commentaires et traductions d’ouvrages taoistes, des romans et nouvelles, des recueils de poésie.

Jules Boissière, né à Clermont de l’Hérault le 12 Avril 1863, après de brillantes études secondaires à Montpellier, tente sa chance à Paris où il collabore au journal de Clémenceau « La Justice ». En 1886, secrétaire de Paul Vial, il accompagne Paul Bert, nommé Gouverneur civil de l’Annam et du Tonkin, comme commis de résidence. Apte au service il combat avec le 11ème bataillon de chasseurs puis entre dans l’administration civile. Il multiplie explorations et rapports et devient, en 1892, rédacteur en chef de la Revue Indochinoise. Il meurt prématurément d’une maladie intestinale à l’hôpital LANESSAN le 12 Août 1897. Outre « Fumeurs d’opium », dont nous parlerons plus largement il est l’auteur de recueil de poésie, en français et en provençal et de deux ouvrages publiés à titre posthume, un recueil de nouvelles « Propos d’un intoxiqué » (Paris, Louis Michard, 1911) et un recueil d’essais  » L’indochine avec les français » (Paris, Louis Michard, 1913).

« Fumeurs d’opium », recueil de nouvelles publié pour la première fois à Paris, en 1896, chez Flammarion, eut un succès considérable, bien après la mort de l’auteur. Pas moins de trois éditeurs (Louis Michel en 1909, Vald Rasmussen en 1925, Jean TERQUEM en 1926) le réeditèrent. On dispose, depuis 1993, d’un édition récente. Le succès de l’ouvrage, tient bien entendu au thème affiché par le titre, l’opium, dont l’auteur fut guéri par un médecin vietnamien, mais ce n’est pas là que réside le principal interêt de l’ouvrage. Jules Boissière, avec une finesse d’analyse souvent cruelle, met en effet en scène, toute la société coloniale. La figure du lettré apparaît dans quatre nouvelles. « La prise de LANG-XI », Cahier du sergent FANIAN, du 10ème tirailleur tonkinois, raconte la mort courageuse du « pirate ĐỌC TO ». « Comédiens ambulants » décrit le sort tragique d’une troupe de théâtre accueillie dans le village du « ĐỌC LIỆt », lettré fameux, adversaire des français, et massacrée sur son ordre. « Journal d’un fusillé » retrace l’histoire de Guy Emmanuel de CESADE, fantassin de Marine condamné à mort pour avoir déserté et pris les armes contre la France, aux côtés des lettrés vietnamiens.

Dans l’œuvre d’Albert de Pouvourville nous avons sélectionné ses deux premiers ouvrages, « L’Annam sanglant« , et « Le maître des sntences ». Comme « Fumeurs d’opium », « L’Annam sanglant » fut un ouvrage fréquemment réédité. Sous le titre «  De l’autre côté du miroir » , il fut publié en 1910 par le Éditions de Haiphong, en 1910 pr les Éditions de Monaco, en 1896 par les EÉditions de la Nouvelle revue. La même année, sous le titre « L’Annam sanglant », il passe aux Éditions Chermel, en 1998, chez l’éditeur Louis Michaud. En 1935, chez E. Figuière , il en est   à sa 45ème édition. L’oeuvre retrace la vie et la mort de LUU VINH PHUOC, chef de pavillons noirs, chargé par l’Empereur TU DUC, de mener la lutte contre les Français.È.

« Le maître des sentences », publié en 1895 chez OLLENDORF à Paris, retrace la rencontre de deux français le capitaine Jacques AYRIES et BALLY, ancien militaire devenu inspecteur des affaires indigènes, avec NGUYEN LUAT, le maître des sentences, vieux lettré imprégné de sagesse orientale, sur fond de rébellion.

Ces trois ouvrages, à caractère largement autobiographique mettent en place une figure du lettré qui influencera les écrivains postérieurs en raison de leur succès éditorial. Le lettré, concours oblige, est d’abord un homme de haut savoir et de sagesse. Luu, personnage principal de « L’Annam sanglant » a été reçu bachelier à 10 ans et docteur à 20 ans. Luat est un puits de savoir qui forme lui même ses fils. Dôc Liet, protagoniste de la nouvelle « Les comediens ambulants » a été proclamé « prince des docteurs », dans la capitale, à un âge où ses condisciples en étaient aux balbutiements. A la culture, il faut ajouter le raffinement, dans les manières, les vêtements, l’aménagement des demeures.

La consommation, intensive, de l’opium est un autre trait caractéristique. Il conduit à la sagesse, au détachement, à l’impassibilité devant la mort (execution du « Dôc To » dans « La prise de LANG XI »). Ces manières exquises n’empêchent pas la cruauté (Dôc Liet fait executer les comédiens) et une certaine passivité devant l’existence. Cependant ces lettrés sont aussi des combattants farouches et de fin stratèges, même si les plus lucides savent qu’on ne peut rien contre les français, ils font preuve d’un courage qui force l’admiration de leurs adversaires.

Cette image du lettré, se démarque de la vulgate de l’époque. Pour les voyageurs comme DUTREUIL de RHINS[18] ou les romanciers-journalistes comme Paul BONNETAIN, les mandarins sont des êtres fourbes, prévaricateurs, qui exploitent les paysans et font preuve d’une cruauté sadique. C’ est aussi l’image qu’en donne la littérature populaire qui exalte le courage et l’astuce des militaires français sur fond de tortures et de têtes coupées. Il ne faudrait cependant pas, faire de Jules Boissière et d’Albert de Pouvourville des historiens ou des ethnologues. En tant qu’écrivains ils ne visent pas à décrire exactement la réalité, ils écrivent à partir d’autres livres et sont pour employer une expression de Paul Veyne « à la recherche de filons de beauté ».

Certes Jules Boissière et Albert de Pouvourville ont une connaissance du Vietnam sans commune mesure avec celle de l’immense majorité des coloniaux. L’un et l’autre parlent le vietnamien (Jules Boissière était même réputé connaître 3000 caractères NÔM). Pendant leur séjour ils ont parcouru le pays, se sont interéssés à la littérature, à l’art, aux coutumes. L’un et l’autre méprisent ceux qui méprisent les représentants d’une civilisation millénaire. Boissière n’a pas de mots assez durs pour les administrateurs hautains, les fonctionnaires prévaricateurs et les profiteurs qui viennent « faire de la piastre ».

Cependant Jules Boissière et Albert de Pouvourville, quelle que soit la profonde compréhension qu’ils développent à l’égard des vietnamiens, ne se démarquent pas radicalement, par leur système de valeur, de l’attitude coloniale, bien caractérisée par NGUYEN VAN PHONG : sentiment de supériorité, notamment supériorité des armes, identification au groupe d’appartenance, même s’ils critiquent les « mauvais colonisateurs », idée d’une mission à accomplir dans cette terre étrangère occupée[19].

D’ailleurs, il n’est pas sans interêt de remarquer que Jules Boissière et Albert de Pouvourville ont sur la politique à adopter à l’égard des lettrés confucéens, des opinions divergentes, qui représentent les deux pôles de la politique coloniale.

Albert de Pouvourville suggère de les remplacer dans les hautes charges par des administrateurs français, dans les charges subalternes par des notables vietnamiens issus de la province qu’ils administrent. Pour lui les « mandarins de Hué » sont impopulaires auprès des villageois et n’admettront jamais d’obéir au protectorat et il termine son argumentation par ces mots : « un peuple libéral comme le nôtre ne peut être à la remorque d’une vieille tyrannie autocratique. »[20]. A l’inverse Jules Boissière prône l’administration par les lettrés vietnamiens avec leur propre système. Et déplore que l’administration coloniale n’a eu comme collaborateurs, pendant 10 ans « que des gens sans influence ou déclassés qui, n’ayant rien à perdre, s’empressent dès la première heure autour du vainqueur… des incapables dénués d’éducation et d’expérience administrative[21]. Ainsi, dans leurs oeuvres littéraires comme dans leurs écrits politiques, Boissière et Pouvourville hésitent entre deux images du mandarin, l’une positive, celle d’un administrateur compétent, érudit, patriote et héritier d’une sagesse millénaire, l’autre négative, celle d’un adversaire cruel exploitant les populations qu’ils administrent.

En cela, ils se distinguent peu des autres coloniaux. Mais Jules Boissière et Albert de Pouvourville sont aussi des écrivains, et à ce titre, n’écrivent pas seulement à partir de l’observation de la réalité, mais à partir d’autres livres. Ils trouvent déjà là des genres littéraires, des thèmes, des structures formelles, qui contribuent à fixer les caractères de leurs personnages, en ce qui nous concerne, les lettrés confucéens. Le thème du mandarin vertueux, administrateur idéal, importé en occident par les Jésuites, est défendu par Descartes et par Beyle et il culmine au siècle des lumières. Voltaire fait du lettré un modèle de la tolérance et du dévouement au bien public et QUESNAY ne peut qu’admirer une classe dirigeante dont le mérite est basé sur la seule compétence. Le public du XVIIIème siècle dévorait – c’était la lecture favorite du père de Balzac – les « Lettres édifiantes » des missionnaires partis en Chine.

Au XIXème siècle, ce courant persiste et prend d’autres formes. La lecture des orientalistes suscite chez Théophile GAUTIER une fascination pour la chine qui l’amène à mettre en scène dans « Le pavillon sur l’eau » deux amis KONAN, le négociant et TON « le lettré de la chambre de Jade ». La Chine des mandarins sert aussi de toile de fond à Villiers de l’Isle ADAM dans « L’amour suprême » qui conte les aventures de TSE I LA qui épousa la fille de l’Empereur. On pourrait multiplier les références. De ce fait, quand Jules Boissière et Albert de Pouvourville, lecteurs érudits, ont rencontré des mandarins « en chair et en os » ils les ont regardés à travers les lunettes de cette image préconstruite en occident. Mais on peut observer, une autre altération du référent social du personnage du mandarin, propre à nos deux auteurs. En effet, les lettrés confucéens qu’ils mettent en scène, à certains égards, ressemblent plus aux aristocrates français « Fin de siècle » qu’aux mandarins qu’ils ont pu connaître.

Sous les auspices du symbolisme, la littérature « fin de siècle » dresse le portrait d’une société où se dresse le spectre de la décadence, où se répand la pensée d’une fin en terme d’exténuation, où le raffinement morbide se nourrit des excès et des paradis artificiels. L’aristocrate est, par excellence, la figure représentative de cette thématique. Qu’il s’agisse de Raoule de VENERANDE, héroïne de « Monsieur Vénus », de « Monsieur de Phocas » de Jean Lorrain, et bien sûr, du personnage principal de « A rebours » des Essenites, tous trainent leur ennui raffiné dans un monde qui se meurt[22].

Or, contrairement à la majorité des écrivains coloniaux qui se rattachent le plus souvent au réalisme et au naturalisme, Boissière et Pouvourville, appartiennent à la mouvance symbolisme. En ce qui concerne Jules Boissière, cela se traduit dans les thèmes, dans les titres (« Fumeurs d’opium », « Propos d’un intoxiqué ») et dans l’écriture ; recherche du mot rare et précieux, style alambiqué. Le style de Pouvourville est plus simple, mais l’ésotérisme et l’attrait pour les doctrines secrètes sont centrals dans son oeuvre. Sans doute initié au taoisme il écrivit certaines de ses oeuvres sous le pseudonyme de MAT-GIOI (Mẵt Trới, le soleil, en vietnamien). A Nancy, il eut comme ami d’enfance Stanilas de GUIATA, (mage de l sa génération symboliste, adepte des stupéfiants) à qui il consacra un livre. C’est pourquoi, aussi bien sous la plume d’Albert de Pouvourville que dans les écrits de Jules Boissière, les mandarins vietnamiens, fumant l’opium dans le luxe morbide d’une civilisation qui meurt ont tous les traits des aristocrates français décadents, leurs modèles, couleur locale mise à part.

On voit tous les biais d’une lecture naïve qui, assimilerait l’oeuvre littéraire à un document, et prendrait pour argent comptant les descriptions et les reflexions de nos auteurs. Cependant, une fois soumise à la vigilance épistémologique de la critique, on ne saurait écarter cette source irremplaçable que constitue la littérature pour la compréhension d’une société. Plus précisément on ne saurait faire l’histoire d’une société ou d’un phénomène social, sans prendre en considération ce que nous en dit la bonne littérature et, en dépit ou à cause de sa propension à véhiculer des stéréotypes, la mauvaise également. La documentation que fournissent les trois ouvrages pris en compte sur les lettrés confucéens vietnamiens est singulièrement riche, et significative. Sur quoi nous renseigne t-elle ? D’abord sur les mandarins eux mêmes ! En dépit de l’altération du modèle par les influences littéraires occidentales, ils fourmillent de notations justes, de descriptions éclairantes, sur l’aspect physique, le mode de vie, la mentalité des lettrés, corroborées par d’autres sources. Ils nous renseignent ensuite sur les auteurs et sur leur idéologie entendue non comme « pensée —– des interêts matériels sous une fausse apparence d’autonomie », mais comme « activité de l’esprit posant des valeurs »[23]. En creux, ils nous renseignent, enfin, sur leur public, sur l’horizon d’attente des coloniaux et des métropolitains intéressés par les colonies.

La littérature coloniale, pendant l’entre deux-guerres, à suscité des commentaires et des études multiples. Après la seconde guerre mondiale, elle a disparu comme objet d’étude. Emportés par la vague anticolonialiste, les historiens l’ont écartée, l’assimilant à un expression réactionnaire de l’idéologie coloniale. Chez les spécialistes d’histoire littéraire, aux mêmes raisons, s’ajoutait la conviction, en partie erronée, qu’il s’agissait d’une littérature de second ordre. Depuis les années 70, une série d’ouvrages et de colloques, reviennent sur cet ostracisme et c’est dans ce mouvement que nous avons voulu nous inscrire. En effet, outre «  Réver l’Asie », dirigé par Denys Lombard (1993), déjà cité sont notamments parus : « Exotisme indochinois et poésie. Étude sur l’oeuvre poétique d’ Alfred Drouin, Jeanne Leuba et Albert de Pouvourville » (Patick Laude, Éditions Sudestasie, 1990) ; « L’Indochine dans la littérature française de s années vingt à 1954 » (Henri Copin, Éditions L’harmattan ,1996) ; « L’Indochine des romans » (Henri Copin, Éditions Kailash, 2000).

Surtout, certaines œuvres ont été republiées. C’est l’anthologie dirigée par Alain Quella-Villéger qui a relancé le processus. [24]   En effet son anthologis republie les œuvres suivantes : Pierre Loti, « Un pèlerin d’ Angkor » ; Claude Farrère « Les civilisés » ; Henri DaguercheYs « Le kilomêtre 83 » ; Herberd Wild « Le conquérand » ; Jean d’Esme « Les dieux rouges » ; Y textesvonne Schultz « Le sampanier de la baie d’Halong ; des textes de Jules Boissière, Albert de Pouvourville, Jean Dorsenne. Paralèllement, les éditions Kailash republient une vingtaine de romans et recueils de nouvelles parmi lesquels « L’Annam sanglant » d’Albert de Pouvourville(2014) et « Fumeurs d’opium » de Jules Boissière (1993). d’autre part « Propos d’un intoxiqué. Souvennir d’Indochine » de Jules Boissièrr a été replublié en 1997,aux Éditions Mille et une nuit (1ére édition, Louis Michaud, 1990).

 

 

Notes :

[1]          Paul Bénichou : « La Littérature comme fait et valeur » (Entretien avec Tzvetan Todorov) in Mélanges sur l’œuvre de Paul Bénichou, Paris, Gallimard, 1995, pp.153-191.

[2]          C. Castoriadis : « L’institution imaginaire de la société », Paris, Seuil, 1975, pp.177-178.

[3]          J. Le Goff : « Histoire et imaginaire », Paris, Payot, « Poésis », 1986, pp14-15.

[4]          Jean Molino : « Note sur la situation du symbole », L’arc, Georges Duby (72), 1978, pp.20-25.

            « Esquisse d’une sémiologie de la poésie », la petite revue de philosophie, Montréal, Canada(1), automne 1984, pp.1-36.

            « Les fondements syboliques de l’expérience esthétique, et l’analyse comparée, musique, peinture, poésie, littérature », Analyse musicale (4), juin 1986, pp.11-18.

            « Outil symblole, idéologie » in « Symbole et idéologie », Entretiens avec Roland Barthes, Abdallah Laroui, Jean Molino, présenté par Abdallah Bensmaïn, Rabat, Production Média, 1987, pp.79-120.

[5]          J. Le Goff, op. cit., p.18.

[6]          Pierre Bourdieu : « Les règles de l’art. Génèse et structure du chap littéraire », Paris, Seuil, 1992.

[7]          Pseudonyme de deux créoles réunionnais Georges Athenas (1877-1955) et Aimé Merlo (1880-1958), cousins et apparentés au poète parnassien Léon Derx (1838-1912) qui les introduisi dans les milieux littéraires parisiens.

[8]          Raphaël Barquissau : « L’Asie française et ses écrivains », Paris, Jean Vigneau, 1947. Eugène Pujarniscle : « Philoxénie ou la littérature coloniale », Paris, Firmin Didot, 1931. Roland Lebel : « Histoire de la littérature coloniale en France », Paris, Librairie Larose, 1931. Jean D’esme (pseudonyme du Vicomte d’Esmerard, d’une famille d’arstocrates provençaux émigrés à La Réunion ») est l’auteur de romans à succès sur Madagascar, l’Afrique et l’Indochine, obtint un premier grand succès en 1920 avec « Thi Bà fille d’Annam » (Paris, la Renaissance du livre).

[9]          Jean-Claude Carpanin Marimotou : « L’exote exotique ». Entre « Récit exotique » et  » Roman colonial », le « Roman réunionnais » in « L’exotisme ». Actes du colloque de st Denis de la Réunion dirigé par Alain Buisine, Norbert Dodille et Claude Duchet (7 mars, 11 mazrs 1988), Paris, Didier Erudition, 1988, p.264.

[10]         Jean-Claude Carpanin Marimotou, p.264.

[11]         Denys Lombard : « Prélude à la littérature indo-chinoise » in Rêver l’Asie, Paris, Edition de l’EHESS, 1993, pp.120-139. Les développements qui suivent doivent l’essentiel de leur argumentation à cette synthèse éclairante de la littérature coloniale d’Indochine.

[12]         Louis Malleret : « L’exotisme indochinois dans la littérature coloniale Française depuis 1960 », Paris, Larose, 1934, p.372.

[13]         Francis Garnier : « Voyage d’exploration en Indochine », Paris, Hachette, 1973, 2 vol. in Folio, p.580 et p.523.

[14]         Denys Lombard, op. cit., pp.120-121.

[15]         Denys Lombard, op. cit., p.123.

[16]         Charles Fourniau, Annam Tonkin (1885-1896) : Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, Paris, L’Harmattant, 1991, p.280.

[17]         Trinh Van Thao : « Vietnam, du confucianisme au communisme », Paris, L’Harmattan, 1990, p.137.

[18]         J.L. Dutreil de Rhins : « Le royaume d’aman et les ammanites », Journal de voyage, Paris, Plon, 1889.

[19]         Nguyen Van Phong : « La société vietnaiennes de 1882 à 1902 » d’après les écrites des auteurs français, Paris, PUF, 1971, p.185.

[20]         A de Pouvourville : « L’action des mandarins et le principe administratif au Tonkin », paris, Imprimerie et librairie centrale des chemins de fer, 1993, p.8.

[21]         Jules Boissière :  » L’Indochine avec les français », Paris, Louis Michard, 1913, pp.108-109.

[22]         Rachilde : « Monsieur vénus », Paris, Flammarion, 1977, 1ère éd. 1889.

            Jean Lorrain : « Monsieur de Phocas », paris, la Table Ronde, 1992 (1ère éd. 1901).

            Joris Karl Huysmans : « A rebours », paris, Folio Gallimard, 1967 (1ère éd. 1884).

[23]         Paul Benichou, op. cit., p.155.

[24]         Alain Quélla-Villléger, Indochine.Un réve d’Asie, Paris, Omnibus, 1995.

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *