Structures temporelles en vietnamien : regard croisé avec le français

par Danh Thành DO-HURINVILLE
Linguistique générale et comparée
Université de Franche-Comté, Besançon
ELLIADD EA4661

 

Résumé

Cet article est composé de trois parties, dont la première est consacrée à une étude des circonstants de temps, qui sont des moyens de localisation temporelle (localisation absolue, localisation déictique et localisation anaphorique) servant à situer les procès dans les trois époques. Quant aux marqueurs TAM, ils expriment principalement l’aspect et secondairement le temps. La deuxième partie est une analyse de quelques principales structures temporelles en vietnamien (successivité, simutalnéité, causalité, incidence, recouvrement, méronomie). La troisième et dernière partie propose une comparaison entre le vietnamien et le français, à l’aide d’extraits littéraires et de traductions.

 

Abstract

This article is composed of three parts. The first part aims at studying time adverbials, used for time localization (absolute localization, deictic localization, and anaphoric localization) serving for placing states of affairs in three periods (past, present and future). As for TAM markers, they express mainly the aspect and secondarily the time. The second part is an analysis of some main Vietnamese temporal structures (successivity, simultaneity, causality, incidence, overlap). The third and last part deals with a comparison between Vietnamese and French, through literary excerpts and translations.

 

Texte intégral en PDF: Rivages

 

1.Quelques remarques générales

Lors de la préparation de ma thèse de doctorat[1], j’ai consulté une cinquantaine de travaux, allant du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, comprenant dictionnaires, grammaires, articles, thèses, de 1651 à 2004, ce qui m’a permis de prendre conscience des deux principales approches suivantes relatives à la perception du temps en vietnamien.

L’approche traditionnelle, qui repose sur le modèle de la langue française, héritière du latin, a introduit la notion de temps au sens des trois époques (passé, présent,futur)[2]. En effet, dans le dictionnaire de Rhodes (1651) et la grammaire de Trương (1883), consacrés à la description du vietnamien, les auteurs ont indiqué que đã, đang et sẽ sont des marqueurs de temps exprimant respectivement le passé, le présent et le futur[3]. Cette approche a encore une grande influence sur les grammaires scolaires vietnamiennes[4].

L’approche non traditionnelle, quant à elle, s’inspire des modèles anglais et russe et met l’accent sur la notion d’aspect. Cao (1998) s’insurge contre le point de vue précédent en soulignant que le vietnamien est une langue sans temps grammaticaux (ou tenses), et que đã et đang sont des marqueurs d’aspect et non de temps.

Dans Do-Hurinville (2009)[5], j’ai soutenu la thèse selon laquelle đã, đang et sẽ, etc., sont des marqueurs TAM (temps, aspect, modalité)[6], qui expriment essentiellement l’aspect et la modalité, et secondairement le temps. Ces marqueurs ne sont donc pas des moyens pertinents pour localiser avec précision les procès dans les trois époques.  

Cet article est composé de trois parties. Je procéderai d’abord à une étude du rôle des circonstants de temps, puis à celle de quelques principales structures temporelles en vietnamien (successivité, simultanéité, causalité, incidence, méronomie…) à l’aide de marqueurs TAM, et enfin à celle d’extraits littéraires vietnamiens traduits en français, et inversement, ce qui permettra un regard croisé entre ces deux langues typologiquement différentes : le vietnamien, langue isolante, et le français, langue flexionnelle.  

 

2. Rôle des circonstants de temps

L’examen d’un grand nombre d’énoncés oraux et écrits m’a montré qu’une très grande quantité d’énoncés, traduisant le passé, le présent et le futur, ne sont pas pourvus de đã, đang et sẽ, que, lorsque ces marqueurs sont utilisés, ils n’expriment pas le temps, et que ce sont les circonstants de temps qui permettent de localiser avec exactitude les procès dans les trois époques en vietnamien[7].

Certains linguistes soulignent le rôle important des circonstants de temps, même dans une langue flexionnelle comme le français. Serbat (1988 : 37) écrit à ce sujet :

« Signalons que ces dateurs sont beaucoup plus précis qu’un verbe au passé qui se borne à situer le procès dans un avant-maintenant théoriquement infini »

et il explique que dans Le 2 septembre 31 avant Jésus-Christ, Octave battit la flotte de Cléopâtre à Actium, le passé est exprimé « d’une façon exacte par le syntagme nominal », c’est-à-dire par le circonstant de temps : le 2 septembre 31 avant Jésus-Christ, et « d’une façon imprécise par le verbe. La double référence à une notion unique permet ici encore une économie, par l’emploi du présent : Octave bat la flotte… ».   

Feuillet (2006 : 308) va aussi dans le même sens que Serbat, en précisant ceci :

« Les indications temporelles sont fournies par des circonstants. A ce propos, on notera que le circonstant aura toujours une plus grande précision que la forme verbale elle-même, même dans les langues où les formes verbales sont relativement précises. Un des exemples les plus célèbres est le ChiBemba ».

Ces remarques semblent corroborer celles de Benveniste (1966, 1 : 153), qui souligne clairement que « même là où un verbe existe, il peut n’avoir pas de fonction temporelle, et le temps peut s’exprimer autrement que par un verbe ».

2.1.      Les circonstants comme moyens de localisation temporelle

Les circonstants de localisation servent à localiser les procès par rapport à T0 (localisation déictique), au calendrier (localisation absolue), ou à un autre procès (localisation anaphorique)[8]. Pour illustrer le rôle localisateur des circonstants, je vais faire appel d’abord à des exemples vietnamiens et ensuite à des exemples français.

(1)     Marcel Pagnol  sinh     năm     1895,   tại        Aubagne.

          Marcel Pagnol  naître   année   1895    loc        Aubagne.

« Marcel Pagnol est né en 1895, à Aubagne »

(1a)   Marcel Pagnol  sinh     tại        Aubagne.

           Marcel Pagnol naître loc       Aubagne.

« Marcel Pagnol est né à Aubagne »

(2)                  Ngày   xưa                 có        một      ông      vua…

                      jour    ê. ancien          avoir        un       clf          roi

« Il était une fois un roi… »

(3)     Người-yêu          của      cô,               một      anh      chàng cao lớn,            trước               là         dân vác mướn…

          amoureux         de        elle                  un          clf         gars   ê. grand,      auparavant     cop       porteur

« Son amant est un grand costaud, qui a été porteur au marché… (Hạnh, NMD).

(Recueil Le héros qui pissait dans son froc, trad. française de Cao et Gillon)

Dans (1, 2 et 3), le circonstant (de type absolu) năm 1895 (en 1895), le circonstant (de type déictique) ngày xưa (jadis), le circonstant (de type anaphorique) trước (auparavant) permettent de localiser les procès dans le passé, le premier circonstant par rapport au calendrier, le deuxième par rapport à T0, le troisième par rapport au procès de la phrase précédente.

En l’absence de circonstant en (1a), le nom propre peut situer aussi le procès dans le passé. Il n’est pas obligatoire, me semble-t-il, de rendre ngày xưa (jadis) en (2) et trước (auparavant) en (3) en français : en effet, l’emploi de l’imparfait était en (2) et du passé composé a été en (3) suffit à localiser les procès dans le passé par rapport au point de référence choisi. Examinons maintenant quelques exemples français et leurs traductions vietnamiennes.

(4)                   C’était un soir de fenaison, le soir d’une journée de travail et de chaleur (Moselly).

« Buổi chiều cắt cỏ hôm ấy (= ce jour-là) (= être) buổi chiều một ngày nóng nực… »

(5)     Les caractères chinois jouaient chez nous à peu près le rôle du latin dans les pays d’Europe au Moyen Âge, avant la constitution définitive des différentes langues nationales (Phạm Quỳnh).

« Chữ nho ở nước chúng tôi ngày xưa (= autrefois) giữ vai trò (= jouer le rôle) như chữ la-tinh ở các nước Âu châu về đời Trung cổ, trước khi gây thành ra các thứ quốc âm quốc ngữ »

Les traductions vietnamiennes de (4 et 5) mettent en relief le rôle des circonstants passés en vietnamien pour rendre les procès à l’imparfait. Ces exemples français sont dépourvus de circonstants de temps, mais compte tenu du contexte, l’emploi de l’imparfait suffit à désigner le passé. Pour que les traductions soient claires, compréhensibles et sans aucune ambiguïté, les traducteurs vietnamiens se voient obligés d’ajouter le circonstant anaphorique hôm ấy (ce jour-là) en (4), ou le circonstant déictique ngày xưa (autrefois, jadis) en (5). Ces circonstants passés remplissent donc le rôle des imparfaits c’était en (4), et jouaient en (5).

(6)     […] Il a manqué à celle-ci (la langue annamite), pour produire une littérature digne de ce nom, d’être servie par un Ronsard ou par un Rabelais qui, dans des circonstances identiques, avaient su rompre avec le latin, sacrifier leur réputation d’humanistes et écrire en langue populaire qu’était le français de l’époque et qui devint, grâce à eux et à leurs continuateurs, en moins de cent ans, la langue la plus belle de l’Europe (Phạm Quỳnh).

« […] Tiếng An Nam của chúng tôi sở dĩ không thành được một nền quốc văn xứng đáng là bởi không có được những tay văn sĩ như Ronsard, Rabelais của quý quốc ngày xưa, hồi bấy giờ cái tình cảng văn chương của quý quốc cũng như ở nước chúng tôi, vậy mà các ông ấy biết đoạn tuyệt với chữ La tinh, hy sinh cái danh tiếng […]

Il est intéressant de noter que dans (6), les noms propres Ronsard et Rabelais sont repris en vietnamien avec l’accompagnement de ngày xưa (autrefois). Toutefois, ce circonstant ne me paraît pas indispensable car ces noms évoquent déjà le passé. En revanche, le recours à hồi bấy giờ (à ce moment-là), suivi du verbe biết đoạn tuyệt (savoir rompre), est nécessaire pour traduire le plus-que-parfait avaient su rompre.

(7)     Les ouvrages en quốc ngữ se multiplient chaque jour et sont des plus variés : histoire, romans, poésies, théâtre, traductions des classiques français et chinois, etc. (Phạm Quỳnh)

« Sách quốc ngữ bây giờ mỗi ngày một nhiều và đủ mọi thứ : sách sử, tiểu thuyết, thi ca, diễn kịch, dịch các cổ văn tây và tàu, v. v.

Dans (7), pour rendre le présent se multiplient, le traducteur vietnamien a pris l’initiative d’introduire bây giờ (maintenant) pour souligner qu’il ne s’agit pas d’un présent narratif, mais d’un présent contemporain de T0.

2.2.      Les circonstants comme cadres thématiques temporels

D’un point de vue syntaxique et informationnel, les circonstants, en position initiale, visent à ouvrir un espace temporel dans lequel se déroulent les procès. Autrement dit, les circonstants sont des cadres thématiques temporels. Cela rappelle la définition suivante du thème donnée par Chafe (1976 : 50) : « Typically, it would seem, the topic sets a spatial, temporal, or individual framework within which the main predication holds ».

Cao (2004) souligne que le vietnamien est une langue à thème proéminent, et que le marqueur thì est un moyen permettant de distinguer le thème du rhème. Examinons l’exemple français suivant à l’imparfait et ses traductions en vietnamien, avec et sans thì :

(8)                   Paul était journaliste.

Un énoncé à l’imparfait comme (8) sans contexte peut avoir trois interprétations possibles.

(8a)      De son vivant, Paul était journaliste.

(8a’)    « Lúc sinh thời, Paul là nhà báo »

(8a’’)   « Lúc sinh thời thì Paul là nhà báo »

Dans la première interprétation, Paul est décédé à T0. Le locuteur évoque le métier de Paul lorsque celui-ci était encore vivant. Il est nécessaire d’ajouter en (8a’) le circonstant lúc sinh thời (de son vivant) pour préciser que le procès n’est valable qu’au moment de son vivant. Il est possible d’utiliser thì en (8a’’) pour mettre l’accent sur ce circonstant et le séparer du rhème, composé du sujet (Paul) et du prédicat (là nhà báo : être journaliste).

(8b)     Avant de prendre sa retraite, Paul était journaliste.

(8b’)    « Trước khi về hưu, Paul là nhà-báo »

(8b’’) « Trước khi về hưu thì Paul là nhà-báo »

Dans la deuxième interprétation, Paul est encore vivant à T0, mais il est à la retraite. Pour évoquer son métier avant sa retraite, il est obligatoire d’ajouter trước khi về hưu (avant de prendre sa retraite) en (8b’). Le recours à thì en (8b’’) vise à souligner ce circonstant et à le distinguer du rhème, composé du même sujet et du même prédicat que dans (8a’’).

(8c)      Avant, Paul était journaliste, maintenant il est écrivain.

(8c’)    « Trước đây Paul là nhà báo, bây-giờ anh ấy là nhà văn.

(8c’’) « Trước đây thì Paul là nhà báo, bây-giờ thì anh ấy là nhà văn.

Dans la troisième interprétation, Paul est encore vivant à T0, mais il a changé de profession. Le locuteur évoque l’ancien métier de Paul dans la première proposition et son métier actuel dans la seconde proposition. Pour préciser ce changement, le locuteur vietnamien devrait ajouter trước đây (auparavant) et bây giờ (maintenant) en (8c’). Il peut postposer thì à ces circonstants, comme dans (8c’’) pour les souligner et les distinguer des rhèmes. L’emploi de cette particule modale sert à créer un effet de contraste entre être journaliste / être écrivain dans les deux propositions de (8c’’).

3.Quelques principales structures temporelles en vietnamien

J’examine ici la relation temporelle entre une phrase P et une phrase antécédente P’ avec laquelle P entretient un rapport discursif. Il s’agit d’une relation anaphorique au niveau du texte (cf. Partee, 1984)[9]. M’appuyant sur des exemples de relations rhétoriques évoquées par Molendijk et Swart (1999 : 80), je tenterai de décrire la structure temporelle vietnamienne, à l’aide d’extraits littéraires, journalistiques et oraux.

Dans Do-Hurinville (2004, 2009), je souligne que le système temporel vietnamien présente les deux situations suivantes : l’« absence de marqueur » (noté par Ø) et la « présence de marqueurs ». L’absence de marqueur signifie que les verbes (procès) ne sont précédés d’aucun marqueur TAM, alors que la présence de marqueurs indique que les verbes (procès) sont précédés de marqueurs TAM (đã, đang, rồi, sẽ…). Du point de vue statistique, je note que la fréquence d’emploi des énoncés sans marqueur (Ø) dépasse de très loin celle des énoncés avec marqueurs TAM[10].

3.1.      Narration

D’une manière générale, les relations narratives établissent un rapport temporel de postériorité : le premier événement (E1) précède le deuxième (E2), et n’est achevé que lorsque le deuxième commence. Il en va de même pour les événements postérieurs. En d’autres termes, c’est une relation de successivité, où E1 est antérieur à E2, etc. Les moyens linguistiques dont dispose le vietnamien pour exprimer la successivité sont les suivants :

Zéro-zéro-zéro-zéro (Ø-Ø-Ø-Ø)

En cas d’absence de circonstants de temps, l’ordre temporel peut être déterminé par les classes aspectuelles. En effet, les énoncés pourvus de procès perfectifs (accomplissement ou achèvement) peuvent faire progresser le temps (cf. Dowty, 1986).

(9)     Paul  Ø bước lên          cầu-thang, Ø mở         cửa,     Ø         bước vào phòng,

           Paul    monter                 escalier      ouvrir      porte                entrer          appartement

« Paul monta l’escalier, ouvrit la porte, entra dans l’appartement,

Ø           bật       đèn      và Ø    lấy       ghế             ngồi.

          allumer   lampe  et      prendre  chaise      s’asseoir

alluma la lumière et prit place sur une chaise »

(10)     Paul Ø nhận                banh,   Ø        truyền   cho             Pierre,

    Paul               recevoir        ballon               passer   donner     Pierre                                                     

« Paul reçoit le ballon, le passe à Pierre,

Pierre Ø    đưa       cho          Jean,   Jean    Ø         sút   vào           lưới.

Pierre        lancer  donner   Jean,   Jean            tirer    entrer   filet

Pierre le lance à  Jean qui tire au but »  

Les exemples (9 et 10) illustrent une relation temporelle de postériorité. Les procès, tous perfectifs, font progresser le récit. Précisons qu’une suite de procès perfectifs sans marqueurs TAM est le moyen le plus fréquemment utilisé dans la narration en vietnamien.

Cependant, ces exemples diffèrent sur le point suivant : (9) expose une progression à thème constant (Paul), alors que (10) présente une progression à thème linéaire, où le rhème de la phrase précédente devient le thème de la phrase suivante.

Zéro-zéro-rồi-zéro-zéro (Ø-Ø-rồi-Ø-Ø)

(11)   Bà ấy      Ø        nhìn     sông,   Ø         nhìn     trời,     rồi  Ø        lắc          đầu     Ø          thở dài,    Ø     nói… 

            elle               regarder fleuve            regarder ciel      accom    secouer    tête                soupirer          dire

« Après avoir scruté le fleuve et le ciel, la femme secoua la tête, soupira et dit… » 

L’exemple (11), qui indique aussi la successivité, contient un seul thème bà ấy (elle) comme dans (9). Dans ce cas, il est possible de recourir au marqueur TAM rồi en (11), qui permet de relier le deuxième procès aux trois suivants. En général, rồi, exprimant l’aspect accompli, est placé à l’endroit où le locuteur veut souligner l’achèvement du procès qui lui est antéposé, avant le début du procès suivant. Dans (11), on veut mettre l’accent sur le procès nhìn trời (regarder le ciel) par rapport au procès lắc đầu (secouer la tête).

Soulignons que rồi ne peut être utilisé que dans une suite de procès successifs qui partagent un même thème, ce qui est le cas de (9 et 11), son emploi n’étant pas possible dans (10).

Đã-zéro-zéro-zéro (Đã-Ø-Ø-Ø)

(12)   Thủ-tướng          Chính-phủ                       Phan Văn Khải           đã            đến dự     Ø    phát-biểu. (presse)

premier ministre         gouvernement         Phan Van Khai           accom        assister     et           exprimer

« Le Premier Ministre Phan Văn Khải est venu y assister et a donné son opinion »

En général, dans un extrait de presse comme (12), lorsqu’une phrase compte plus de deux procès, on antépose đã au premier ; les procès suivants sont sans marqueur TAM, selon le schéma : đã + procès 1 + Ø  + procès 2 + Ø + procès 3… L’emploi de đã, exprimant également l’aspect accompli, se rencontre dans une progression à thème constant. Toutefois, à la différence de rồi, qui ne s’utilise que dans des textes à caractère littéraire, le recours à đã est très fréquent dans la presse, surtout dans la première ligne d’un article d’actualité, où le journaliste se sert de cet auxiliaire pour insister à la fois sur l’achèvement et sur l’antériorité du premier procès par rapport à T0.

3.2.      Causalité et conséquence

La relation de causalité établit un rapport temporel d’antériorité, alors celle de conséquence indique un rapport temporel de postériorité.

Causalité (Ø-Ø)

(13)     Paul Ø gẫy          chân           Ø                bị             té                     xe đạp.           

             Paul      casser     jambe      parce que    subir        tomber     bicyclette

« Paul s’est cassé une jambe, parce qu’il est tombé de bicyclette »

Dans (13), les procès ne doivent être précédés d’aucun marqueur TAM, mais on doit utiliser la conjonction vì (parce que) pour montrer le rapport de causalité.

Conséquence (Ø-Ø)

(14)                 Paul     Ø         té                     xe đạp             nên      Ø      bị              gẫy          chân.

                         Paul                    tomber          bicyclette       donc                 subir        casser      jambe     

« Paul est tombé de bicyclette, et s’est donc cassé une jambe »

(14a)      *        Paul     Ø         té                     xe đạp             rồi       Ø         bị                     gẫy      chân.

                Paul                         tomber     bicyclette accom                    subir        casser      jambe     

(14b)     *        Paul     đã                    té                     xe đạp             và                    Ø         bị                     gẫy      chân.

                Paul         accom    tomber     bicyclette et                                             subir        casser      jambe     

Certes, (14) présente une progression à thème constant (Paul) comme dans (6, 11 et 12), mais il n’est possible de recourir ni au marqueur d’accompli rồi en (14a) ni au marqueur d’accompli đã en (14b). Autrement dit, l’emploi de ces marqueurs est exclu dans une structure qui exprime la conséquence. Seule la conjonction nên (donc, c’est pourquoi), qui explicite la conséquence, y est acceptable.

Causalité – conséquence (Ø-Ø-Ø)

(15)     Paul     bị         Ø         gẫy      chân          vì                     Ø         té                     xe đạp          nên      không Ø             chơi     đá banh           được.  

      Paul         subir            casser      jambe      parce que                  tomber                 bicyclette     donc        neg                jouer        football         pouvoir

« Paul s’est cassé une jambe à cause d’une chute de bicyclette, c’est pourquoi il n’a pas pu jouer au football »

Dans (15), le locuteur recourt aux conjonctions vì (parce que) et à nên (donc, c’est pourquoi) pour indiquer la cause et la conséquence du fait d’avoir une jambe cassée.

3.3.      Incidence / recouvrement (Ø-Đang)

Dans le cas d’un rapport d’incidence, un événement survient au moment où un autre est en train de se produire. Autrement dit, l’événement en cours recouvre temporellement l’événement qui survient. Examinons un exemple vietnamien en (16) et les traductions vietnamiennes de (17, 18 et 19) en français.

(16)     Hôm qua,   lúc               trời      đang    mưa             thì        Paul Ø tới thăm         tôi.

              hier         moment       ciel       prog       pleuvoir     conj        Paul    rendre visite moi

                        « Hier, il pleuvait quand Paul m’a rendu visite »

(17)   Sáng      hôm     sau,     Nam     đang    ngủ,          bỗng         tiếng    chuông       chùa        inh ỏi Ø           đánh thức.

            matin   jour     après  Nam        prog   dormir    soudain   bruit   cloche        pagode   ê. strident    réveiller

« Le lendemain matin, Ngoc dormait profondément, quand soudain le son strident des cloches de la pagode le réveilla »

Le rapport d’incidence et de recouvrement ne se rencontre que dans un énoncé complexe composé de deux procès : le premier, imperfectif de type activité, est précédé du marqueur progressif đang, qui permet de souligner le déroulement du procès. Le second procès, perfectif, est sans marqueur. Le choix de đang et l’absence de marqueur a pour but de mettre en relief le contraste entre un procès en cours et un procès ponctuel.

Je constate très souvent la présence de bỗng (soudain, subitement), de thì (alors) ou la combinaison thì bỗng (alors soudain), précédant les procès perfectifs, ponctuels, pour les souligner, comme dans (16 à 20).

(18)   Deux coqs vivaient en paix : une poule survint […] (Les deux coqs, La Fontaine) 

Hai anh gà trống đang sống hòa thuận, thì bỗng Ø xuất hiện một chị gà mái

(19)   Nous étions à l’étude, quand le proviseur entra. (Madame Bovary, Flaubert)

Chúng tôi đang trong phòng học thì ông hiệu-trưởng Ø bước vào

(20)   Il tambourinait contre la vitre une valse du Rhin, quand un bruit le fit se retourner […] (Mademoiselle Fifi, Maupassant) 

Hắn đang gõ nhịp lên cửa kính một điệu valse miền sông Rhin thì bỗng một tiếng động Ø khiến hắn quay lại

Le rapport d’incidence et de recouvrement se traduit en français par l’emploi du couple passé simple (aspect global) / imparfait (aspect sécant) qui désignent respectivement la survenance d’un événement et le déroulement d’un autre. Les procès au passé simple sont traduits en vietnamien par les procès sans marqueurs (Ø), tandis que ceux à l’imparfait sont rendus par les procès précédés du marqueur đang.

(21)   Một hôm, Kinh Dương Vương Ø đi chơi hồ Động Đình, Ø gặp Long nữ là con gái Long Vương. Hai người Ø kết làm vợ chồng và ítlâu sau Ø sinh được một trai Ø đặt tên là Lạc Long Quân…  (L’ancêtre Lạc Long Quân et Âu cơ)

(un jour Kinh Duong Vuong se promener lac Dong dinh rencontrer Long nu être fille Roi-Dragon Deux personne faire femme mari et peu après mettre au monde un fils poser nom être Lac Long Quan)

« Un jour, pendant que le roi Kinh Dương Vương se promenait à la surface du lac Động đình, il rencontra Long nữ, fille du Roi-Dragon. Ils se marièrent et peu après leur naquit un fils qui reçut le nom de Lạc Long Quân… »

(21a) Một hôm, Kinh Dương Vương đang đi chơi hồ Động Đình thì Ø gặp Long nữ là con gái L. Vương […]

Rappelons qu’en cas d’absence de circonstants de temps, l’ordre temporel peut être déterminé par les classes aspectuelles (cf. Dowty, 1986). Les procès perfectifs (accomplissement ou achèvement) peuvent faire progresser le temps, tandis que les procès imperfectifs (activité, état) ne le peuvent pas. En appliquant cette règle à l’étude de la première phrase de (21), je note, bien que le premier procès đi chơi (se promener) ne soit pas précédé de l’auxiliaire đang, qu’il englobe toutefois temporellement le deuxième procès gặp (rencontrer), et que le premier procès, imperfectif, ne fait pas avancer le récit, alors que le deuxième procès, perfectif, peut le faire. En d’autres termes, cette phrase illustre aussi le rapport recouvrement / incidence : le premier procès en cours encapsule le deuxième procès qui survient.

Notons qu’on peut très bien modifier cette phrase comme dans (21a), où on peut ajouter le marqueur đang pour mettre l’accent sur le déroulement du premier procès.

En résumé, j’ai choisi l’extrait (21) car il illustre une des principales difficultés rencontrées par le traducteur vietnamien dans l’exercice de thème. En effet, cet exemple contient cinq procès dépourvus de marqueur. Lorsqu’on rend cet extrait en français, on doit examiner la nature de ses procès. Le premier procès, imperfectif, doit ainsi être rendu par l’imparfait, alors que les quatre autres, perfectifs, doivent être traduits par le passé simple.

3.4.    Arrière-plan avec Đang

(22)   Ngoài     trời        tuyết    đang    rơi.            Cây-cối           đang    mặc           một      lớp áo          trắng        mịn màng.

         dehors    ciel        neige   prog     tomber     arbres               prog    s’habiller    un        couche       ê. blanc      ê. soyeux

« Dehors il neigeait. Les arbres étaient couverts d’une nappe blanche soyeuse »

(23)   Một        buổi chiều       thứ bẩy,         Trường BH      đang       ở                      trong       cảnh          nhộn nhịp.

            un         après-midi     samedi             Ecole BH          prog       se trouver      dans      ambiance   ê. animée

« C’était un samedi après-midi, l’ambiance de l’école Bảo Hộ était très animée »

Le recours à đang peut se rencontrer au début d’une nouvelle ou d’un roman, comme en témoignent (22 et 23), pour dresser l’arrière-plan ou le cadre introductif dans lequel se déroule la trame narrative.

3.5.      Méronomie (Đã-Ø-Ø-Ø)

Molendijk et Swart (op. cit.) notent que « x est dans un rapport méronomique avec y si x est un élément constitutif ». Saussure (1998), quant à lui, recourt à la notion d’« encapsulation »[11], qui signifie que « un prédicat événementiel enrichit sa dénotation par d’autres prédicats dont la référence temporelle est incluse dans celle du prédicat événementiel initial ». L’extrait (24) illustre un rapport méronomique ou un rapport d’encapsulation.

(24)   Từ  năm 1878, máy đánh chữ đã cải tiến nhiều (P1). Một máy đánh chữ không gây tiếng động Ø được phát minh năm 1920 (P2). Máy đánh chữ xách tay cũng Ø ra đời (P3). Máy đánh chữ bằng điện Ø giúp đánh nhanh chóng và dễ dàng (P4). Một máy đánh chữ khác, máy varitype, Ø cho phép người sử dụng… (P5). (Lê Minh Quốc)

« Depuis 1878, la machine à écrire s’est beaucoup perfectionnée (= P1). Une machine à écrire silencieuse a été inventée en 1920 (= P2). La machine à écrire portative a vu le jour également (= P3). La machine à écrire électrique a aidé à taper rapidement et facilement (= P4). Une autre machine à écrire, la varitype, a permis aux usagers de… (= P5) ».

L’exemple (24), qui compte cinq phrases (P1, P2, P3, P4 et P5), présente une progression à thème constant : máy đánh chữ (la machine à écrire). P1 est une phrase « encapsulante », alors que P2, P3, P4 et P5 sont des phrases « encapsulées », pour les raisons suivantes :

–    le circonstant từ năm 1878 (depuis 1878) englobe temporellement les quatre autres phrases, qui, en d’autres termes, se déroulent à l’intérieur de cette enveloppe temporelle.

–    Le thème máy đánh chữ (la machine à écrire), annoncé dans P1, est repris ensuite  dans P2, P3, P4 et P5.

–    Le prédicat cải tiến (se perfectionner) dans P1 est développé dans les prédicats de P2 : được phát minh (être inventé), P3 : ra đời (voir le jour), P4 : giúp đánh (aider à taper) et P5 : cho phép (permettre à)

D’un point de vue aspectuel, l’auteur recourt au marqueur d’accompli đã dans P1, alors que les P2, P3, P4 et P5 ne sont pas pourvus de ce marqueur.

(25)   12 giờ 30 chiều  thứ năm, siêu sao Ronaldo đã lên chức bố (P1). Cô vợ M. Dominguez Ø hạ sinh cậu con trai (…) tại bệnh viện M. Milan (P2). Hai vợ chồng Ø quyết định đặt tên cho cục cưng là RDN De Lima (P3).

« Jeudi à 12 heures 30, la super star Ronaldo est devenue père (= P1). Sa femme M. Dominguez a mis au monde un garçon (…) à l’hôpital M. de Milan (= P2). Le couple a décidé de donner à son fils chéri le nom de RDN de Lima (= P3) » (Ronaldo lên chức, Thanh Niên, 09/04/2000)

L’extrait de presse (25), qui présente un autre cas de figure, comporte trois phrases. La première P1 avec le marqueur đã sert de résumé à cet article, car après l’avoir lu, le lecteur a compris l’essentiel et n’a peut-être pas besoin de lire la suite du texte. Il connaît déjà les informations principales liées à l’identité du personnage (Ronaldo), à l’événement lên chức bố (devenir père) ainsi qu’à la date de l’événement 12 giờ 30 chiều thứ năm (A 12h30 jeudi). Autrement dit, P1 est une phrase autonome qui n’a besoin d’aucun contexte précédent. Les deux autres phrases dépourvues de marqueurs servent à développer le contenu de la première phrase. C’est pour cette raison que (25) peut illustrer un rapport partie – tout ou un rapport méronomique.

En résumé, les exemples (24 et 25) présentent le modèle suivant : Đã-Ø-Ø-Ø, etc. On se sert de đã dans la phrase « encapsulante » et de zéro (Ø) dans les phrases « encapsulées ».

3.6.      Incidence-antériorité-prospectif-recouvrement

(26)   Khi Triệu-Đà Ø sang đánh An-Dương-Vương thì ở bên Tầu nhà Tần đã suy nhà Hán sắp lên làm vua nước Tầu đang vào lúc đại loạn.

« Lorsque Trieu Da vint attaquer An Duong Vuong, alors en Chine la dynastie des Tân avait décliné, la dynastie des Hán allait monter sur le trône, la Chine entrait dans une crise profonde » (L’Histoire du Viêt Nam, Trần Trọng Kim).

L’extrait (26) présente une relation temporelle plus complexe (incidence, antériorité, prospectif, recouvrement) que celle rencontrée dans les exemples précédénts. Cet exemple contient les quatre procès suivants : sang đánh (venir attaquer), suy (décliner), lên làm vua (monter sur le trône) et vào (entrer). Le premier procès sang đánh (venir attaquer) sans marqueur sert de point de repère (attaque de Triêu Dà en 208 av. J. C.) aux trois autres procès avec marqueurs. Le marqueur đã (aspect accompli) exprime l’achèvement du deuxième procès suy (décliner) par rapport au premier procès. Le marqueur sắp (aspect imminentiel) indique que le troisième procès lên làm vua (monter sur le trône) va bientôt se produire par rapport au premier procès. Le marqueur đang (aspect progressif) souligne que le dernier procès vào lúc đại loạn (entrer dans une crise profonde) est concomitant du premier procès. En d’autres termes, le dernier procès recouvre temporellement le premier procès-repère. Dans ces types de relation aspecto-temporelle, le recours aux marqueurs TAM (Đã-Sắp-Đang) est indispensable.

4.Regard croisé avec le français au niveau textuel

Après avoir présenté le rôle des circonstants de temps en (§1) et quelques principales structures temporelles en vietnamien en (§2), je procède maintenant à une étude comparative entre le vietnamien et le français. J’ai donc choisi deux extraits littéraires, l’un français (exemple 27), l’autre vietnamien (exemple 28).

(27)   Quand le père Leras, teneur de livres chez MM.Labuze et Cie, sortit du magasin, il demeura quelques instants ébloui par l’éclat du soleil couchant. Il avait travaillé tout le jour sous la lumière jaune du bec de gaz, au fond de l’arrière boutique, sur la cour étroite et profonde comme un puits. La petite pièce où depuis quarante ans il passait ses journées était si sombre que, même dans le fort de l’été, c’est à peine si on pouvait se dispenser de l’éclairer de onze heures à trois heures. […].

  1. Leras, depuis quarante ans arrivait, chaque matin, à huit heures, dans cette prison ; et il y demeurait jusqu’à sept heures du soir, courbé sur ses livres, écrivant avec une application de bon employé. […]

Les jours, les semaines, les mois, les saisons, les années s’étaient ressemblés. A la même heure, chaque jour, il se levait, partait, arrivait au bureau, déjeunait, s’en allait, dînait et se couchait, sans que rien eût jamais interrompu la régulière monotonie des mêmes actes, des mêmes faits et des mêmes pensées (Promenade, Maupassant).

Lão Lơ-rát, nhân viên giữ sổ sách của hãng La-buy-dơ và Công ty, Ø bước ở cửa hiệu ra, Ø đứng yên một lát, lóa mắt vì ánh mặt trời tà rực rỡ. Suốt ngày lão ta Ø làm việc dưới ánh sáng vàng khè của ngọ đèn hơi, tận cuối gian nhà sau cửa hiệu, trên chiếc sân hẹp và sâu như một cái giếng. Căn buồng nhỏ, ở đó lão Ø qua bao nhiêu ngày từ bốn mươi năm trời nay, tối đến nỗi ngay giữa mùa hè, từ mười một giờ đến ba giờ, họa hoằn mới không phải đốt đèn. […]

Từ bốn mươi năm trời nay, sáng nào cũng vậy, vào tám giờ, lão Lơ-rát Ø tới cái nhà tù đó ; và suốt cho đến bẩy giờ tối, lão Ø còng lưng trên sổ sách, Ø cặm cụi viết lách như một người viên chức siêng năng.

« Ngày nào cũng như ngày nào, tuần nào cũng như tuần nào, tháng nào, mùa nào, năm nào cũng Ø như nhau. Mỗi ngày, đúng giờ ấy, lão Ø ngủ dậy, Ø ra đi, Ø đến sở, Ø ăn sáng, Ø ra về, Ø ăn tốiØ đi ngủ, không một cái gì đến làm đứt quãng những hành động đó, những sự việc đó, và những ý nghĩ đó (trad. vietnamienne de Trọng Đức, NXB Hội Nhà Văn)

Nous savons que dans les œuvres littéraires, la fréquence d’emploi des verbes sans marqueur (Ø) reste très élévée (93%) (cf. Nguyễn K. T., cf. note 10). A l’examen de la traduction vietnamienne de (27), je note l’absence totale de marqueurs TAM (ce qui rejoint le point de vue de Nguyễn), et la présence importante des circonstants de temps, qui servent à souligner l’itération des procès.

En français En vietnamien
M. Leras, depuis quarante ans arrivait, chaque matin, à huit heures, dans cette prison […] Từ bốn mươi năm trời nay, sáng nào cũng vậy, vào tám giờ, lão Lơ-rát Ø tới cái nhà tù đó […]
A la même heure, chaque jour, il se levait, partait, arrivait au bureau, déjeunait, s’en allait, dînait et se couchait […] Mỗi ngày, đúng giờ ấy, lão Ø ngủ dậy, Ø ra đi, Ø đến sở, Ø ăn sáng, Ø ra về, Ø ăn tốiØ đi ngủ […]

D’après le tableau ci-dessus, un procès itératif passé est exprimé en français par l’imparfait et les circonstants de temps. En vietnamien, les circonstants de temps sont les seuls moyens lexicaux permettant de le traduire.

La phrase suivante : « lão Ø ngủ dậy, Ø ra đi, Ø đến sở, Ø ăn sáng, Ø ra về, Ø ăn tối và Ø đi ngủ », illustre une relation temporelle de postériorité : les procès, tous perfectifs, font progresser le récit. Puisque les sept procès partagent le même sujet lão (lui), il est tout à fait possible de faire appel à rồi comme suit : « lão Ø ngủ dậy, Ø ra đi, Ø đến sở, Ø ăn sáng, Ø ra về, Ø ăn tối, rồi Ø đi ngủ » (voir § 2.1. a. et b.).

(28)     Dialogue 1 : Ghẻ, Ghẻ ơi ! Về cơm con

Paragraphe 1 : Lão Nhát Ø hấp him đôi mắt, Ø cố dõi vào lùm cây khuất sau mảng đồi tranh. Tay lão Ø chiếc thìa thô kệch gò bằng mảnh máy bay vào cái bát ăn cơm Trung Quốc cũng bằng sắt cóc cáy.

Paragraphe 2 :Từ dưới chân đồi như có một làn gió thổi Ø rẽ đám cỏ tranh. Một vệt sẫm màu Ø kéo dài, Ø vẽ lên mái tóc hoa râm của đồi tranh đang ráu ráu trong nắng quái, một nét trẻ trung, uốn lượn cầu kỳ như một làn suối mát.

Paragraphe 3 :    Ø Đến gần lão, vệt màu đó Ø dừng lại. Một con chó lớn, lông vàng lem nhem Ø phóng vút tới, mõm Ø ngậm ngang một con chuột rừng to tướng. Hai chân trước nó Ø chồm lên đùi lão, mắt Ø ngước lên khoe khoang và cái đuôi sứt sẹo Ø ngoáy tít. Lão Nhát Ø cười móm, nắm tay Ø dứ dứ vào đầu con chó :

Dialogue 2 : U… hù hù… Thằng cu Ghẻ rứa mà cũng Ø giỏi giang đó chớ. Chớ không à, ông thì… ông thì ông Ø cho về… về làng.

Paragraphe 4 : Vừa buột ra chữ « làng » lưỡi lão Nhát vội Ø rụt lại như phải bỏng. Lão Ø đưa « làng » ra dọa con chó. Con chó Ø có sợ không thì không biết, chứ riêng lão thì lão sợ hơn cái sợ máy bay. Mà máy bay thì đã là cái thứ ngáo ộp khiến cho lão hãi nổi tiếng khắp vùng. Bố lão ngày xưa khá Ø giầu có, lão Ø được nuông chiều quen nên rất nhát gan. Hiện giờ lão Ø mang tên Nhát. Lâu lắm rồi không ai thèm Ø gọi cái tên cha sinh mẹ đẻ của lão nữa.

Paragraphe 5 : Lão Nhát bỗng Ø buồn xỉu. Lão uể oải Ø cúi xuống đỡ con chuột rừng béo mũm từ mõm con Ghẻ, Ø đem đi lột để luộc. Trước khi Ø chui hẳn vào lều tranh, lão còn len lén Ø lườm một lần nữa về đám nhà lúp xúp đang hiện lên xa xa, cạnh con đường quốc lộ màu vàng đỏ ngoằn ngoèo lờ lỏi như hố bom. […] (Vầng trăng mồ côi, Võ Thị Hảo)

Dialogue 1 : Hé, Ghe, Ghe ! Viens manger, mon petit…

Paragraphe 1 : Les yeux mi-clos tournés vers les buissons de la colline, le vieux Nhat tambourinait, avec une cuillère grossièrement taillée dans des débris d’avion, sur un bol en fer rouillé fabriqué en Chine.

Paragraphe 2 : Du pied de la colline, comme un souffle de vent semblait creuser un sillon dans la végétation d’herbe à paillote : une longue traînée foncée dessinait sur le flan de la colline baignée dans la lumière dorée du soleil couchant, des arabesques délicates, douces comme la jeunesse et fraîches comme une source.

Paragraphe 3 : A l’approche du vieillard, cette traînée s’arrêta net : un grand chien aux poils jaunâtres avait foncé jusque là, un gros rat sauvage dans la gueule. D’un mouvement vif, la bête posa ses pattes de devant sur les cuisses du vieillard, leva vers lui un regard triomphant, sa queue pleine de cicatrices toute frétillante de joie. Le vieux Nhat rit, découvrant une bouche édentée. De la main, il tapota la tête du chien :

Dialogue 2 : Ah ! Tu t’es bien débrouillé mon petit Ghe ! Sinon je t’aurais… je t’aurais renvoyé… au village.

Paragraphe 4 : A peine avait-il prononcé le mot « village » que le vieillard retint sa langue. Comme si elle l’eût brûlé. Il avait brandi le mot « village » pour intimider son chien. Mais l’animal en avait-il vraiment peur ? On n’en savait rien. Quant au vieillard, le village l’effrayait bien plus que les avions. Sa peur exacerbée des avions était notoire dans toute la contrée. Autrefois, son père, riche, l’avait beaucoup gâté, ce qui l’avait rendu poltron et lui avait valu le sobriquet de Nhat ; depuis des lustres, plus aucun villageois ne l’appelait par son vrai prénom.

Paragraphe 5 : Le visage du vieux Nhat s’assombrit. Nonchalamment, il prit le rat charnu dans la gueule de Ghe pour le faire cuire. Mais, avant de disparaître dans sa hutte, il jeta à la dérobée un regard sur la rangée de maisons basses situées au loin, près de la route nationale sinueuse, défoncée par les bombardements. (La lune orpheline, trad. française de D. T. Do-Hurinville, NXB Hội Nhà Văn, 2006)

L’extrait vietnamien (28) contient une narration (paragraphes 1, 2, 3, 4 et 5) et un dialogue (dialogues 1 et 2). La narration ne présente pas une communication directe, alors que le dialogue, qui relève du discours direct, établit une communication directe entre le locuteur qui dit Tôi (Moi) et l’allocutaire qui dit Anh (Toi).

Puisque les procès sans marqueur TAM sont en très grande majorité dans (28) et dans la traduction vietnamienne (27), cela prouve que les marqueurs TAM ne sont pas des moyens suffisamment fiables pour savoir si on est en présence d’une narration ou d’un dialogue. En revanche, il me semble que le choix des pronoms et du vocabulaire constitue des moyens plus fiables pour distinguer la narration du dialogue.

Dans (28), le dialogue contient les marques du discours direct suivantes : les pronoms de la 1e personne ông (moi) et de la 2e personne con, thằng cu (toi) ; les particules exclamative (ơi) et modale (à) ; le marqueur de thématisation (thì) ; et la modalité appréciative (giỏi giang đó chớ), qui traduit l’attitude du locuteur à l’égard de l’allocutaire. Quant à la partie narrative, l’auteur recourt au pronom de la 3e personne lão (lui).

Cet extrait vietnamien comprend trois occurrences de marqueurs TAM (vừa, đã, rồi) (voir paragraphe 4) qui expriment l’aspect et la modalité, et quelques circonstants de temps comme hiện giờ (en ce moment), lâu lắm rồi (depuis des lustres), trước khi (avant) (voir paragraphes 4 et 5), servant à situer temporellement les procès les uns par rapport aux autres.

Dans les trois premiers paragraphes (P1, P2 et P3) de l’extrait, les procès ne sont précédés d’aucun marqueur TAM. Les paragraphes 1 et 2 décrivent des situations statiques (arrière-plan), ce qui correspond en français à l’emploi d’imparfaits (tamourinait, semblait creuser, dessinait sur). En revanche, le paragraphe 3 expose une suite d’événements qui font avancer le récit, ce qui est rendu en français par une suite de passés simples (s’arrêta net, posa, leva, rit, tapota).

Si l’on compare le texte vietnamien et sa traduction française, on se rend compte des difficultés auxquelles est confronté en permanence le traducteur, comme par exemple l’interprétation de la nature des verbes vietnamiens (imperfectif, perfectif, itératif, accompli, non accompli, etc.) pour trouver les formes verbales françaises appropriées.

5.Conclusion

Dans cet article je me suis attaché à montrer que les circonstants de temps sont des moyens de localisation temporelle (localisation absolue, localisation déictique et localisation anaphorique), servant à situer les procès dans les trois époques (ce que Guillaume appelle « le temps expliqué »). Quant aux marqueurs TAM, ils expriment principalement l’aspect et la modalité et secondairement le temps ; autrement dit ils indiquent les rapports internes entre les procès (ce qui correspondant à la notion de « temps impliqué » selon Guillaume).

L’analyse des principales structures temporelles vietnamiennes a permis de mettre l’accent sur le rôle important de l’emploi des verbes sans marqueurs TAM (Ø), pouvant exprimer la narration, la causalité, la conséquence, l’incidence, le recouvrement, l’arrière-plan, ou la méronomie. Toutefois, le recours à des marqueurs TAM est tout à fait possible dans ces structures pour mieux souligner l’achèvement ou la progression d’un procès.

L’étude de quelques extraits littéraires vietnamiens a montré que le pourcentage des verbes sans marqueurs (Ø) est extrêmement élevé. Cela conduit les traducteurs à interpréter la nature des formes verbales vietnamiennes (perfectif, imperfectif, itératif, accompli, non accompli…) pour trouver les tiroirs verbaux français correspondants.

 

Bibliographie

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale 1 et 2 Paris, Gallimard.

Brunot F., 1922, La pensée et la langue, Paris, Masson et Cie, (1953, 3e éd.).

Cao X. H., 1998, « Về ý nghĩa ThìThể trong tiếng Việt » (Le temps et l’aspect en vietnamien), Ngôn ngữ 5, 1-32.

Cao X. H., 2004, Tiếng Việt, sơ thảo ngữ pháp chức năng (Le vietnamien, esquisse de grammaire fonctionnelle), Vietnam, NXB GD.

Chafe W. L., 1976, « Givenness, Contrastiveness, Definiteness, Subjects, Topics and Points of View », in Li Charles N. (ed.) Subject and Topic, New York, San Francisco, London, Academic Press, 25-56.

Damourette J. et Pichon E., 1911-1936, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, 5, Paris, D’Artrey.

Do-Hurinville D. T., 2004, Temps et aspect en vietnamien. Etude comparative acec le français, thèse de doctorat, Université Paris VII (Denis Diderot).

Do-Hurinville D. T., 2007, « Etude de quelques coverbes, de l’ordre temporel et du discours rapporté dans la littérature et dans la presse vietnamiennes. Etude contrastive avec le français », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, CI, 1, 369-416.

Do-Hurinville D. T., 2009, Temps, aspect et modalité en vietnamien. Etude contrastive avec le français, Paris, L’Harmattan.

Dowty D., 1986, « The effects of aspectual class on the temporal structure of discourse : semantics or pragmatics ? », Linguistics and Philosophy, 9, pp. 37-61.

Feuillet J., 2006, Introduction à la typologie linguistique, Paris, Honoré Champion.

Fuchs C. et Leonard A. M., 1979, Vers une théorie des aspects : les systèmes du français et de l’anglais, Paris, Mouton.

Glasbey S. R., 1993, « Distinguishing between events and times : some evidence from the semantics of then », Natural Language Semantics 1, 285-312.

Gosselin L., 1996, Sémantique de la temporalité en français, Paris, Duculot.

Guillaume G., 1929, Temps et Verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps, Paris, Champion.

Guillaume G., 1964, Langage et science du langage, Paris-Québec, Nizet, Presses de Laval.

Imbs P., 1960,     L’emploi des temps verbaux en français moderne, Paris, Klincksieck.

Kamp H. et Rohrer C., 1983, « Tense in texts », in Bauerle R., Schwarze C. et Stechow A. Von (éd.) : Meaning, Use and Interpretation of Language, Berlin, De Gruyter, pp. 250-269.

Kozlowska M., 1998, « Aspect, modes d’action et classes aspectuelles » in Le Temps des événements (J. Moeschler et al., 1998), Paris, Kimé.

Lascarides A. et Asher N., 1993, « Temporal Interpretation, Discourse Relations and Commonsense Entailment », Linguistics and Philosophy 16, 437-493.

Lascarides A. et Oberlander J., 1993, « Temporal Coherence and Defeasible Knowledge », Theoretical Linguistics 19, 1-37.

Lamiroy B., 1999, « Auxiliaires, langues romanes et grammaticalisation », Langages 135, 33-45.

Lemaréchal A., 1997, Zéro(s), Presses Universitaires de France.

Marchello-Nizia C., 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Paris, De Boeck.

Martin Robert et David Jean (éds), 1980, La notion d’aspect, Actes publiés par R. Martin et J. David.

Moeschler J. et al., 1998, Le Temps des événements, Paris, Kimé.

Molendik A. et  de Swart H, 1999, « L’ordre discursif inverse en français », Travaux de Linguistique 39, 77-96

Nguyên Kim Thản, 1977, Động từ trong tiếng Việt (Le verbe en vietnamien), NXB KHXH.

Partee B, 1984, « Nominal and temporal anaphora », Linguistics and Philosophy 7, 243-286.

Rhodes A. de, 1651, Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum.

Riegel M. et al., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Saussure L. de, 1998, « L’encapsulation d’événements. L’exemple du passé simple », in Le Temps des événements (J. Moeschler et al., 1998), Paris, Kimé.

Serbat G., 1988, « La place du présent de l’indicatif dans le système des temps », L’information grammaticale 38, 36-39.

Tesniere L., 1959, Eléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck, (1988 2e éds, 5e tirage).

Traugotte E. C., 1989, « On The Rise of Epistemic Meanings in English : An Example of Subjectification in Semantic Change », Language 65, 31-55.

Trương V. K., 1883, Grammaire de la langue annamite, Sài Gòn,  Guillaud et Martinon.

Vet C, 1991, « The temporal structure of discourse : setting, change and perspective », in Fleischman S and Waugh L. R. (eds), Discourse-Pragmatics and the Verb. The Evidence from Romance, London, Routledge.

Weinrich H., 1973, Le Temps, le récit et le commentaire, Traduction de l’allemand par Michèle Coste (original : 1964), Paris, Seuil.

Wilmet M., 1976, Etudes de morphosyntaxe verbale, Paris, Klincksiec.

 

Notes :

[1]     Thèse inititulée « Temps et aspect en vietnamien. Etude comparative avec le français », soutenue en 2004 à l’Université Denis Diderot Paris VII.

[2]     Au sujet de la période allant de la parution du dictionnaire de Rhodes (17e siècle) jusqu’à la première moitié du 20e siècle, période correspondant à la présence française au Vietnam, et donc à l’influence de la langue française dans la description du vietnamien, j’ai remarqué que les auteurs français ou vietnamiens, qui travaillaient sur le vietnamien, n’ont pas eu recours à la notion d’aspect. L’absence de cette notion dans les grammaires vietnamiennes d’alors est peut-être due à son entrée difficile dans les grammaires françaises de cette époque. En effet, l’introduction de la notion d’aspect a divisé les linguistes français en deux groupes : d’une part Brunot (1922), Guillaume (1929), Imbs (1960), Martin (1971), Wilmet (1976), Fuchs et Léonard (1979), etc., qui reconnaissent son existence en français, d’autre part Damourette et Pichon (1930) et Tesnière (1959), qui s’y opposent (cf. Riegel et al., 1994 : 292).

[3]     D’après une tradition très ancienne qui remonte au moins à Homère, la notion de temps, étroitement liée à la notion d’espace, est fondée sur une division ternaire (présent, passé, futur). Quintilien précise que la tripartition du temps suit la division objective de l’ordre des choses (ordo rerum).

[4]     Mes propres sondages, réalisés auprès de plusieurs Vietnamiens non linguistes, montrent que ces derniers estiment que đã, đang et sẽ servent à traduire le temps (passé, présent, futur).

[5]     Dans ma thèse de doctorat (2004), je me suis réclamé de l’approche aspectuelle préconisée par Cao (1998) pour analyser mon corpus. Toutefois, je me suis rendu compte que, si cette approche est efficace pour expliquer les principaux emplois des marqueurs vietnamiens, force est de constater que ceux-ci ont été grammaticalisés pour devenir des marqueurs de temps, selon le schéma suivant : M (modalité) > A (aspect) > T (temps). C’est pourquoi, dans Do-Hurinville (2009), j’ai tenté de réconcilier l’approche temporelle et l’approche aspectuelle en supposant que la valeur temporelle est issue des valeurs modale et aspectuelle, ce qui est conforme au chemin d’évolution sémantique des marqueurs dans plusieurs langues (cf. Lamiroy, 1999 et Traugott, 1989, cités par Marchello-Nizia, 2006 : 115-117).

[6]     Liste des abréviations : accom (aspect accompli) ; benef (bénéficiaire) ; clf (classificateur) ; conj (conjonction) ; cop (copule) ; ê. (être) ; imminen (aspect imminentiel) ; loc (locatif) ; neg (négation) ; prog (aspect progressif) ; tam (temps, aspect, modalité) ; Ø (absence de marqueur tam).

[7]     Les trois époques (passé, présent, futur) renvoient à la notion de « temps expliqué » selon Guillaume (1964 ; 47-48) : « Le verbe est un sémantème qui implique et explique le temps ».

[8]     Gosselin (1996 : 234) rappelle qu’il existe deux types de circonstants : les circonstants de localisation et les circonstants de durée. Ces derniers indiquent simplement la taille (durée) du circonstant sans le localiser par rapport au procès et/ou au point de référence choisi.

[9]     Cité par Molendijk et Swart (1999 : 80).

[10]    Selon Nguyễn Kim Thản (1977 : 187), la fréquence d’emploi des verbes sans marqueur (Ø) est de 70% dans la presse (contre 30% de verbes avec marqueurs TAM). Ce rapport de pourcentage entre les verbes sans et avec marqueurs TAM est de 80% et 20% dans les ouvrages d’histoire et de politique ; de 93% et 7% dans les œuvres littéraires. Dans les ouvrages et revues scientifiques, la fréquence d’emploi des énoncés sans marqueur est proche de 100%.

[11]    Saussure (op. cit. : 250) note que ce type d’inclusion constitue un set chez Vet (1991) ; une relation d’élaboration pour les sémantiques du discours (cf. Lascarides et Asher, 1993, et Lascarides et Oberlander, 1993) ; une relation partie – tout chez Glasbey (1993).

 

Pour citer : 

DO-HURINVILLE, Danh Thành , « Structures temporelles en vietnamien. Regard croisé avec le français », in Douay (éds), Système et Chronologie, Rivages Linguistiques,  Presses Universitaires de Rennes, pp. 185-204, 2010.

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *