Le Viêt-Nam et ses fractures : Approche socio-historique et paradigme d’une histoire interne

 par François GUILLEMOT

Université de Lyon, CNRS, ENSL, IAO

 

Communication faite à l’Université Paris Diderot (8 mars) et à l’ENS Paris (9 mars 2018)

 

Introduction

En préambule de cette communication, je voudrais rappeler que les thématiques des « fractures d’une nation » ou des « fractures »  dans les constructions nationales ne sont évidemment pas spécifiques au Viêt-Nam, toutes les nations possèdent et se sont construites sur des fractures, des ruptures plus ou moins fortes, des destructions et des reconstructions, des parcellisations, des partitions et des recompositions1. La France contemporaine a connu la révolution française et donc la fin de l’ancien régime monarchiste, puis l’Empire et les guerres impériales, les Républiques, la Première Guerre mondiale, la Seconde avec Vichy, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, autant de marqueurs spécifiques de notre nation. La nation vietnamienne est aussi marquée par de multiples fractures dans son histoire contemporaine, une dimension qui n’a pas échappé aux historiens et juristes du Viêt-Nam contemporain2. Depuis la création d’un Viêt-Nam unifié en 1802 par l’empereur Gia Long, celles-ci se concentrent sur une période encore plus courte que pour le cas français : avènement et déclin de la monarchie des Nguyễn, colonisation, décolonisation dans la guerre civile puis la guerre régionale3.

Toutes ces luttes, victoires ou échecs, bonheurs ou souffrances, libérations ou oppressions ont été décrits dans la littérature vietnamienne contemporaine, prenez Trần Dần avec Người Người Lớp Lớp en 1955 sur Điện Biên Phủ, Bảo Ninh avec Nổi buồn chiến tranh en 1991 sur la guerre fratricide, Võ Văn Trực (Chuyện lng ngy ấy), Tạ Duy Anh ou Dương Thu Hương sur la réforme agraire, Phạm Thị Hoài, sur la perte de l’innocence. Cette description sociale par la littérature s’est déclinée aussi au Sud du 17e Parallèle pendant la guerre avec les écrivain.es Nguyễn Mạnh Côn, Phan Nhật Nam, Nhã Ca ou Duyên Anh. Les Vietnamiens ont été les premiers à décrire l’évolution de leur pays : en situation coloniale (voir Vũ Trọng Phụng et, bien avant lui, les derniers lettrés entre deux cultures), en situation post-coloniale, ou à travers les phénomènes révolutionnaires et guerriers. Si les récits de certaines fractures comme celles engendrées par la réforme agraire ou par la guerre fratricide passent par la fiction, le lien avec l’expérience vécue est parfois inexistant comme le rappelle Võ Văn Trực dans la postface de son ouvrage paru en 1993 : «  J’ai retranscris de façon sincère les choses que j’ai entendues, vues ou que je connais »4. De très nombreux acteurs vietnamiens, à l’intérieur du pays comme à l’extérieur, ont publié leur expérience du XXe siècle sous la forme de mémoires5.

Et je crois qu’il est temps de se pencher sur ce que les Vietnamiens ont à nous raconter de leur propre expérience de la révolution, de la guerre ou des bouleversements sociaux-économiques. Il faut ici rendre hommage aux passeurs de culture, intellectuels nourris par les deux cultures, françaises et vietnamiennes, et les traducteurs de la prose vietnamienne des années du Renouveau qui nous permettent de saisir des bribes de l’intériorité vietnamienne6.

Quelques points importants ont motivé l’écriture de cette synthèse historique :

 

  • Changement de paradigme

Tout d’abord, le besoin de changer de paradigme. Les historiographies françaises ou anglo-saxonnes (dans une moindre mesure) se sont focalisées sur les binômes réconciliables des guerres. La France et la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) ne voyaient la colonisation, la révolution et la guerre que sous un angle franco-Viêt-Minh évacuant tout le reste. Le langage diplomatique est aujourd’hui encore formaté sur ce binôme7. Aux États-Unis, on ressassait une guerre américano-Việt Cộng, et de la même façon en évacuant beaucoup d’autres choses8. Mon souci majeur était de concevoir une histoire à travers une autre perspective, plus large, comprenant les « autres acteurs » évacués des historiographies nationalistes européennes ou anglo-saxonnes. En m’appuyant sur la perspective d’Enzo Traverso dans ses travaux sur la guerre, il fallait s’intéresser aux « vaincus », terme qui recouvre dans le cas vietnamien des réalités très différentes. Ce sont les vaincus de tous bords car la compréhension fine de la victoire des uns ne peut se faire sans la compréhension fine de la défaite des autres. On ne peut saisir la mise sur pied d’un État non communiste au Sud et ses difficultés d’existence sans saisir la fracture politique de 1945-1946 qui, elle-même, plonge ses racines dans les années vingt puis dans les batailles rangées entre prisonniers au sein du Bagne B dédiés aux prisonniers politiques à Poulo Condore. On ne peut saisir le choix de violence révolutionnaire (bạo lực cách mạng) sans saisir le tournant maoïste et les purges internes au sein du Lao Đng. On ne peut comprendre l’ampleur du phénomène des Boat People sans étudier les précédentes migrations et déplacements de population pendant la guerre et/ou sans mesurer l’impact du choix fait par les vainqueurs de 1975 de ne pas jouer la carte de la réconciliation. Enfin, on ne peut aujourd’hui étudier l’histoire du Viêt-Nam sans prendre en compte la production académique ou littéraire publiée hors du pays après la réunification9. Le Viêt-Nam contemporain est aujourd’hui transnational et les nouvelles études doivent considérer avec soin les interactions entre les différents « ethnoscapes » de l’espace transnational vietnamien10.

Deuxièmement, il était aussi question de présenter ce pays comme un autre, avec ces bons et mauvais côtés, ses échecs et ses réussites, de « normaliser » en quelque sorte une histoire nationale prise en otage par le politique pendant plus de cinquante ans si l’on considère la période 1945-1995. A ce titre, 1995 m’apparaît comme une borne intéressante pour l’historiographie. Cette année-là sont publiés deux ouvrages majeurs pour notre compréhension du Viêt-Nam contemporain : celui de Pierre Brocheux et de Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, première synthèse sociohistorique sur la colonisation et ses effets sur la société vietnamienne et Vietnam 1945. The Quest for power qui déconstruit en quelque sorte la vision téléologique de la révolution proposée par Hanoi11. L’année 1995 est également marquée par l’adhésion de la RSVN à l’ASEAN et la parution à l’étranger de textes et récits alternatifs aux discours officiels sur la guerre et le processus révolutionnaire12.

 

  • Replacer les Vietnamiens au cœur des processus

Pour ce faire, c’est mon second point, il fallait remettre les Vietnamiens, et si possible « Tous » les Vietnamiens, au cœur des processus collaborationniste, révolutionnaire ou guerrier ou pacifiste. Remettre les Vietnamiens au cœur des soubresauts et fractures du XXe siècle sur le plan culturel, politique, économique. Raison pour laquelle, une histoire « interne » me paraissait importante à élaborer. Cette perspective que l’on peut qualifier de sociohistorique permet de mieux saisir ce que j’appelle « l’intériorité » du Viêt-Nam, un concept emprunté à Jean Chesneaux que j’avais utilisé dans un article de synthèse en 2011 dans l’ouvrage Le mondial des nations13. Replacer les Vietnamiens au cœur des processus n’est guère une chose aisée d’autant plus qu’eux-mêmes ne connaissaient pas forcément les tenants et les aboutissants de la déflagration qui bouleversa leur pays pendant des décennies. A travers des voix multiples, il s’agissait donc de comprendre ce qui s’était déroulé. Derrière les faits historiques, il s’agissait de retrouver l’humanité de ces faits, les humanités ou des humanités qui les ont engendrés ou subis. Il y a toujours l’humain derrière un geste que ce soit une décision de Lê Duẩn, dans le secret des réunions du Polit-buro, ou l’acte politique de Thích Quảng Đức, le vénérable qui s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963.

 

  • Méthodologie, nouvelles sources, archives et témoignages directs

Mon troisième point concerne la nouvelle histoire qui se dessine depuis un quart de siècle. Replacer les Vietnamiens au cœur des processus nécessitait de s’appuyer sur les nouvelles études de chercheurs, jeunes ou confirmés, qui ont travaillé dans les centres d’archives vietnamiens, français, américains, russes, et qui possèdent une bonne connaissance de la langue vietnamienne. Une grande partie de ces nouvelles recherches sont présentes dans la bibliographie et ont nourri notre récit14. Ce récit doit beaucoup également au cours d’histoire que j’ai suivi de façon assidue à l’université Paris VII avec Philippe Langlet et à l’EPHE avec Nguyễn Thế Anh15. Si je remonte dans le temps, je devrai citer également les cours d’histoire reçus à l’INALCO avec Xavier Guillaume pour le Viêt-Nam et Pierre Lamant pour le Cambodge et le Viêt-Nam ancien. C’est sans doute pour cette raison que je n’inscris pas mon récit dans les clivages anglo-saxons de type « orthodoxe/revisionnist » car ces catégories sont réductrices et parfois trompeuses, estimant même que bien souvent les nouvelles études complètent plus les anciennes qu’elles ne s’y opposent. Je ne qualifierai pas non plus mon travail de « nouvelle histoire » car la nouveauté de mon approche reste modeste mais plutôt d’« histoire interne » inscrite dans la problématique des sciences humaines et sociales (et donc pluridisciplinaire), une histoire qui s’appuie sur les phénomènes humains et sociaux de ce pays. En termes de contenu pour aborder contexte et faits historiques, j’ai tenté une approche croisée entre textes/sources, sources primaires et secondaires, pratique du terrain (ce que l’on observe, ce qui en est dit). A mon sens, cette combinaison permet de revenir à l’essentiel des termes « révolution » et « guerre », débarrassés des constructions téléologiques ou trop idéologisées. Derrière la révolution qu’observe-t-on, quelle guerre se joue au Viêt-Nam ?

 

  • De quelques concepts en devenir : phénoménologie du fait révolutionnaire et guerrier, « révolutionnarisme » et polémologie asiatique, fractures/ruptures/glissements

Pour aborder cette histoire complexe, il me paraissait important de m’appuyer sur quelques cadres et dynamiques identifiables. On a longtemps cru à une histoire mythifié et pré-écrite du Viêt-Nam contemporain qui disait que le Parti vainqueur de la guerre en 1975, le Parti communiste vietnamien, était le seul acteur légitime pour mener la lutte pour l’indépendance. S’il est indéniable qu’il pu vaincre « ses ennemis » intérieurs et extérieurs, il est également sûr et certain qu’il ne fut pas le seul à défendre la cause de l’indépendance nationale, la nécessité de la révolution ou l’avènement d’une nouvelle société. Mon histoire présente une approche plus complexe et tente de mettre en évidence, par « une vue de l’intérieur » quelles furent les différentes dynamiques internes dans, ce que je nommerai « la phénoménologie du fait révolutionnaire et guerrier vietnamiens », le terme « cách mạng » étant devenu à partir des années vingt, le maître mot de la politique interdite, impossible à mener en Indochine. Le terme « chiến tranh » et ses dérivés « nội chiến » étant à leur tour devenus les maîtres mots de la déflagration polémologique du XXe siècle dans ce pays16. Ces « actes de langage » ne sont pas anodins, ils proposent des visions de l’homme et de la société différentes et débouchèrent finalement sur la guerre17.

J’emprunte à la philosophie le concept de « phénoménologie » pour mieux caractériser ce qui se déroule dans les faits au XXe siècle au Viêt-Nam18. L’étude des deux phénomènes majeurs « révolution » et « guerre » nécessite de revenir aux faits, à l’expérience vécue. L’essence et l’origine de ces phénomènes peuvent être ainsi questionnées à travers leur cheminement au cours du siècle. Il allait également de soi de me placer dans une perspective socio-historique qui tente de faire surgir à travers les sources écrites, orales ou visuelles les « fils invisibles » des interactions et interdépendances, parenté, moyens ou relations de communication à distance, lien social19. Évidemment, dans cette courte synthèse, je ne fais qu’effleurer le sujet mais espère donner des pistes pour susciter des travaux approfondis.

 

  • Enseigner une histoire tout en la questionnant

Enfin l’aspect pédagogique de cette entreprise n’est pas à négliger. Ayant enseigné de 2006 à 2016 à titre d’enseignant vacataire à Sciences Po Lyon (DEMEOC) et à l’ENS de Lyon au niveau Master, il me paraissait important de donner à entendre aux étudiants une « autre » histoire du Viêt-Nam plus méconnue, plus diverse à l’image de la société plurielle de ce pays20.

D’un point de vue plus pédagogique, il n’existait plus de synthèse sur ce pays depuis plus de vingt ans, la dernière en date étant celle de Laurent Cesari sur son Indochine en guerres21. D’autres monographies consacrées au Viêt-Nam contemporain ont été publiées depuis : Bénédicte Chéron en 2009 et surtout Pierre Brocheux en 201122. Ceci étant dit, cette dernière décennie, l’historiographie française sur l’histoire contemporaine de ce pays s’est bien étoffée avec les études remarquables de Christopher Goscha (Vietnam, un État né de la guerre, 2011), l’ouvrage qui permet de comprendre et de donner un sens à la « guerre populaire » menée par le Lao Động à partir de 1951, la monographie de Céline Marangé (2012) sur l’évolution du Parti communiste, une étude qui replace la lutte du Parti vietnamien au sein des deux communismes soviétiques et chinois, mais aussi des travaux sur les mouvements religieux, par exemple l’anthropologie historique du Caodaïsme de Jérémy Jammes (2013), ou sur des aspects culturels, l’ouvrage de Đoàn Cầm Thi (2010) sur les reflets de la guerre dans la littérature contemporaine23. En même temps, des thèses très intéressantes ont été soutenues et restent en attente de publication, je citerai trois travaux à titre d’exemple, la thèse de Mme Bùi Trân Phượng (2008) sur l’émergence du féminisme vietnamien, un féminisme de la première vague très riche, et la thèse de Pascal Bourdeaux (2003) sur le Bouddhisme Hòa Hảo qui met en évidence l’importance politique et religieuse de Huỳnh Phú Sổ, fondateur de ce nouveau bouddhisme dans le delta du Mékong ou encore la thèse de Mme Phạm Thị Kim Dung (2002) sur la revue culturelle Bch Khoa24.

 

Cinq fractures et autant de Dragons…

Dans cette dernière partie, je voudrai revenir brièvement sur quelques fractures qui, à mon sens, trouvent des résonances dans la société actuelle et/ou traversent encore la société vietnamienne qu’elle soit nationale ou transnationale. Ces dynamiques, souvent concurrentielles et parfois irréconciliables ont provoqué des fractures qui perdurent malgré l’aspect monopolistique apparent du pouvoir en place.

Nous mettons ici l’accent sur cinq fractures/ruptures qui jalonnent l’histoire contemporaine du Viêt-Nam.

La première fracture est induite par le choc colonial et le legs colonial. Une fracture qui se décline en trois points : institutionnelle, culturelle25, sociale26. Je ne reviendrai pas dessus car de très bonnes études ont exploré cette dimension. Néanmoins, mon ouvrage insiste à l’appui de textes-sources sur ce rendez-vous manqué d’une entente franco-vietnamienne à part égale dans un processus de décolonisation. Il ne s’agit pas non plus de faire le bilan de colonisation27 mais, pour nous, d’expliquer pourquoi et comment une partie de la jeunesse colonisée verse dans le radicalisme politique à partir des années vingt.

La seconde fracture, évoquée à plusieurs reprises, est d’ordre politique, voire idéologique et tourne autour de la question du nationalisme (modéré, radical, intégral, socialisant…)28. Il s’agit de saisir quelles furent les possibilités du Viêt-Nam postcolonial. Cela permet d’aborder la rupture qui s’opère au sein du communisme vietnamien et celle qui mine le nationalisme non communiste. Cette fracture d’ordre politique s’illustre par la confrontation idéologique et « modale » (terme linguistique que je détourne ici), suivant des modalités antagonistes ou divergentes, qui va marquer le Viêt-Nam jusqu’à nos jours. Comme illustration de cette dimension linguistique, voir le vocabulaire spécifique et normatif du discours national-communiste (vs celui de l’époque républicaine au Sud entre 1955 et 1975 puis à l’extérieur du pays dans les écrits des exilés). 

La troisième fracture correspond à la déflagration guerrière notamment la guerre civile et le communisme de guerre. Elle questionne le coût humain et financier de la réunification et l’impact sur le long terme. Premièrement, qu’entendons-nous par guerre civile ? C’est un terme qui a été fortement contesté, voire récusé, par l’historiographie officielle. D’un point de vue conceptuel, je renverrai nos auditeurs vers les travaux de Stathis Kalyvas…29. Si l’on prête intérêt à ce que disent les Vietnamiens de la déchirure nationale, il faut rappeler ce texte de Trịnh Công Sơn de 1965.

Mille ans d’esclavage chinois
Cent ans de domination française
Vingt ans d’une guerre civile quotidienne

L’héritage de ma mère, une forêt d’os secs
L’héritage de ma mère, une montagne pleine de tombes30

Một ngàn năm nô lệ giặc tầu 
Một trăm năm đô hộ giặc tây 
Hai mươi năm nội chiến từng ngày 
Gia tài của mẹ, một rừng xương khô 
Gia tài của mẹ, một núi đầy mồ

Qui de plus averti que ce compositeur pour décrire la guerre qui se joue dans son pays ? Secondement, qu’entendons-nous par « communisme de guerre » ? C’est la voie dans laquelle les dirigeants de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) et plus particulièrement du Lao Động, le Parti des travailleurs du Viêt-Nam, se sont engagés pour reconquérir le Sud par la force. Il s’agit d’une opération totale, globale, faisant appel à l’idéologie politique, aux ressources humaines et économiques pour entreprendre la guerre de réunification et à l’application de la violence révolutionnaire, à la fois modalité et théorie. Du côté de la RDVN, deux visions de la guerre, deux polémologies concurrentielles, se sont disputées la primeur. La première, « guerre du peuple » préconisée par Võ Nguyên Giáp a finalement été effacée par la seconde « guerre civile révolutionnaire » sous l’égide des principaux dirigeants nord-vietnamiens Nguyễn Chí Thanh, Lê Duẩn, Lê Đức Thọ, Văn Tiến Dũng. Dans les années soixante, on assiste à une confrontation en interne du binôme guerre populaire/guerre révolutionnaire31. L’autre aspect qui a été complètement négligé dans les études académiques concerne la polémologie sud-vietnamienne entre 1955 et 1975. Or, il existe des sources publiées (monographies et presse) essentiellement pendant la République du Viêt-Nam pour comprendre comment le Sud pense la guerre32.

La quatrième fracture est identifiable avec l’impossibilité de la paix après 1975. La guerre nationale débouche sur la guerre régionale avec le Cambodge jusqu’en 1990 et le régime est dans une impossibilité théorique de mener à bien une réconciliation pourtant attendue. Il suffit d’évoquer le phénomène des Boat people de 1975 aux années 1990 et de la violence symbolique qui subsiste aujourd’hui33 pour mesurer l’importance de cette question.

La cinquième fracture s’incarne par un changement de perspective avec le Renouveau (Đổi Mới), retour du pragmatisme, changement de paradigme idéologique, renversement partiel des valeurs autrefois prisées par le Parti, essentiellement pour assurer sa survie puis son maintien au pouvoir. On observe le retour massif de la société vietnamienne sur tous les plans : culturel, social, économique. La société reprend son rôle d’acteur et surtout de décideur. Or, ce retour au pragmatisme, « révolution dans la révolution », provoque des tensions au sein même de l’appareil communiste sur l’interprétation de la « transition vers le socialisme ». Sur le plan géopolitique, le Renouveau marque aussi le retour du Viêt-Nam dans le giron chinois à partir de 1990, date de la conférence secrète de Cheng Du et de l’émergence de la question du transnationalisme.34.

 

Conclusion

Pour conclure provisoirement cette communication, il apparaît assez clair que les débats initiés en 1946 ne sont pas clôt. Le destin du pays est toujours en débat comme l’a illustrée la question de de la refonte de la constitution en 201335. Depuis cette consultation massive, un durcissement du Parti-État sur les questions politiques s’est opéré. Le mandat de Nguyễn Phú Trọng (désigné depuis le 19 janvier 2011) à la tête du PCV se déroule dans un climat de resserrement idéologique avec l’application d’une nouvelle discipline au sein du Parti (voir par exemple la Directive 102-QD/TW du 15 novembre 2017). Cependant, sans son opposition transnationale virtuelle, sans ses blogueurs et dissidents (les « think tanks » non officiels du régime), le pouvoir vietnamien se retrouve seul face à la volonté de puissance de la Chine. Ceci souligne l’importance d’internet comme outil de communication à distance et de dialogue transnational avec le pouvoir en place. Cependant, à la fois conscient et inquiet de l’influence relative d’internet, le PCV vient de créer une force de 10.000 agents dépendant de l’armée populaire nommée LL47 [Force 47] dont l’objectif doit être de « nettoyer » la toile des avis négatifs ou critiques sur le régime.

Comment le pouvoir actuel peut-il gérer ces fractures ? Deux options sont possibles : faire en sorte que le temps écrase les faits, ce qui revient à organiser le trou de mémoire. L’autre option serait de reconnaître et de travailler sur ces questions pour réconcilier une société minée par son histoire. C’est la raison pour laquelle, je considère que le Viêt-Nam est toujours dans une phase de transition vers un avenir qui fait encore débat.

 

Lyon, 21 mars 2018, MàJ 23 mars 2018.

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons

 

Notes

 

  1. A titre d’exemple, sur la société française et la colonisation voir les ouvrages : Sandrine Lemaire, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, Essais n° 232, 2006 et Nicolas Bancel (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, Cahiers libres, 2010. Sur la question des « partition studies » initiées à partir du cas Inde/Paskistan notamment par les recherches de Joya Chatterji (cf. sa recension de plusieurs études : New directions in Partition Studies) voir le récent colloque de l’EHESS « Genre et nations partitionnées » (14-15 décembre 2017)  []
  2. Voir par exemple : Paul Isoart, Le phénomène national vietnamien. De l’indépendance unitaire à l’indépendance fractionnée, Paris, LGDJ, 1961 ; Bernard Fall, Les deux Viêt-Nam, Paris, Payot, 1967 ; William Duiker, Sacred war. Nationalism and revolution in a divided Vietnam, McGraw-Hill Higher Education, 1994 []
  3. Il faut évoquer ici également les fractures plus anciennes de l’histoire moderne, par exemple la partition des seigneurs Trịnh et Nguyễn pendant deux siècles. D’un point de vue anthropologique, la première fracture vietnamienne ne plonge-t-elle pas ces racines dans le mythe de la naissance du Viêt-Nam (Hồng Bàng thị truyện (鴻龐氏傳) ) lorsque cent œufs se séparent, cinquante rejoignant la mer et les cinquante autres la montagne ? (selon l’idée de Đinh Trọng Hiếu, échange par mail avec l’auteur, 10 mars 2018) []
  4. « Tôi ghi lại một cách trung thực những điều tôi nghe, tôi thấy, tôi biết » in Võ Văn Trực, Chuyện lng ngy ấy [Histoires villageoises de ces temps-là], Hanoi, NXB Lao Động, 1993, p. 205 []
  5. Un aperçu de mémoires traduits du vietnamien vers l’anglais ou le français est donné dans la bibliographie de notre séminaire Mémoires d’Indochine. Notons que les mémoires, « hồi ký« , en langue vietnamienne non traduites sont considérables []
  6. Sur le premier point voir le numéro thématique de Moussons : « Les ‘passeurs’, Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) », Moussons, n° 24, 2014, en ligne (consulté le 20 mars 2018). Sur le second point, voir notre aperçu en ligne : « Les trois vagues de la littérature vietnamienne contemporaine traduite en français », Mémoires d’Indochine, 27 septembre 2017 (page consultée le 20 mars 2018) []
  7. Voir notre communication lors du colloque « Ensemble en France » organisé par le Mouvement des Citoyens Français d’origine Vietnamienne (MCFV) : « Viêt-Nam et France, histoire connectée mais rendez-vous politique manqué – Jalons pour réfléchir », Mémoires d’Indochine,  10 décembre 2015 (page consultée le 20 mars 2018) []
  8. Malgré l’effort louable de mettre en avant les multiples acteurs de la guerre, le documentaire de Ken Burns et Lynn Novick ne déroge pas fondamentalement de cette règle. L’exemple récent d’une exposition commémorative à Hô Chi Minh-Ville s’inscrit dans cette perspective réductrice : « Waging Peace: Vietnam’s anti-war exhibition brings GIs and Viet Cong together », The Guardian, 19/03/2018 (page consultée le 19 mars 2018). Perpective remise en cause par l’écrivaine vietnamienne Lan Cao, voir : « Vietnam wasn’t just an American War », New York Times, 22 mars 2018 (page consultée le 23 mars 2018) []
  9. A titre d’exemple, l’historien Tạ Chí Đài Trường fut publié pendant la période républicaine (Sud), puis aux États-Unis et quelques ouvrages ont été réédités en RSVN. D’autres auteurs comme Duyên Anh, Mai Thảo, Nhã Ca, Phan Nhật Nam ou Võ Phiến, toujours censurés (ou partiellement censurés) en RSVN ont continué à produire des œuvres à l’extérieur du pays. Même une partie des œuvres du grand écrivain Nhất Linh ne sont pas rééditées pour des raisons politiques []
  10. Nous empruntons ce concept à Arjun Appadurai dans son étude désormais célèbre : Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2005 []
  11. Références : Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui / Histoire contemporaine », 2001 ; David G. Marr, Vietnam 1945. The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995 []
  12. Voir par exemple la publication des Mémoires du Colonel dissident Bùi Tín ou la traduction en anglais par Phan Huy Đường et Nina McPherson du roman de Dương Thu Hương sur la guerre Novel without a name (Picador, 1995), paru auparavant en 1992 en France aux éditions des Femmes sous le titre Roman sans titre []
  13. Voir Jean Chesneaux, Du passé faisons table rase ? A propos de l’histoire et des historiens, Paris, François Maspéro, Petite collection Maspéro n°164, 1976 (ouvrage réédité en ligne en 2017 avec accès réservé aux bibliothèques) et François Guillemot, « Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunifications », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, Paris, Choiseul / RFI, 2011, 340-366, voir p. 341, note 2 []
  14. Voir notre bibliographie thématique en ligne : « Viêt-Nam, révolution, guerre et société. Repères bibliographiques » (page consultée le 20 mars 2018) []
  15. Ces deux historiens, grands spécialistes du Viêt-Nam moderne et contemporain, codirigèrent mon mémoire de maîtrise soutenu à l’Université Paris 7 en 1997 []
  16. Voir notre glossaire en ligne sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam, « War Glossary », entrée « chiến tranh » (page consultée le 20 mars 2018) []
  17. Discussion avec Đinh Trọng Hiếu sur la fracture entre « l’humain et l’inhumain », 11 mars 2018 []
  18. L’essai (d’inspiration hégelienne) déjà ancien de Vittorio Mathieu, Phénoménologie de l’esprit révolutionnaire (Paris, Calmann-Lévy, 1974) m’a incité à explorer cette dimension. Hors du champ philosophique, on voit tout l’intérêt qu’il y a, pour les historiens, de s’inspirer de l’adage husserlien de « revenir aux choses elles-mêmes » pour étudier les phénomènes de guerre et de révolution au Viêt-Nam au XXe siècle. Plus précisément sur l’étude de la phénoménologie vietnamienne, voir l’article de Trịnh Văn Thảo, « Recherches vietnamiennes en phénoménologie : Trần Đức Thảo, Thích Nhất Hạnh et Trịnh Xuân Thuận, Moussons, n°24, in « Les passeurs », op. cit. Je ferai également rentrer dans mon approche les travaux du sociologue Gaston Bouthoul qui fut l’un des premiers en France à étudier le phénomène guerre de façon systématique et systémique, voir son essai de 1962 réédité en 2006 : Le phénomène-guerre. Méthodes de la polémologie, morphologie des guerres, leurs infrastructures (technique, démographique, économique), Paris, Payot, Petite bibliothèque Payot n° 606, 2006 []
  19. Sur cette approche, on se reportera à l’ouvrage synthétique très bien fait de Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, collection Repères n°437, 2006 []
  20. Le DEMEOC est le diplôme d’établissement sur le monde extrême-oriental contemporain dispensé à l’Institut Politique de Lyon   []
  21. Laurent Cesari, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Belin, coll. « Sup Histoire », 1995 []
  22. Cf. Bénédicte Chéron, Le Viêt Nam. Des blessures de l’Histoire à l’Asie du XXIème siècle, Paris, Editions du Jubilée / Tempora, coll. « Initiation à la géopolitique », 2009 []
  23. Voir les références de ces ouvrages dans notre bibliographie en ligne []
  24. Voir les références de ces thèses dans notre bibliographie en ligne []
  25. Soulignée dès 1979 par Pierre-Richard Féray, cf. Viêt-Nam, fractures d’une nation, op. cit., p. 331, note 65 []
  26. Voir notre entretien de 52’ dans l’émission « La suite de l’histoire » en ligne sur RCF ; voir aussi Viêt-Nam, fractures d’une nation, op. cit., p. 25-26 []
  27. Cf. le rôle de l’historien à l’épreuve de la mémoire et son « devoir d’histoire » : Claude Liauzu, « La colonisation a-t-elle été positive ou négative ? », mars 2007, en ligne sur le blog Etudes coloniales (page consultée le 20 mars 2018 []
  28. Sur le nationalisme modéré, voir notre communication à Montréal dans le séminaire de Christopher Goscha : Guillemot, François, « La révolution inachevée du nationalisme vietnamien. L’impossible démocratie ? », Conférence organisée par le Centre d’Histoire des Régulations Sociales (CHRS), UQAM, Montréal, 1er novembre 2013 (page consultée le 20 mars 2018) []
  29. Cf. The logic of violence in civil war, New York: Cambridge University Press, 2006. Voir aussi son ouvrage à paraître en 2018 intitulé Civil Wars []
  30. Traduction du second couplet qui souligne la violence d’une guerre civile qui débute en 1945 selon ce compositeur []
  31. Voir notre communication au Collège de France sur la guerre en Asie. Résumé en ligne sur Mémoires d’Indochine : Guillemot, François, « De la “guerre du peuple” à la “guerre civile révolutionnaire”. Essai de polémologie vietnamienne ». Colloque “La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient” organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase, Paris, Collège de France, 18-19 mai 2015 []
  32. Quelques références ci-après : Đỗ Ngọc Nhân, Vấn đề ch đạo chiến lược trong chiến tranh Việt Nam [La question de la direction stratégique dans la guerre du Viêt-Nam], Saigon, 1970 ; Huỳnh Văn Cao, Thế chiến nhân dân (People’s war strategy), Saigon, 1961 ; Vũ Tiến Phúc, Phương lược chiến tranh chnh tr [Stratégie de la guerre politique], Saigon, Khởi Hành, 1968 et bien entendu la collection du périodique Tập san Quốc phòng [Défense nationale] édité à Saigon []
  33. Sur ce dernier aspect, voir notre article en ligne : « 30 avril 2015 ou la négation de l’autre : de la violence guerrière à la violence symbolique » []
  34. Cf. l’étude en ligne de Christophe Vigne sur le site de l’IRASEC : Mobiliser les Vietnamiens de l’étranger. Enjeux, stratégies et effets d’un nationalisme transnational, Bangkok, Irasec, 2012 et l’ouvrage de Kieu-Linh Caroline Valverde, Transnationalizing Viet Nam. Community, culture and politics in the Diaspora, Temple University Press, 2013 []
  35. Cf. Viêt-Nam, fractures d’une nation, op. cit., p. 262 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.