L’Indochine littéraire

Par NGUYEN Giang-Huong

Bibliothèque nationale de France

 

Les lettres francophones d’Indochine n’appartiennent ni tout à fait au champ littéraire autochtone, ni complètement au champ littéraire français. Elles manquent donc d’ancrage et d’autonomie. L’étude sur cette littérature se restreint encore aujourd’hui à l’exotisme et aux rêveries les plus superficielles. Cet état des lieux vise alors à montrer qu’elle mérite d’être sortie de l’ombre grâce à un travail bibliographique rigoureux, accompagné d’une relecture des œuvres les plus remarquables

 

Francophone letters in Indochina entirely belong neither to autochtonal literary field, nor to French literary field. They are short of roots and autonomy.The study of this literature, still now, limits oneself  to exoticism and to the sallowest dreams. This inventory aims to show that francophone literature of Indochina merits to be rediscovered by rigorous drawing of bibliography and also by reading again the most noteworthy works.

 


La littérature francophone d’Indochine émerge dès l’aube de la colonisation française. Le terme « Indochine » est pris dans son acception géographique pendant l’époque coloniale pour désigner le Vietnam, le Laos et le Cambodge d’aujourd’hui. Durant plus d’un siècle, cette littérature a son propre développement. Dès 1934, Louis Malleret a reconstitué, dans son ouvrage Exotisme indochinois dans la littérature française, un inventaire de 261 auteurs et de 376 titres[1]. Au Tonkin (1885) et L’Opium (1886) de Paul Bonnetain sont les premiers écrits de qualité littéraire[2]. Chronologiquement, l’extension de cette littérature peut être observée sur trois périodes principales : 1862-1913, période d’émergence ; 1913-1940, période d’affirmation d’une littérature coloniale ; 1940 jusqu’à la fin du XXe siècle, période des « survivances »[3]. 

Les auteurs « indochinois » publient aussi en français. L’écriture francophone autochtone se développe en parallèle avec celle des auteurs français. Alain Guillemin a publié en 1999 les statistiques suivantes : « on peut recenser de manière non exhaustive une centaine d’ouvrages de fiction écrits par 47 écrivains : 62 œuvres en prose (34 romans, 18 volumes de contes, 8 autobiographies, 2 recueils de nouvelles), 31 plaquettes de poésie et 6 pièces de théâtre[4]. » Les premières fictions sont le recueil de poèmes Paris, capitale de la France (1897) de Nguyễn Trọng Hiệp, dit Kim Giang et la pièce de théâtre Les Amours d’un vieux peintre aux îles Marquises (1898) de Kỳ Đồng (pseudonyme) – Nguyễn Văn Cẩm. L’écriture francophone autochtone prend son essor à partir de 1913 avec le recueil de poèmes Mes Heures perdues de Nguyễn Văn Xiêm. Bernard Hue a remarqué ainsi :

Deux littératures en français, à compter de cette date, vont enrichir à la fois le patrimoine français et le patrimoine des pays du Sud-Est asiatique sous la domination de la France[5]. 

La réalité montre le contraire. Les lettres francophones d’Indochine n’appartiennent ni tout à fait au champ littéraire autochtone, ni complètement au champ littéraire français. Elles manquent donc d’ancrage et d’autonomie et se trouvent dans, comme ce qu’appelle Jean-Marc Moura, un « lieu d’oubli[6] ». Bernard Hue a constaté l’absence de l’Indochine dans le chapitre consacré par Auguste Viatte à « La littérature d’expression française hors de la France métropolitaine » de l’ouvrage Histoire des littératures, paru en 1980. Deux ans plus tard, Viatte a ajouté un tableau succinct de ces écrivains francophones dans Histoire comparée des littératures francophones. Même si cette évocation reste bien sommaire, elle mérite d’être considérée comme pionnière dans la reconnaissance de l’ampleur et de l’originalité de la littérature francophone d’Indochine[7].

Dès lors, un certain nombre de travaux apparaissent : Exotisme indochinois et poésie. Étude sur l’œuvre poétique d’Alfred Droin, Jeanne Leuba et Albert de Pouvourville de Patrick Laude, Rêver l’Asie. Exotisme et littérature coloniale de Denys Lombard ou encore L’Indochine dans la littérature française, des années vingt à 1954. Exotisme et altérité d’Henri Copin. Les ouvrages : The Vietnamese Novel in French. A Literary Response to Colonialism de Jack A. Yeager, Littératures de la péninsule indochinoise dirigé par Bernard Hue et le grand chapitre de Bui Xuan Bao consacré à « La littérature vietnamienne d’expression française » dans Littératures de langue française hors de France. Anthologie didactique dirigée par la Fédération Internationale des Professeurs de Français, sont les références les plus citées. Néanmoins, ces travaux existants restent peu nombreux par rapport à la richesse quantitative et la valeur historico-littéraire de cette littérature.

Qui lit encore ces œuvres aujourd’hui ? La plupart d’entre elles ne se trouvent qu’à la Bibliothèque nationale de France, souvent consultables exclusivement sur microfiches. Les demandes de consultation sont manifestement trop limitées pour susciter la nécessité de les numériser, étant donné que c’est un des moyens les plus pertinents pour faciliter la lecture et l’accès à distance.

Dans le monde éditorial, la plupart de ces écrits n’ont longtemps connu aucune réédition. C’est l’anthologie dirigée par Alain Quella-Villéger, bien accueillie par la critique, qui a relancé le processus. [8]   En effet  il republie les œuvres suivantes : Pierre Loti, Un Pèlerin d’Angkor ;  Claude Farrère, Les Civilisés ; Henri Daguerches, Le Kilomètre 83 ; Herberd Wild, Le Conquérant ; Jean d’Esme, Les Dieux rouges ; Yvonne Schultz, Le Sampanier de la baie d’Halong ; des textes de Jules Boissière, Albert de Pouvourville, Jean Dorsenne. Parallèlement, les éditions Kailash republient une vingtaine de romans et recueils de nouvelles parmi lesquels L’Annam sanglant ([1898], 2014)  d’Albert de Pouvourville et Fumeurs d’opium ([1896], 1993) de Jules Boissière.

 Six autres ouvrages ont été republiés, trois d’auteurs français d’Indochine aux collections « Autrement mêmes » de l’Harmattan (Hiên le maboul ([1908], 2011) de Emile Nolly, Au Tonkin ([1886], 2010) de Paul Bonnetain, Homme jaune et femme blanche ([1933], 2008) de Christiane Fournier) et trois romans vietnamiens francophones réédités par les Éditions de La Frémillerie : Le Fils de la baleine ([1956], 2015) de Cung Giũ Nguyên, Printemps inachevé ([1962], 2012) de Lý Thu Hồ, et Les Légendes des terres sereines ([1943], 2009) de Phạm Duy Khiêm.  Cependant ces rééditions publiées par de petits et moyens éditeurs n’ont eu qu’une faible réception critique, l’ouvrage de Quella-Villéger faisant exception.

Pourquoi l’écriture francophone d’Indochine est-elle tombée dans l’oubli ? Henri Copin a cherché à l’expliquer en adoptant deux points de vue, idéologique et littéraire. Sur le plan idéologique, la colonisation française représente une « forme de mauvaise conscience[9] » que l’on a la tendance à ne pas évoquer. En effet, beaucoup d’écrits des auteurs français d’Indochine sont très marqués par les idéologies politiques de l’époque : « apologie sans nuance de la colonisation, glorification du colonisateur, parfois accompagnée d’une dépréciation du colonisé, vision manichéenne ou caricaturale des rapports entre les races, supériorité de la civilisation européenne affirmée implicitement ou explicitement[10]. » Sur le plan littéraire, la littérature inspirée par l’Indochine n’a pas laissé d’œuvre vraiment marquante et populaire que le public puisse l’identifier. En parlant de la littérature indochinoise, on pense le plus souvent à L’Amant de Marguerite Duras, ou moins à La Voie royale d’André Malraux et aux poèmes de Paul Claudel.

Jean-Marc Moura, quant à lui, s’attache aux tendances littéraires durant la seconde moitié du XXe siècle. Les fictions ayant l’environnement indochinois comme scénographie s’effacent devant une « littérature de l’évasion ou du reportage[11] ». On parle le plus souvent de Jean Hougron avec sa série de six romans La Nuit d’Indochine (1950-1958), de Jean Lartéguy avec Le Mal jaune (1962) ou le témoignage de Lucien Bodard dans La Guerre d’Indochine (1963-1967). Durant les années 1960, bien que le Vietnam occupe une place importante dans le grand combat tiers-mondiste des intellectuels de gauche, cette lutte est paradoxalement peu présente dans la fiction française. Jean-Marc Moura met en lumière deux raisons principales en comparant la situation du Vietnam à celle de l’Amérique latine. D’une part, les combattants vietnamiens semblent plus difficiles à approcher que leurs homologues latino-américains. D’autre part, la culture vietnamienne devrait être plus étrangère aux Français que celle des Latino-Américains. L’Amérique latine a ainsi éclipsé le Vietnam en tant que territoire romanesque révolutionnaire avec la figure de leurs leaders, Guevara ou Castro vers 1960.

Se situant entre littérature de voyage ou exotisme et littérature coloniale, l’écriture francophone d’Indochine est un corpus propice aux études postcoloniales. À noter la distinction entre ces deux littératures. La littérature coloniale peut s’entendre comme des écrits par des auteurs ayant longuement séjourné dans les colonies et choisissant l’activité coloniale européenne comme thème. Elle est alors proche d’une littérature de témoignage. On peut y distinguer, par exemple, Déclin de l’Occident de Spengler, Journal d’un philosophe en Orient de Keyserling, Défense de l’Occident d’Henri Massis ou La Tentation de l’Occident de Malraux. Quant à la littérature exotique, issue des voyages en terres lointaines, elle les décrit comme des sociétés primitives et les présente comme radicalement différentes de la France métropolitaine. Les thèmes récurrents de l’exotisme de l’Indochine sont la grande piraterie, l’opium, les « congaïes » qui se trouvent, par exemple, dans les œuvres de Jean Marquet, de Jean d’Esme, d’Henry Casseville, d’Eugène Pujarniscle, de Paul Chack, de Paul Munier.

La littérature francophone autochtone est particulièrement intéressante pour l’analyse de l’exotisme, dans le sens inverse. L’exotisme indochinois est surtout présent dans les écrits datant des années 1920 jusqu’à la fin de la décennie suivante sous forme de mémoires, journaux intimes ou correspondances (Le Roman de mademoiselle Lys de Nguyễn Phan Long, Bà-Dầm de Trương Đinh Tri et Albert de Teneuille, Vingt ans de Nguyễn Đức Giang, par exemple). Par ailleurs, les auteurs indochinois, formés dans les écoles franco-indigènes, éprouvent un fort besoin d’évoquer leur contact avec l’Occident et leurs expériences interculturelles. L’affirmation identitaire comme une réponse au colonialisme occidental marque cette littérature. À côté d’un grand nombre de éécritures des contes et des légendes en français, les fictions évoquent la double démarche – à la fois enrichissante et difficile – d’acculturation et de retour aux valeurs fondamentales de la culture originelle. Le discours anti-colonialiste devrait être examiné avec précaution, car la plupart des écrivains français autochtones sont sans aucun doute nationalistes tout en admirant profondément les apports français à l’Indochine.

L’étude sur la littérature francophone indochinoise se restreint encore aujourd’hui à l’exotisme et aux rêveries les plus superficielles. Ainsi cette littérature mérite-t-elle d’être sortie de l’ombre grâce à un travail bibliographique rigoureux, accompagné d’une relecture des œuvres les plus remarquables.

 

Bibliographie sélective :

Achour Christiane, Les Francophonies littéraires, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2016.

Barquissau Raphaël, L’Asie française et ses écrivains : Indochine-Inde, Paris, J. Vigneau, 1947.

Clavaron Yves (éd.), Études postcoloniales, Paris, SFLGC, coll. « Poétiques comparatistes », 2011.

Copin Henri, L’Indochine des romans, Paris, Éd. Kailash, coll. « Asie imaginaire Essai, anthologie », 2000.

Copin Henri, L’Indochine dans la littérature française des années vingt à 1954 : exotisme et altérité, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 1996.

Duras Marguerite, L’Amant, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Bui Xuan Bao, “Vietnam”, in Littératures de langue française hors de France : anthologie didactique, Sèvres, F.I.P.F., 1976.

Fournier Christiane, Homme jaune et femme blanche, (1933), Paris, L’Harmattan, coll. « Autrement mêmes », 2008.

Guillemin Alain, « La Littérature vietnamienne francophone entre colonialisme et nationalisme », in Littératures et temps colonial : métamorphoses du regard sur la Méditerranée et l’Afrique, Jean-Robert Henry et Lucienne Martini (éds.), Aix-en-Provence, Édisud, 1999, pp. 267‑279.

Hue Bernard (éd.), Littératures de la péninsule indochinoise, Paris, Karthala, 1999.

Joubert Jean-Louis (éd.), Littératures francophones d’Asie et du Pacifique : anthologie, Paris, Nathan, 1997.

Lombard Denys, Champion Catherine et Chambert-Loir Henri (eds.), Rêver l’Asie : exotisme et littérature coloniale aux Indes, en Indochine et en Insulinde, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales ; Studies in history and the social sciences », n° 56, 1993.

Malleret Louis, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, (1934), Paris, Harmattan, coll. « Autrement mêmes », 2014.

Malraux André, La Voie royale, (1930), Paris, B. Grasset, 1976.

Moura Jean-Marc, « D’un lieu d’oubli : les littératures francophones d’Indochine », in Les lieux d’oubli de la francophonie, Dumontet Danielle… [et al.] (éds.), 2015, pp. 27-49.

Moura Jean-Marc, Littératures francophones et théorie postcoloniale, (1999), [Paris], PUF, 2007.

Moura Jean-Marc, Exotisme et lettres francophones, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Écriture », 2003.

Moura Jean-Marc, La Littérature des lointains : histoire de l’exotisme européen au XXe siècle, Paris, Honoré Champion, 1998.

Littératures anciennes, orientales et orales, (1955), Paris, Gallimard, coll. « Histoire des littératures, 1 ; Encyclopédie de la Pléiade, 1. », 1993.

Nguyen Duc Giang, Vingt ans, Vinh, Nouvelle revue indochinoise, 1940.

Nguyên Phan Long, Le Roman de mademoiselle Lys, Hanoi, Impr. tonkinoise, 1921.

Quella-Villéger Alain, Indochine : un rêve d’Asie, Paris, Omnibus, 1995.

Teneuille Albert de et Truong Dinh Tri, Bà-Dầm, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1930.

Viatte Auguste, Histoire comparée des littératures francophones, Paris, Nathan, coll. « Nathan université, information, formation », 1980.

Yeager Jack Andrew, The Vietnamese Novel in French: a literary Response to Colonialism, Hanover (NH), Published for the University of New Hampshire by University Press of New England, 1987.

 

Notes :

[1]              Louis Malleret, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, (1934), Paris, Harmattan, coll. « Autrement mêmes », 2014, p. xvii.

[2]              Bernard Hue (éd.), Littératures de la péninsule indochinoise, Paris, Karthala, 1999, p. 91.

[3]              Ibid.

[4]              Alain Guillemin, « La Littérature vietnamienne francophone entre colonialisme et nationalisme », in Littératures et temps colonial : métamorphoses du regard sur la Méditerranée et l’Afrique, Jean-Robert Henry et Lucienne Martini (éds.), Aix-en-Provence, Édisud, 1999, p. 268.

[5]            Bernard Hue (éd.), Littératures de la péninsule indochinoise, op. cit., p. 97.

[6]             Moura Jean-Marc, “D’un lieu d’oubli : les littératures francophones d’Indochine”, in Danielle Dumontet, Véronique Porra, Kerstin Kloster et Thorsten Schüller, Les Lieux d’oubli de la francophonie, Georg Olms Verlag, 2015, pp. 27.

[7]              Bernard Hue (éd.), Littératures de la péninsule indochinoise, op. cit., p. 97.

[8]               Alain  Quélla-Villléger, Indochine.Un rêve d’Asie, Paris, Omnibus, 1995.

[9]              Henri Copin, L’Indochine des romans, Paris, Éd. Kailash, coll. « Asie imaginaire Essai, anthologie », 2000, p. 9.

[10]            Ibid.

[11]            Moura Jean-Marc, « D’un lieu d’oubli : les littératures francophones d’Indochine », in Danielle Dumontet… [et al.], Les Lieux d’oubli de la francophonie, op. cit., p. 37.

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.