La littérature vietnamienne francophone

par NGUYEN Giang-Huong (BnF)

 

BnF, Gallica

Dans l’Indochine coloniale, le français, malgré son usage restreint, apparaît comme une langue supérieure, comme une source de savoir et, bien sûr, comme la condition nécessaire de toute ascension sociale. Ceux qui maîtrisent bien le français sont considérés comme des personnes cultivées, dignes de s’adresser au public. Celui-ci est constitué avant tout d’un public vietnamien, alphabétisé en français ou bilingue, qui peut être composé aussi bien d’intellectuels à proprement parler que de Vietnamiens passés par les écoles franco-indigènes. C’est à ce public que s’adressent les efforts faits par ces nouveaux écrivains pour vulgariser les nouvelles connaissances et pour construire une nouvelle identité nationale à travers la littérature.

Selon un parcours type, les auteurs vietnamiens, de langue française ou du quốc ngữ, commencent pour la plupart à écrire pour les journaux. C’est par la suite, après avoir publié dans des revues, que les auteurs accèdent vraiment au statut d’écrivain. Ces carrières qui débutent par le journalisme impliquent souvent le bilinguisme. Ainsi, Phạm Văn Ký, qui publiera la grande majorité de ses œuvres en France, est le rédacteur en chef de L’Impartial à Saïgon, et de La Gazette de Hué ; il fait également paraître un grand nombre d’articles, poèmes et pièces de théâtre dans plusieurs périodiques du Vietnam (la Nouvelle revue indochinoise, la Patrie annamite, l’Annam nouveau, par exemple) avant son installation en France en 1938.

En réponse à la coexistence culturelle dans ce contexte colonial, le thème majeur de la littérature vietnamienne dans les deux langues d’expression est la confrontation entre tradition et modernité : l’affrontement entre les deux systèmes de valeurs extrême-orientale et occidentale, et les conflits de générations entre les lettrés de type confucéen et les jeunes intellectuels issus des écoles coloniales.

L’influence du romantisme français est aussi prégnante dans les romans vietnamiens francophones que dans les romans en quốc ngữ. L’affirmation de l’individu, tout particulièrement dans les thématiques amoureuses, qui mettent en scène très concrètement la question de l’émancipation, est l’un des apports importants de la pensée occidentale à la vie mentale vietnamienne. Le thème de l’amour devient un thème privilégié de la littérature vietnamienne moderne : il est exploré dans de multiples scénarios qui vont du modèle de l’histoire d’amour impossible amenant les personnages à se résigner à la souffrance – voire au suicide (génération de Hoàng Ngọc Phách pendant les années 1920) – jusqu’à la révolte ouverte et déterminée de la jeune génération qui veut vivre et aimer comme elle le ressent (génération du Tự lực văn đoàn (« Groupe littéraire autonome ») des années 1930). Ce sujet de l’amour est abordé de la même manière par les premiers romans vietnamiens francophones tels que : En s’écartant des ancêtres (1939) de Trịnh Thục Oanh et de Marguerite Triaire, Vingt Ans (1940) de Nguyễn Đức Giang, Le Roman de mademoiselle Lys (1921) de Nguyễn Phan Long, Bach Yên ou la fille au cœur fidèle (1946) de Trần Văn Tùng, la tentation du suicide étant présente dans les deux derniers livres.

La distinction entre la littérature en français et celle en quốc ngữ de la même période tient au souci, dans les écrits en français, du dialogue des cultures, comme en témoignent Le Roman de mademoiselle Lys, Bach-Yên ou la fille au cœur fidèle ou Vingt Ans. Pour leur part, les auteurs en quốc ngữ tendent plutôt vers une quête de l’identité nationale et s’investissent dans le travail de la forme et du style pour enrichir la nouvelle « écriture nationale » et créer un véritable espace littéraire dans le pays.

À partir de 1945, le groupe d’écrivains francophones s’écarte petit à petit de l’espace littéraire vietnamien, à l’exception de Hoàng Xuân Nhị et Cung Giũ Nguyên qui sont restés au Vietnam jusqu’à la fin de leur vie. L’éloignement géographique des auteurs francophones par rapport à leur pays natal suscite un écart thématique entre l’écriture en français et la littérature nationale en quốc ngữ. On observe aussi un rapprochement avec les autres littératures francophones, notamment sur la question majeure de l’identité. L’exil choisi par la majorité des écrivains vietnamiens francophones génère une problématique de l’entre-deux, des thématiques qui évoquent le déchirement entre le pays d’origine et le pays d’accueil. Leurs romans, notamment ceux de Phạm Văn Ký ou de Phạm Duy Khiêm, développent le thème de la confrontation de l’Extrême-Orient et de l’Occident et de la difficile acculturation. À partir de ce thème majeur, deux motifs sous-jacents sont récurrents : l’union amoureuse mixte et le retour au pays natal en tant qu’ils sont des occasions d’expériences intenses et difficiles et qu’ils témoignent directement du déchirement identitaire. Le thème du couple mixte dans Bà-Dầm (1930) de Trương Đình Tri et Albert de Teneuille, Heou-Tâm (1942) de Hoàng Xuân Nhị, Nam et Sylvie (1957) de Phạm Duy Khiêm, Des femmes assises çà et là (1964) de Phạm Văn Ký se présente comme une métaphore des conflits culturels et de la difficile, voire impossible (ré)conciliation entre deux systèmes de pensées. Le thème du retour au pays natal dans Frères de sang (1947) de Phạm Văn Ký représente, par exemple, un véritable défi de double déterritorialisation du sujet multiculturel : le protagoniste ressent le fait d’être toujours étranger en France malgré tous ses efforts d’acculturation, mais est complètement bouleversé quand il retournedans son pays natal où il se sent plus dépaysé encore que dans le pays d’accueil.

Le thème de l’individualité reste toujours d’actualité au-delà de 1945. La question de l’existence individuelle face aux principes impersonnels du confucianisme se manifeste à travers la lutte de l’individu pour son amour, pour les valeurs morales issues de la culture française qu’il adopte ou plus généralement pour son propre choix de vision du monde. Les romans de Cung Giũ Nguyên et de Lý Thu Hồ témoignent en effet des conditions d’existence de l’individu face aux conflits et aux luttes idéologiques dans le contexte mouvementé du Vietnam de la seconde moitié du xxe siècle.

A partir des années 1980, un nouveau souffle s’élève principalement avec des voix féminines : Bạch Mai, Kim Lefèvre, Anna Moï, Kim Đoan, Nguyễn Tuyết Nga, Thanh-Van Tran-Nhut ou encore Kim Thúy privilégient le thème de l’exil en relatant leurs souvenirs du Vietnam, leur expérience de la guerre 1955-1975 et aussi le sentiment d’une différence identitaire intime.

Aujourd’hui, la notion de la littérature vietnamienne francophone devient ambigüe avec l’éloignement du passé colonial. Des écrivains d’origine vietnamienne ou ayant un lien de parenté avec le Vietnam (par exemple Tran Minh Huy, Doan Bui, Hoai Huong Nguyen et autres) se servent de l’histoire et des traditions transmises par leurs ascendants comme une source d’inspiration. La classification de ces œuvres en une catégorie à part entière, appelée « littérature vietnamienne francophone » paraît moins pertinente, voire restrictive dans le contexte où les cultures, collectives et personnelles, deviennent une matière évidente de la création artistique et littéraire.

 

Pour en savoir plus

Rencontre le 2 octobre 2018 à la BnF sur la Presse indochinoise (1865-1954).

Nguyen Giang-Huong, La littérature vietnamienne francophone (1913-1986), Paris, 2018

Bibliothèque du Haut-de-jardin : la littérature francophone en salle H, avec des collections des grands auteurs vietnamiens du 20ème et 21ème siècles écrivant en français.

Billet de blog Gallica sur le premier roman vietnamien, septembre 2018

Billet de blog Lecteurs  – BnF novembre 2018

 


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.