‘Cri de l’aurore’ de Hoai Huong Nguyen

An Linh n’existe pas. On ne peut arpenter ses rizières, parcourir ses collines, sentir sa brise à l’aube et se recueillir dans ses cimetières face à l’océan. Rien de ce qui suit n’est réel. La correspondance que vous allez lire aurait pu se tenir il y a deux cents ans. Endormis depuis de longues années, Isey, Thanh et leurs compagnons se réveillent. L’un après l’autre, ils se lèvent pour entrer sur une scène imaginaire encore plongée dans la nuit. Ils s’apprêtent, revêtent des tuniques colorées, soulignent leur regard d’un trait de khôl, prennent une plume et des feuilles de papier pour jouer leur partie.

Le paysage s’éclaire : ils vont ouvrir le bal… Puisse le Ciel donner vie à leurs lettres, clarté à leurs voix – et leur accorder la grâce de vous rencontrer.

 

Entre prose et poésie

Le Cri de l’aurore tire son titre d’un poème des Contemplations de Victor Hugo. Après L’ombre douce et Sous le ciel qui brûle, ce roman essaie de trouver une nouvelle manière d’entremêler la prose et la poésie. Thanh, l’un des personnages principaux du livre, est poète. Il est jeté en prison au début du récit, et ne peut influer directement sur l’action. Sa manière d’agir passera par l’écriture de poèmes où il va dire l’amour qu’il ressent pour sa femme Isey. L’introduction de la poésie dans ses lettres ouvre à une réflexion sur le pouvoir des mots : comment la poésie permet-elle de surmonter la séparation – comment mêle-t-elle la présence et l’absence – comment peut-elle exprimer les émotions qui traversent les personnages : la mélancolie ou la joie, allant vers l’ineffable – est-ce la femme aimée qui donne vie à l’art ou bien est-ce l’art qui donne vie à la femme, comme dans le mythe de Pygmalion ?

 

Sources d’inspiration

Ce livre trouve ancrage dans diverses sources d’inspiration. Le souvenir de Tristan et Iseult apparaît dans le nom d’Isey et l’image finale de la voile du bateau. Pour ce qui concerne la forme épistolaire, il y a les modèles des Liaisons dangereuses ou de la Nouvelle Héloïse. Des romans de Jane Austen tels que Pride and Prejudice ou Sense and Sensibility ont fourni une inspiration pour l’intrigue construite autour du mariage et du bal. Du point de vue poétique, la poésie romantique et surréaliste fut une inspiration pour les poèmes de Thanh (celle de Hugo, Baudelaire, Rimbaud ou encore L’amour la poésie de Paul Eluard et les Calligrammes d’Apollinaire), de même que la poésie extrême-orientale (l’œuvre de Li Bo, Bashô ou Han Mac Tu). 

 

Roman épistolaire 

Ecrire un roman par lettres représentait un défi ludique. Car cela supposait d’imaginer une expression différente pour chaque personnage. Il fallait que la voix d’une jeune fille soit différente de celle d’un homme d’âge mûr, celle d’une cuisinière différente de celle d’une religieuse…  De plus, il fallait qu’un même personnage, Isey par exemple, s’exprime différemment selon qu’elle écrive à son mari, à son avocat, à une amie d’enfance ou à sa mère… La forme épistolaire demande aussi de raconter l’intrigue en passant par l’intériorité des personnages. Il n’y a pas un unique narrateur, mais plusieurs regards ; de même, il n’y a pas un seul destinataire du récit, mais plusieurs lecteurs : cela induit une circulation du discours narratif, de la parole et de l’adresse lyrique. Il fallait enfin respecter la vraisemblance, éviter l’écueil des redondances, ménager un dévoilement progressif de l’intrigue, avec des péripéties, des moments de pause, tout en allant vivement vers le dénouement.

 

Et le Vietnam ?  

Après L’ombre douce et Sous le ciel qui brûle, deux romans qui évoquaient l’histoire du Vietnam, ce troisième roman se déroule dans un pays imaginaire appelé An Linh… Cependant, par certains aspects (noms, paysages, végétation, tradition, légende…), ce pays rappelle le Vietnam. An Linh ressemblerait au Vietnam de l’époque de Nguyen Du, l’auteur du Kim Vân Kiêu, œuvre essentielle de la littérature vietnamienne. Comme le Vietnam du XIXème siècle, An Linh est une monarchie en proie à des mouvements de révolte. La société est rigoriste et patriarcale : le pouvoir est détenu par les hommes, la femme est maintenue dans un état de sujétion, les pères décident de l’avenir de leurs enfants, l’homosexualité est réprouvée… La question de la guerre affleure à travers le personnage de Thanh qui veut transformer la société d’une manière pacifiste, sans recourir à la violence. L’exil lui apparaît comme la seule solution pour retrouver la liberté.

 

Un roman féminin 

Dans la société patriarcale d’An Linh, l’aventure est menée essentiellement par des personnages féminins. D’une manière clandestine, elles vont trouver un moyen de faire évader un prisonnier, tourner en ridicule un grossier séducteur, duper un Commandant cruel qui va se révéler un cœur tendre, prouver à un cercle de révolutionnaires qu’elles ne sont pas les naïves créatures qu’ils s’imaginent, tout en organisant avec enthousiasme un bal costumé sur le thème de la Nuit…  Le roman pose la question du masque, de la séduction, de l’émancipation féminine ou encore de l’égalité entre hommes et femmes.

 

Merci Hoai Huong Nguyen !

 

Présentation sur le site de l’éditeur :

http://www.viviane-hamy.fr/catalogue/collections/litterature-francaise/le-cri-de-l-aurore/article/le-cri-de-l-aurore

Pour citer : "Cri de l’aurore de Hoai Huong Nguyen," in France - Vietnam : un portail entre les cultures, 12/02/2019, https://vietlitfr.hypotheses.org/3167  


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.