Masculisation de la féminité et rapports de pouvoir Orient – Occident : cas de ‘Đoạn Tuyệt’ de Nhất Linh

Prof. Assoc. TRẦN Văn Toàn

Département de la Littérature

Vietnamienne Moderne, HNUE

Conférence à l’ENS, le 24 juin 2019

 

1. Cadres théoriques

1.1 Le genre : une construction culturelle

Kate Millett, Sexual Politics (1970) distingue : sexe (biologique) / genre (psychologique, voire culturel)

Genre = culture (l’indéterminé) : la conception de la masculinité et de la féminité varie d’une culture à une autre, et d’une époque à une autre dans la même culture. Masculinités et féminités au pluriel : les descriptions de genres exigent la prise en considération des espaces culturels particuliers, avec leurs propres rapports pouvoir-savoir.

1.2 La dichotomie masculin-féminin

La dichotomie masculin-féminin est liée à la dichotomie domestique-public et à la dichotomie privé-public1, d’après laquelle la féminité existe dans l’espace domestique et la masculinité dans l’espace social et communautaire. Cette dichotomie présuppose la position supérieure et dominante de la masculinité.

La société traditionnelle vietnamienne montre la pertinence de ce modèle. Respectées dans l’espace domestique, les femmes se retirent complètement, sous l’emprise du confucianisme, des espaces sociaux.

1.3 La masculinité, la féminité et le rapport Occident-Orient

En tant que rapport de forces, la dichotomie masculin-féminin (avec sa hiérarchie sous-jacente) est susceptible de décrire les autres rapports de pouvoir, notamment ceux des nations à l’ère de l’invasion de l’Occident à l’échelle mondiale. E.Saïd développe dans l‘Orientalisme (1979) l’idée que l’Orient devient l’objet, dans l’optique de l’Occident, de ce qu’il appelle la féminisation (avec un caractère inactif et docile), au profit du pouvoir masculin de l’Occident (avec un caractère aventurier, conquérant et actif).

A ce stade, le rapport de genres est devenu un moyen culturel pour décrire les rapports de pouvoir entre différentes nations et cultures.

1.4 La nation comme un concept sexualisé

T.Mayer2 résume, à partir des études de Anderson (1991), Hobsbawm (1990), Connor (1987), Mosse (1985), Brass (1979), que le rapport entre la masculinité d’un côté et la nation, la féminité de l’autre existe est un phénomène universel:

“In these narratives the nation is virtually always feminized and characterized as in need of protection; women are figured as the biological and cultural reproducers of the nation and as “pure” and “modest,” and men defend the national image and protect the nation’s territory, women’s “purity” and “modesty,” and the “moral code.”3

Dans le contexte colonial, la femme ou la féminité est devenue le terrain des interactions, voire des guerres, entre les pouvoirs colonisateurs-colonisés.

 

2. Objectifs de recherche

2.1 Le féminisme en Asie et dans le monde entier

Au Japon, le droit de vote des femmes était en discussion. En Chine, la révolution de Royaume céleste de la Grande Paix (1851-1864) apporte une égalité entre hommes et femmes en économie, dans l’enseignement et dans les armées.

En juin 1929, le Congrès international des femmes  a eu lieu à Londres, avec la participation de 40 pays, y compris l’Inde et les Philippines.

Le 25 janvier 1931, le Congrès des femmes en Asie (à Laho, Inde) est marquée par la revendication de l’égalité homme-femme et de la fin de la polygamie.

Le Vietnam ne participait pas mais les actualités de l’événement sont rapportées par la presse.

2.2 La construction de la nouvelle féminité dans le contexte colonial

2.2.1 Les politiques éducatives du gouvernement colonisateur

  • Les écoles des filles

La première école des filles privée (primaire et secondaire) est fondée à Saigon en 1875 par les sœurs. La première école primaire de filles voit le jour en 1908 à Hanoi. Les premiers lycées de filles apparaissent à Saigon en 1915, à Hue en 1917 et à Hanoi en 1917.

  • Programme pédagogique

Dans les sciences sociales, la langue, l’histoire et la culture françaises sont les matières principales, pendant que le vietnamien est enseigné durant les trois premières années (à partir de 1924); l’histoire et la géographie du Vietnam durant les six années du niveau primaire.

Dans les sciences naturelles, sont enseignés les mathématiques, la physique, la chimie. 

 Sont aussi enseignés les travaux ménagers, le soin aux enfants. La peinture et la musique sont mis en valeur.

  • Enseignants

Parmi l’équipe des enseignantes vietnamiennes et françaises, les françaises sont bien formées, fidèles à la philosophie éducative du système français, et aux valeurs humaines et scientifiques.

  • Débouchés

La majorité des filles finissent leurs études après les trois premières années à l’école primaire. Certaines poursuivent leurs études au collège. Recrutées ensuite pour différentes activités: enseignantes, sage-femmes, écrivaines, journalistes, scientifiques, activistes sociales. Une nouvelle conscience de la vie sociale et professionnelle et la participation aux espaces sociaux défavorisent le modèle féministe traditionnel.

2.2.2. Réactions des Vietnamiens

  • Appréciation du rôle de la femme dans la famille, tout en refusant la possibilité de l’égalité homme-femme (voir dans les revues Nam Phong de Phạm Quỳnh ou Phụ nữ thời đàm dans les années 1930 et 1932)

L’article “Tâm hồn phụ nữ” de Gina Lombroso paru dans Nam Phong en 1925 fait preuve à l’impossibilité de l’égalité homme-femme, qui a pour cause non pas l’éducation mais les caractères physio-biologiques. La plus noble contribution des femmes consiste à aider les hommes à devenir grands chevaliers, poètes ou savants.

Les critiques visent le nouveau mode de vie des “nouvelles femmes” et discutent sur la question du mariage.

Les changements ne doivent être réservés qu’aux classes bourgeoise et aristocrate.

  • Revendication de l’égalité homme-femme chez Phan Khôi, Phan Bội Châu, Sương Nguyệt Anh, Nguyễn Đức Nhuận

Les journaux représentatifs : Nữ giới chung, 1918 ;  Phụ nữ tân văn, 1929-1934 ; Phụ nữ thời đàm, 1933-1934 sous l’impact de Phan Khôi.

Ils défensent l’idée que les femmes n’assument pas seulement les rôles maternels et conjugaux, mais dispose aussi des droits de l’homme en égalité avec les hommes. Les discussions tournent autour du le rôle sacré des femmes dans la famille, de la priorité dans les métiers et l’indépendance par rapport aux hommes, des connaissances des lois pour que les femmes se protègent et mieux exercent leur métier, de la situation des femmes dans les classes sociales inférieures.

  • Engagement dans les questions touchant à la nation

Phan Bội Châu publie des nouvelles, des romans et des pièces de “tuồng” (théâtre traditionnel) dont le thème porte sur les femmes résistantes pendant la guerre de l’indépendance du pays (par exemple : Việt Nam vong quốc sử, Trùng Quang tâm sử, Trưng nữ vương)

Nguyễn Ái Quốc et la presse révolutionnaire soulignent le destin des femmes colonisées, pour ensuite lier les questions féministes à la campagne de libération des classes sociales et de la nation.

Selon Nguyễn Đức Nhuận (rédacteur en chef de Phụ nữ tân văn), il est indispensable que les femmes apprennent l’histoire pour être patriotes.

2.2.3 Sous l’influence de la Chine: cas de Chẩm Á et des romans romantiques

L’histoire d’amour de Chẩm Á et Trần Bội Phân (une veuve) finit par leur séparation à cause des préjugés.

Les romans autobiographiques, Ngọc lệ hồn et Tuyết hồng lệ sử, ont aussi une fin tragique : déçus de la séparation forcée, les protagonistes finissent par se suicider. Ces romans forment en effet un courant de littérature tragico-romantique.

De 1919 à 1931 paraissent 21 romans de la littérature romantique chinoise, notamment ceux de Từ Chẩm Á, traduits en vietnamien.

2.2.4 Tendance de suicide chez les femmes vietnamiennes ou la crise du nouveau modèle féministe

De 1927 à 1934, 43 cas de suicides de femmes sont rapportés sur les journaux. La presse à l’époque remarque l’influence des romans occidentaux (traduits ou originaux en français) et des romans romantiques de Từ Chẩm Á. A part la cause économique, le motif principal de ces suicides est lié à la vie conjugale, mariage forcé ou polygamie.

Il s’agit d’une crise du nouveau modèle féministe dans le courant de la culture traditionnelle. Fruits de la nouvelle éducation et des initiatives libératrices, ces femmes ne peuvent s’accommoder de la réalité. Elle font alors appel à leur dernière liberté, celle du suicide.

2.3 Objectifs de recherche

Nous cherchons à décrire des caractères du phénomène de masculinisation de la féminité dans Đoạn tuyệt de Nhất Linh comme une solution à la crise du modèle féminin-masculin traditionnel. Notre étude portera sur le lien entre les discours féministes et ceux de la nation dans le contexte colonial. Nous tenterons de comparer le discours sur les femmes dans Đoạn tuyệt  aux discours construits pendant la période 1929-1945 pour trouver les similitudes et les particularités de l’idéologie du groupe Tự lực văn đoàn.

 

3. Nhất Linh et le thème des femmes dans les romans du groupe Tự lực văn đoàn (1933-1936)

3.1 Quelques traits biographiques de Nhất Linh

Né en 1906, Nhất Linh (Nguyễn Tường Tam) est formé à l’école française. Il est parti étudier en France de 1927 à 1930. Chef du groupe Tự lực văn đoàn – première association privée des écrivains au Vietnam, il a su exercer un impact important sur toute la société. Journaliste, il est devenu politicien : en 1938, Nhất Linh fonda le parti Hưng Việt et devint pro-japonais un an après. Recherché par les français, il a dû se réfugier en Chine.

3.2 Le thème des femmes dans les œuvres de Tự lực văn đoàn (1933-1936)

Quelques œuvres principales  sur ce thème:

Hồn bướm mơ tiên (1933) – Khái Hưng

Nửa chừng xuân (1934) – Khái Hưng

Gánh hàng hoa (1934) – Nhất Linh & Khái Hưng

Đời mưa gió (1934) – Nhất Linh & Khái Hưng

Đoạn tuyệt (1935) – Nhất Linh

Lạnh lùng (1936) – Nhất Linh

Les protagonistes féminins dans ces œuvres sont construits en lien avec l’amour pour la liberté.

3.3 Synopsis de Đoạn tuyệt

Loan, une fille moderne, bien formée et orientée, tombe amoureuse de Dũng (un résistant), qui éprouva le même sentiment mais ne voulait pas le rendre explicite, pour ne pas exposer son amoureuse à des risques possibles. Les parents de Loan voulaient au contraire marier leur fille à Thân (fils de Madame Phán Lợi, une femme  riche). Obligée par le “principe d’obéissance” (hiếu), Loan se marie avec Thân mais se sent toujours malheureuse confrontée au poids des préjugés dans la famille de son mari, particulièrement dans la relation avec madame Phán Lợi. Après la mort de son premier enfant, à cause de traitements médicaux superstitieux dans la famille de madame Phán Lợi, Loan ne peut plus avoir d’enfants. Cette situation favorise le mariage de Thân avec une autre fille, Tuất. Loan se trouve abandonnée. Pendant un conflit violent, Thân bat Loan mais tombe ensuite sur la lame de papier que Loan tenait en main et qui cause incidemment la mort de Thân. Loan est ensuite amenée au tribunal, où elle eut été jugée innocente. A la fin, Loan pratique l’enseignement et écrit dans des journaux pour gagner son pain au moment où Dũng lui écrit pour avouer son amour et son souhait de se marier avec elle.

4. Analyses

4.1 Masculinisation de la féminité dans Đoạn tuyệt
"Loan admirait Dũng, suivait les traits déterminés et virils sur son visage, et se demandait : Nous sommes de même niveau d’études, pourquoi ne pas faire comme lui? Pourquoi ne pas vivre une vie indépendant et forte ?"

Dũng dans les yeux de Loan a un caractère unique:  la beauté d’une existence libre, généreuse, sans aucune limite. Nous oserons dire que ce qui suscite en Loan des sentiments amoureux, ce n’est pas forcément Dũng lui-même mais le mode de vie que mène à fond son amoureux. Le caractère original de Loan, c’est définitivement le désir de s’identifier à Dũng, de partager ses qualités et de vivre cette vie-là de Dũng. Son bonheur c’est de vivre avec Dũng, mais surtout de vivre comme Dũng.

Plus elle est amoureuse de Dũng, plus elle s’identifie à son bien-aimé et finit par le devenir de certain point de vue.

“Loan se hâtait de rentrer, dans sa maison modeste mais qui lui était précieuse, parce que cet abri lui donnait l’impression de vivre la vie de Dũng.”
“Ainsi s'extasiait-elle sur le plaisir du travail et de ses efforts, ainsi se réjouissait-elle de toutes les valeurs d’une vie largement indépendante.”

La masculinisation de la féminité se manifeste dans le fait que Loan se focalise sur Dũng, s’identifie à Dũng dans une nouvelle vie indépendante et généreuse. Par là, Loan s’émancipe des rôles de femme et de mère, qui les réduisent à l’espace domestique, afin de s’engager à une vie libre et autonome où elle peut atteindre à l’égalité entre homme et femme.

4.2 L’éducation comme condition première pour l’égalité homme-femme

L’éducation révèle à Loan sa tragédie et lui forge l’esprit critique contre Madame Phán Lợi et Tuất qui représentent le modèle de femmes traditionnelles. Sans l’éducation, Loan aurait dû être victime des préjugés et contribuer inconsciemment à les maintenir en même temps. L’éducation lui ouvre des horizons professionnels, dans l’enseignement et dans le journalisme.

4.3 Le rôle de l’Occident

La mentalité moderne chez Loan est héritée de l’éducation occidentale. La langue française l’a aidée à s’exprimer devant les fonctionnaires et au tribunal. C’est uniquement dans l’institution judiciaire des autorités coloniales que les paroles de Loan sont écoutées et partagées alors qu’elles étaient toujours réfutées dans l’espace domestique traditionnel.

La libération des femmes va dans ce contexte de pair avec l’occidentalisation. Cette complexité suscite chez les hommes à la fois un soutien – car la masculinité est un exemple pour les femmes – et un souci pour l’identité nationale (Dũng se présente comme protecteur).

4.4 Dũng : le révolutionnaire et le représentant de la nation

Dũng apparaît dans plusieurs œuvres de Nhất Linh comme Đoạn Tuyệt, Đôi bạn, Thế rồi một buổi chiều. Nhất Linh reconnaît en 1954 s’être servi de quelques détails dans sa vie d’un révolutionnaire exilé à Côn Đảo dans la construction du personnage de Dũng dans Đoạn Tuyệt et Đôi bạn. Plus tard, pendant son séjour politique en Chine, Nhất Linh adopte le nom de Nguyễn Tường Dũng.

A travers son personnage du Dũng, l’écrivain exprime sa vision des concepts de peuple et de nation. Le patriotisme lui signifie l’amour pour le peuple constitués des classes de conditions défavorables. Il s’engage à changer leur vie, les oriente vers la modernisation.

4.5 Significations du phénomène de masculinisation de la féminité

La masculinisation de la féminité est un moyen qui réaffirme le rôle des hommes en tant que protecteurs. La relation entre Loan et Dũng reflète le paradoxe chez le peuple vietnamien : attiré par l’Occident, modèle de modernisation, tout en redoutant les menaces contre l’ identité masculine. Un des moments de la modernisation est la libération des femmes alors que les hommes doivent être protecteurs de l’identité nationale. D’où vient le modèle de la féminité moderne : la masculinisation est une évolution menée par les hommes (représentants de la nation). Les femmes deviennent alors le produit des affrontements de pouvoir entre les colonisateurs (occidentalisation) et le nationalisme.

Le personnage Dũng définit ainsi la nation en l’assimilant avec le peuple. Cette définition vient de l’Occident : l’Occident et l’Orient se mêlent en Dũng et  échappent à toute distinction manichéenne.

 
  Ecoles franco-vietnamiennes 
  Nouveau modèle féminin
  être fille, femme et mère être l’être humain être citoyen
Nguyễn Văn Vĩnh, Phạm Quỳnh

Oui

(limité aux bourgeois, aristocrates)

   
Phan Khôi Oui Oui  
Phan Bội Châu Oui Oui Oui
Nguyễn Ái Quốc   Oui Oui
Nhất Linh (Đoạn Tuyệt, 1935)  

Oui

(limité aux bourgeois, aristocrates)

Oui
Kang Kyung Ae (Mẹ và con gái, 1931)  

Oui

(appliqué aux classes inférieures)

Oui

Modèle féminin durant la période de 1932 à 1945

5. Discussions

– Les critiques reçues de Đoạn tuyệt mettent l’accent sur la libération des femmes en la contrastant avec le nationalisme vaincu. D’après nous, dans le contexte colonial, la libération des femmes est alliée avec à la fois les discours de la modernisation et ceux du nationalisme.

– Les révolutionnaires et intellectuels bénéficiaires de la formation occidentale (sans lien avec les colonisateurs) ont tendance d’encourager le féminisme et d’intégrer les femmes aux espaces sociaux et nationaux ; pendant que Nguyễn Văn Vĩnh et Phạm Quỳnh qui collaborent étroitement avec les colonisateurs français, adoptent une attitude plus modérée. De ce point de vue, Nhất Linh partage des points communs avec Phan Bội Châu et Nguyễn Ái Quốc.

– La différence entre Nhất Linh et Phan Bội Châu, Nguyễn Ái Quốc : pour Nhất Linh, seules les femmes de bonne éducation sont concernées aux questions de la nation. Cette vision trouve son écho chez Phạm Quỳnh, qui oriente volontier, sur Nam Phong (4/1924), le féminisme vers les classes bourgeoise et aristocrate ; contrairement au Parti communiste qui s’oriente vers les femmes de condition défavorable.

– Dans les pays colonisés, la libération des femmes est liée aux questions de la nation. Au Vietnam, les discours les plus importants sur les femmes sont pourtant développés par les hommes. Aucune écrivaine n’écrit sur la situation féminine (différent de la littérature coréenne). Dans l’oeuvre de Kang Kyung Ae, les femmes sont libérées et modernisées sans aucun modèle phare des hommes.

Pour citer :

TRAN Van Toan, Masculisation de la féminité et rapports de pouvoir Orient - Occident : cas de 'Đoạn Tuyệt' de Nhất Linh, in France-Vietnam : un portail entre les cultures, Giang-Huong Nguyen (éd.), https://vietlitfr.hypotheses.org/3251

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

  1. Kottak, P. Conrad, “Gender” in Cultural Anthropology, USA: McGraw-Hill Inc, 1991, p.185 []
  2. Gender Ironies of Nationalism, 2002 []
  3. Mayer, Tamar, 2002, p.10 []

Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lam Le dit :

    Je m’attendais à plus de « hardiesse » et moins d’idées reçues ( pléonasme ds ce cadre académique?) Mais au moins c’est la preuve des dégâts colatéraux causés dans la recherche universitaire au VN suite à l’octracisme du mouvement Tu Luc Van Doan par la purge néo-maoiste « Humanisme et belles oeuvres » des années 1957. Rien n’est jamais trop tard pour rémédier à la chose. CQFD

    • Giang-Huong Nguyen dit :

      Merci de votre commentaire. En tant que rédactrice et organisatrice des conférences, je veille à respecter l’opinion de l’auteur. Un des objectifs des nos conférences est d’apporter au public français le point de vue des chercheurs vietnamiens le plus fidèlement possible. Tout débat est bienvenu lors des séances qui auront lieu à l’ENS.

Répondre à Giang-Huong Nguyen Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.