Discours sur le Nouveau Vietnam – Tân Việt Nam – dans la perspective coloniale : cas de Phan Bội Châu durant les années 1905-1908

 Prof. Assoc. Trần Văn Toàn

Département de littérature

vietnamienne moderne, HNUE

Conférence à l’ENS, le 4 juin 2019

 

1 La perspective coloniale et le rapport entre pouvoir et savoir

1.1.   Le rapport étroit pouvoir – savoir 

 Les savoirs ne se créent pas de façons neutres. Le pouvoir et le savoir sont, selon Foucault, intimement liés : 

 « Il faut plutôt admettre (…) que le pouvoir et le savoir s’impliquent directement l’un l’autre, qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans la constitution corrélative d’un champ de savoir, ni aucun savoir qui ne présuppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir1. »

Le pouvoir peut aller de haut en bas. En étudiant la théorie du discours de Foucault, Sara Mills a fait une remarque intéressante au sujet du rapport entre le pouvoir et le savoir : Les personnes qui occupent une position dominante dans les relations de pouvoir seront celles qui créent un discours sur les individus faibles (les blancs dominent les noirs ; les hommes les femmes ; les hétérosexuels les homosexuels…). Dans l’environnement colonial, l’Occident, disposant d’une position de force, élabora pendant des siècles une immense littérature sur l’Orient pour justifier et maintenir son hégémonie (Orientalisme)2.

Cependant, le pouvoir ne va pas seulement de haut en bas. Dans ses descriptions de la théorie du pouvoir, Foucault constate que si le pouvoir est partout, ce n’est pas parce qu’il englobe tout, mais parce qu’il vient de partout. Selon ce schéma, le pouvoir fonctionne non seulement de haut en bas, mais encore de bas en haut.

Ce principe nous aidera à comprendre que dans le contexte colonial, non seulement des colonisateurs construisent les savoirs ou le discours sur les colonisés, mais des colonisés conquièrent aussi le droit de créer leurs auto-représentations à travers lesquelles ils résistent au pouvoir colonial.

1.2. Le concept de « contact zone » 

Pratt (1992) a proposé le concept de « zone de contact » en tant qu’espace social dans lequel les cultures se rencontrent, entrent en conflits et/ou se mettent en relation. En envisageant l’espace colonial comme une « zone de contact », Pratt a pris conscience du fait que les peuples coloniaux avaient leur propre marge d’initiative sous l’influence des colonisateurs car ils choisissent le niveau auquel il les reçoivent et la manière de les utiliser. En d’autres termes, non seulement ils reçoivent, mais ils tirent également parti des influences occidentales en fonction de leur objectif3.

Pratt appelle ce cas un mélange culturel (transculturation), une expression de « zone de contact ». Avec cette problématisation, le mélange et l’hybridité deviennent des sujets importants des études post-coloniales.

 

2 But et contexte de la recherche

2.1. Nouveau contexte de pouvoir multipolaire en Asie de l’Est au début du XXe siècle

Dans la relation entre le pouvoir colonial et la colonie interviennent de nombreuses figures : les agents de la dynastie de Nguyễn (roi – mandarins – agents subalternes) ; l’élite du monde ancien et les classes populaires.

L’Asie de l’Est cherche une voie de modernisation dont le Japon était au centre.

2.2. Tonkin et Annam face à la crise du modèle politique et à la transformation profonde de l’éducation traditionnelle 

Le modèle de la monarchie au Tonkin et en Annam est remis en question. Il est temps de trouver un nouveau modèle politique.

Parallèlement, l’administration française procède à une réorganisation du séculaire système d’éducation confucéenne. Le français et le quốc-ngữ (écriture vietnamienne en caractères latins) sont enseignés à l’école vietnamienne confucéenne à partir de 1906. En 1909, français et le quốc-ngữ sont utilisés dans les concours des lettrés pour la première fois.

2.3. But de la recherche

Nous cherchons d’abord à identifier les caractéristiques d’un « nouveau régime politique »  dans le discours de Phan Bội Châu, dans le contexte des interactions de pouvoirs multipolaires. Ensuite, nous tenterons de comparer le discours politique de Phan Bội Châu dans ses œuvres de la période de 1905 à 1908 avec certains discours lorsqu’il est devenu un lettré moderniste (nhà nho Duy Tân), afin de mettre en lumière l’évolution idéologique dans son discours.

3 Problématique

3.1. La « zone de contact » de Phan Bội Châu n’est pas située dans l’environnement colonial

Phan Bội Châu était membre d’un peuple colonisé mais l’espace dans lequel il a construit son discours est le Japon. Cette zone de contact l’a fait participer à diverses interactions de pouvoir.

3.2. La première moitié du XXe siècle – œuvres censurées

De nombreuses œuvres de Phan Bội Châu, Tân Việt Nam (Le nouveau Vietnam) et Việt Nam quốc sử khảo (Recherches sur l’Histoire nationale du Vietnam) en particulier, ont été interdites en raison de leur nature radicalement anticolonialiste.

 3.3. La seconde moitié du XXe siècle – Phan Bội Châu comme image de propagande

 L’image de Phan Bội Châu a été largement utilisée à des fins de propagande patriotique. Phan Bội Châu d’après la connaissance commune du public actuel est principalement un grand patriote et révolutionnaire. Ses côtés de penseur ont été largement négligés bien qu’il ait été « un des personnages les plus complexes de l’histoire du Vietnam4 ».

 

4 Objet de recherche

4.1. Tân Việt Nam et Việt Nam quốc sử khảo

Tân Việt Nam (新越南, Le nouveau Vietnam) (1907) est écrit en caractères chinois, puis imprimé et publié au Japon (1.000 exemplaires). Un exemplaire manuscrit en caractères chinois est conservé par aux Archives nationales du Vietnam. Dans les années 1960, l’historien Chương Thâu a trouvé une traduction en caractères de quốc ngữ de Tân Việt Nam (38 pages) à la Bibliothèque générale des Sciences. Cette traduction sert de base à la traduction actuelle.

D’après Chương Thâu, Việt Nam quốc sử khảo (越南國史考, Recherches sur l’histoire nationale du Vietnam) est achevé en 1908 et publié pour la première fois en 1909 au Japon. Aucun exemplaire imprimé en caractères chinois n’a été retrouvé. Il n’y a que deux manuscrits en caractères chinois (environ 170 pages). L’un se trouve à la Bibliothèque d’information en sciences sociales à Hanoi. L’autre est dans une bibliothèque familiale à Hué. La traduction actuelle est celle de Chương Thâu, basée sur la comparaison de ces deux manuscrits. 

Pour Việt Nam quốc sử khảo, nous nous concentrons sur le chapitre 5 « Thịnh suy của dân quyền và dân trí » (Prospérité et décadence des droits et intelligence du peuple) et le chapitre 10 « Đầu đuôi mối quan hệ giữa nước ta và châu Âu » (À l’origine des relations entre notre pays et l’Europe)

En outre, nous faisons référence à Hải ngoại huyết thư (海外血書, Lettre d’Outre-Mer écrite avec du sang) écrit en 1907 par Phan Bội Châu.

Nous comparons les deux publications principales de Phan durant la période japonaise avec la publication Văn minh tân học sách (Nouvelles études sur la civilisation) (1904), considérée comme le programme du mouvement des lettrés modernistes Đông Kinh Nghĩa Thục (L’école pour la juste cause) et une publication majeure de ce mouvement, Quốc dân độc bản (Livre de lecture du citoyen) (1906), ainsi qu’un texte important de Phan Châu Trinh, précurseur des mouvements réformistes, Đầu Pháp chính phủ thư (Lettre au gouverneur de l’Indochine) (1906). 

4.2. Tournant japonais : de la recherche d’aides militaires à l’objectif poursuivi

En 1897, Phan Bội Châu arriva à Hué, se lia d’amitié avec Nguyễn Thượng Hiền, un lettré réputé, et prit contact ainsi avec les pensées réformistes et de Tân Thư (Nouveaux livres) venant de Chine et du Japon.

En 1900, après avoir réussi l’examen, Phan Bội Châu mena immédiatement une série d’activités de révolte. Il tenta de prendre la ville de Nghệ An sans succès. Puis Phan Bội Châu éleva au rang du prince éclairé un membre la famille royale, Cường Để et défendit la stratégie du « Voyage à l’Est » pour rechercher un soutien militaire.

L’esprit du mouvement Cần Vương (Aide au Roi) consiste à utiliser la force pour reconquérir l’indépendance. La loyauté au souverain joua un rôle central dans la prise de conscience politique de Phan Bội Châu avant la période japonaise. La crise du modèle politique de la monarchie n’était pas présente dans sa conscience politique.

Le changement de perception politique n’est apparu qu’au Japon. Il passa par conséquent d’un objectif concernant l’aide militaire à celui de l’étude.

 

5 Un nouveau régime politique au Vietnam : l’aboutissement du processus de Duy Tân

5.1. Duy Tân (Renouveau ou Modernisation)

Phong trào Duy Tân, nom général du mouvement de modernisation initié par les lettrés réformateurs, notamment par Phan Châu Trinh (1872 – 1926) fut lancé en 1906 jusqu’en 1908 et prit fin après avoir été réprimé par les autorités coloniales.

Quant à Hội Duy Tân (Association pour la modernisation) (1904-1912), c’est une société moderniste et anticoloniale, fondée par Phan Bội Châu et par le prince Cường Để.

Duy Tân est aussi le nom dynastique du onzième souverain de la dynastie des Nguyễn. Porté au pouvoir par les autorités coloniales françaises, à l’âge de 8 ans pour remplacer son père, il régna de 1907 à 1916, jusqu’à l’échec de la révolte qu’il mena contre le Protectorat français.

5.2 Définition de « Nước » (l’État) : L’État appartient au Peuple
« Selon le droit international public, pour qu’un État existe, il doit y avoir un peuple, un territoire, une souveraineté5. »
« Si ces trois choses la souveraineté, le peuple et le territoire, existent bien, l’État existe. Qui prend l’une de ces trois choses pour la donner aux étrangers est l’ennemi de l’État6. »

Selon la définition de Phan Bội Châu, le peuple est propriétaire de l’État : le peuple protège la souveraineté de l’État, gère son territoire et ses ressources pour rendre le pays puissant et prospère. Les « quốc dân » (citoyens) d’après Phan Bội Châu sont à la fois les protecteurs et les constructeurs de la Nation. Ce tout nouveau discours sur l’État-Nation se base sur une nouvelle prise de conscience des droits et des obligations du citoyen. 

L’égalité : 

Selon Phan Bội Châu, le peuple se compose de toutes sortes de personnes : « des gens nobles et des gens modestes, des riches et des pauvres, des grands et des petits7. » Plus précisément, dans Hải ngoại huyết thư (1907), le concept du peuple de Phan est subdivisé en 10 catégories : les riches notables, les nobles, les lettrés, les soldats, les chrétiens, les membres de sociétés secrètes, les femmes, les interprètes – les secrétaires – les cuisiniers (c’est-à-dire le groupe des gens en général qui collaborent avec les colonisateurs), les personnes ayant de victimes des méfaits dans leur famille, les gens habitant au pays et ceux habitant à l’étranger8.

Le patriotisme : 

Malgré des critères extrêmement diversifiés (classe, sexe, religion, lieu de résidence et autres), tous sont considérés comme « citoyens », s’ils ont une qualité commune qui est le patriotisme ou le sens de la solidarité pour reconquérir la souveraineté nationale et pour construire un État-Nation moderne. Les critères de construction d’une communauté nationale de Phan dépassent largement les modèles du peuple comme sujets du Roi (thần dân) ou simples habitants des communautés villageoises (thôn dân). 

 Cela fait écho à la notion de « communauté imaginaire » de Benedict Anderson. Celui-ci considère que le patriotisme et la solidarité sont les éléments fondamentaux de la construction de l’État-Nation moderne9.

5.3. Droits du citoyen

5.3.1 Droits du citoyen et droits politiques

  • Le droit de vote, le parlement et le gouvernement comme des institutions pour garantir le pouvoir du peuple

À propos du droit de vote, Phan Bội Châu s’exprime ainsi : « Tous ont le droit de vote10 » pour former le parlement.

 Le parlement est l’institution qui est chargée de faire respecter le pouvoir du peuple, en assurant le principe que le peuple détient le pouvoir suprême. Le parlement se compose d’un sénat, d’un « parlement intermédiaire » et d’une chambre des représentants. Cette dernière est le lieu où la majorité du public pourra donner son avis sur les affaires du sénat et du parlement intermédiaire11.

En ce qui concerne le principe de séparation et de contrôle des pouvoirs, le parlement contrôle l’exécutif (Cf. Tân Việt Nam, Việt Nam quốc sử khảo) :

 « La législation des sanctions, les décrets, les impôts sont tous décidés par le Parlement, le gouvernement n’a pas droit d’intervenir (...). Le gouvernement doit présenter ses projets devant l'Assemblée du Peuple (…) Ce que les gens pensent juste, le gouvernement ne peut pas ne pas le faire; ce que les gens pensent injuste, le gouvernement ne peut pas le faire12. »
  • Le roi doit prendre le peuple pour « le ciel »

C’est un renversement symbolique : « Le roi doit prendre le peuple pour le ciel, le peuple est le ciel du souverain qui gouverne le pays13 »

« Au sommet du système de pouvoir, laisser ou détrôner le roi est le droit du peuple. De même manière, le peuple décide de promouvoir ou de dégrader les mandarins. Pour les mauvais rois et les mandarins qui n’assument pas leur ‘éthique publique’, alors lorsque les sessions se tiennent au parlement, notre peuple (…) a le droit de les réprimander et de les punir. » (Tân Việt Nam, 179)

Deux options sont proposées, si le roi s’oppose au peuple: première étape, constitution d’un « grand parti révolutionnaire du peuple » ; deuxième étape, mise en place d’une « armée révolutionnaire » 14.

Phan a donc connu et reconnu le modèle des républiques, comme la France et les États-Unis15, où le monarque est complètement absent.

Tân Việt Nam et Việt Nam quốc sử khảo fournissent des éléments fondamentaux d’un nouveau modèle de régime politique sans roi, qui s’ébauchait dans la conscience politique de Phan.

5.3.2 Droits civils : Les contributions oubliées de Phan Bội Châu

La liberté d’expression consiste dans le droit de publier, de débattre, de s’associer16.

Le droit à l’éducation universelle et à l’éducation globale concerne l’éducation sur les questions morales, l’éducation physique et l’éducation intellectuelle17.

Les droits de l’homme sont respectés avec les délinquants18, ils impliquent la création d’écoles pour les aveugles, les muets, les sourds et les handicapés en général, la création de foyers pour les orphelins, de centres d’accueil des personnes âgées19 et l’égalité des sexes (promotion de la femme, notamment à travers l’éducation moderne)20.

En ce qui concerne les droits économiques, les métiers utiles (thực nghiệp), le gouvernement doit s’occuper de l’avenir du peuple dans les domaines de l’agriculture21, du développement industriel et du commerce22.

« Personne n'est au chômage23. »

La description des droits civils ci-dessus permet de mieux voir un aspect très important dans le modèle du nouveau régime politique de Phan Bội Châu. D’après notre analyse, les deux œuvres de Phan Bội Châu mettaient en lien étroit les deux types de droits du citoyen, droits politiques/civiques et droits civils (sociaux, économiques…). Dès lors, il serait nécessaire de corriger les jugements partiels à propos de la pensée de Phan Bội Châu :

« Il met l’accent sur les relations entre les peuples et la souveraineté du pays, mais porte moins d’attention aux questions des droits de l’homme et des droits civils dans la vie politique et sociale24. »

D’autres auteurs comme Nguyễn Trọng Văn (2017) insistent récemment sur  la primauté de la question de la souveraineté nationale par rapport à ses pensées concernant les droits civils, en citant un spécialiste de Phan Bội Châu, l’historien japonais Shiraishi Masaya.

Pour Phan Bội Châu, c’est bien la souveraineté du peuple qui est la base commune de deux types de droits fondamentaux : la souveraineté nationale / l’indépendance et les droits civils que l’on a tendance à séparer radicalement l’un de l’autre ou à privilégier de façon exagérée la souveraineté nationale.  

 

6 Conclusion préliminaire

6.1 Le discours sur le nouvel État – Nation de Phan est entièrement issu du discours national traditionnel

Dans le passé, le discours national vietnamien des dynasties s’est construit dans les rapports avec la Chine, considérée comme modèle idéal. Cela se termina avec la conquête de la France mettant la dynastie de Nguyễn sous protectorat. L’acte symbolique fut la destruction des sceaux que la dynastie des Qing avait octroyés à la cour de Hué (en 1884).

Deux caractéristiques importantes sont à noter dans les discours de Phan Bội Châu sur le nouveau régime politique : 

– Il faut abandonner le pouvoir politique et symbolique du roi pour construire une nouvelle représentation  de la communauté nationale et ethnique, basée sur l’idée de souveraineté nationale et de souveraineté du peuple (Phan Bội Châu critique fortement la servitude des monarchies vietnamiennes vis-à-vis de l’Empire du Milieu, notamment avec le paiement de tributs); 

 – Il convient d’adopter la vision de l’histoire comme « évolution », concept venant de l’Occident. Le discours de Phan dans la période japonaise se basait sur le concept de Văn minh (civilisation) – un concept importé de l’Occident, remplaçant Văn hiến (belles traditions culturelles) – un concept originaire de la Chine.

6.2 Savoir – pouvoir occidental :

Avant 1905 au Vietnam, en tant que membre d’un pays qui avait perdu son indépendance, Phan reconnaissait principalement le pouvoir occidental comme une force physique et brutale. Face à ce pouvoir, Phan choisit de le défier, de le nier.

De 1905 à 1908 au Japon, l’environnement japonais aida Phan à mieux comprendre le pouvoir de la civilisation occidentale. Il apprit de manière proactive, reconnut les origines de ce pouvoir extrêmement puissant et utilisa ses nouvelles connaissances comme un moyen de réformer son pays, de construire une communauté nationale moderne dans le contexte colonial, avec l’objectif de recouvrer la souveraineté nationale. Phan résista au colonialisme avec les moyens fournis par la civilisation occidentale.

L’Occident joua un rôle important dans la transformation de la personnalité de Phan: d’un confucéen à un révolutionnaire moderne et un intellectuel qui révisa l’histoire de son pays avec les outils des connaissances modernes. A partir de la période japonaise, Phan devenait un « médiateur » important25 qui transmettait des valeurs et des savoirs de l’Occident à la communauté vietnamienne vivant au pays. 

6.3 Bien que Phan Bội Châu ait écrit et publié ses œuvres au Japon, ses interlocuteurs furent les Vietnamiens et les Français dans l’environnement colonial vietnamien.

Pour les colonisateurs français, l’idéalisation des standards de la démocratie occidentale sert à effacer la politique de domination en invoquant « le prétexte de protection26 » et « la mission de la civilisation des Français27 »

Pour le mandarinat vietnamien, la création d’un modèle de régime politique idéal avait pour l’objectif de faire pression sur le système mandarinal.

Pour le peuple, il s’agissait de mettre en œuvre l’objectif d’éduquer le peuple (aider le peuple à s’armer des connaissances utiles vis-à-vis l’égard d’un nouveau régime politique démocratique, prospère, puissant et civilisé afin de moderniser le pays et conquérir son indépendance). 

Bien qu’il ait habité loin du pays, les discours de Phan auraient pu participer activement aux interactions de pouvoir entre le régime colonial (et le système mandarinal) et le peuple dominé du Vietnam.

 

Questions méthodologiques :

Les sujets colonisés ne constituent pas un ensemble homogène. Il existe une grande diversité dans les rapports entre les colonisés, les colonisateurs et les agents du système mandarinal de la dynastie de Nguyễn.  Pour pouvoir décrypter correctement leurs discours il nous faudra reconstruire des paramètres contextuels (comme espace, époque, public cible, objectif…). Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra éclairer les zones floues, dissimulées du fait des préjugés.   

 

Œuvres étudiées :

PBC : « Việt Nam Quốc Sử Khảo / Recherches sur l’Histoire nationale du Vietnam » (1908) et « Tân Việt Nam / Nouveau Vietnam » (1907) 

ĐKNT : « Quốc Dân Độc Bản / Livre de lecture du citoyen » (1906) 

PCT : « Đầu Pháp chính phủ thư / Lettre au gouverneur de l’Indochine » (1906)

 

Bibliographie :

Anderson Benedict (2006), Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism.

Chen Yi Yuan & Luo Jing Wen, ‘Phan Bội Châu và mối quan hệ mật thiết với Nhật Bản và Trung Quốc – tìm hiểu trường hợp Phan Bội Châu tiếp thu và chuyển hóa các câu chuyện anh hùng dựng nước phương Tây’, Nguyễn Ngọc Thơ dịch, trong sách Văn học cận đại Đông Á từ góc nhìn so sánh, Đoàn Lê Giang (2011) chủ biên, Nxb Tổng hợp Hồ Chí Minh, tr.619-631.

Duiker William J. (1971), ‘Phan Boi Chau: Asian Revolutionary in a Changing World’, The Journal of Asian Studies, vol. 31, n°1, nov 1971.

Foucault Michel (1976), The History of Sextuality, (bản dịch sang tiếng Anh của Robert Hurley,1978), Pantheon Books.

Foucault Michel (1977), Discipline and Punish: The Birth of the Prison, London: Allen Lane [Fr 1975], dẫn theo A. McHoul và W. Grace (2002), A Foucault Primer, Taylor & Francis e-Library (first published 1993).

İnaç Hüsamettin & Ünal Feyzullah (2013), ‘The Construction of National Identity in Modern Times: Theoretical Perspective’, International Journal of Humanities and Social Science, ovl. 3, n° 11, June 2013.

Lê Thành Khôi (2014), Lịch sử Việt Nam từ nguồn gốc đến giữa thế kỉ XX, Nxb Nhã Nam & Thế giới, Hà Nội.

Loomba Ania (2000), Colonialism/Postcolonialism, Routledge.

Mai Cao Chương & Đoàn Lê Giang (1995), Nguyễn Lộ Trạch điều trần và thơ văn, Nxb Khoa học và Xã hội.

Mills Sara (2005), Michel Foucault, Taylor & Francis e-Library.

Phan Bội Châu niên biểu (1957), in lần thứ hai, Phạm Trọng Điềm và Tôn Quang Phiệt dịch, Nxb Văn Sử Địa, Hà Nội.

Phan Bội Châu toàn tập, t.2 (2001), Nxb Thuận Hóa – Trung tâm văn hóa ngôn ngữ Đông Tây.

Phan Bội Châu toàn tập, t.3 (2001), Nxb Thuận Hóa – Trung tâm văn hóa ngôn ngữ Đông Tây.

Pratt M. L. (1992), Imperial Eyes – Travel Writing and Transculturation, Taylor & Francis e-Libarary, 2003.

Tân thư và xã hội Việt Nam cuối thế kỉ XIX đầu thế kỉ XX, Nxb Chính trị quốc gia, Hà nội.

Trần Đình Hượu (chủ biên) (1988), Văn học Việt Nam giai đoạn giao thời 1900 – 1930, Nhà xuất bản Đại học và Giáo dục chuyên nghiệp.

Trần Trọng Kim (1999), Việt Nam sử lược (tái bản), Nxb Văn hóa thông tin, Hà Nội, tr. 569.

Trần Văn Toàn (2011), ‘Nam tính hóa nữ tính – đọc Đoạn tuyệt của Nhất Linh từ góc nhìn giới tính’, Nghiên cứu văn học số 9 – 2011, tr. 89-91.

Trương Bá Cần (1988), Nguyễn Trường Tộ con người và di thảo, Nxb Thành phố Hồ Chí Minh.

Pour citer :

TRAN Van Toan, "Discours sur le Nouveau Vietnam - Tân Việt Nam - dans la perspective coloniale : cas de Phan Bội Châu durant les années 1905-1908", in France-Vietnam : un portail entre les cultures, Giang-Huong Nguyen (éd.), https://vietlitfr.hypotheses.org/3274

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

  1. M. Foucault (1977), Discipline and Punish: The Birth of the Prison, London: Allen Lane [Fr 1975]. []
  2. Sara Mills (2005), Michel Foucault, Taylor & Francis e-Library. []
  3. M. L. Pratt (1992), Imperial Eyes – Travel Writing and Transculturation, Taylor & Francis e-Libarary, 2003. []
  4. Trần Ngọc Vương, 2001 []
  5. Việt Nam quốc sử khảo, in Phan Bội Châu toàn tập, t.3 (2001), Nxb Thuận Hóa – Trung tâm văn hóa ngôn ngữ Đông Tây, p. 68 []
  6. Việt Nam quốc sử khảo, p.52 []
  7. Tân Việt Nam, in Phan Bội Châu toàn tập, t.2 (2001), Nxb Thuận Hóa – Trung tâm văn hóa ngôn ngữ Đông Tây, p. 179 []
  8. Hải ngoại huyết thư, in Phan Bội Châu toàn tập, t.2 (2001), Nxb Thuận Hóa – Trung tâm văn hóa ngôn ngữ Đông Tây, 136 []
  9. B. Anderson (2006) Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. []
  10. Tân Việt Nam, 179 []
  11. Tân Việt Nam, 179 []
  12. Việt Nam quốc sử khảo, 68 []
  13. Việt Nam quốc sử khảo, 68 []
  14. Việt Nam quốc sử khảo, 72 []
  15. Việt Nam quốc sử khảo, 72 []
  16. Tân Việt Nam, 180 []
  17. Tân Việt Nam, 184 []
  18. Tân Việt Nam, 183 []
  19. Tân Việt Nam, 186 []
  20. Tân Việt Nam, 185 – 186 []
  21. Tân Việt Nam, 187 []
  22. Tân Việt Nam, 188 []
  23. Tân Việt Nam, 186 []
  24. Trần Đình Hượu (chủ biên) (1988), Văn học Việt Nam giai đoạn giao thời 1900 – 1930, Nhà xuất bản Đại học và Giáo dục chuyên nghiệp []
  25. M. Espagne, 2018 []
  26. Hải ngoại huyết thư, 127 []
  27. Hải ngoại huyết thư, 126 []

Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.