Les sujets colonisés et les discours sur les Français : étude des cas de ‘Quốc văn giáo khoa thư’, ‘Varenne và Phan Bội Châu’ et ‘Người đầm’

Prof. Assoc. Trần Văn Toàn

Département de littérature

vietnamienne moderne, HNUE

Conférence à l’ENS, le 18 juin 2019

 

  1. Perspective coloniale et rapports pouvoir – savoir
1.1. Rapports pouvoir – savoir 

Les savoirs ne se créent pas de façon neutre. Le pouvoir et le savoir sont, selon Foucault, étroitement liés : 

« Il faut plutôt admettre (…) que le pouvoir et le savoir s’impliquent directement l’un l’autre, qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans la constitution corrélative d'un champ de savoir, ni aucun savoir qui ne présuppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir[1]. »

Le pouvoir peut aller de haut en bas. Selon Sara Mills, spécialiste de Foucault, dans son commentaire (2005) sur la théorie du discours de Foucault, les sujets qui occupent une position dominante dans les relations de pouvoir seront ceux qui créent un discours sur le sujet plus faible (les blancs dominent les noirs, les hommes les femmes, les hétérosexuels les homosexuels, etc.) Dans le contexte colonial, l’Occident – depuis sa position dominante – produisit pendant des siècles une somme gigantesque de littérature sur l’Orient pour justifier et maintenir son hégémonie[2].

Cependant, le pouvoir ne s’oriente pas seulement de haut en bas. Dans ses descriptions de la théorie du pouvoir, Foucault a constaté :

« Si le pouvoir est partout, ce n’est pas parce qu’il englobe tout, mais parce qu’il vient de partout[3]. »

Le pouvoir fonctionne donc non seulement de haut en bas, mais aussi de bas en haut. L’application de ce principe au contexte colonial nous aidera à comprendre un fait : ce ne sont pas seulement les colonisateurs tous seuls qui construisent les savoirs ou les discours sur les colonisés, mais des colonisés revendiquent leur droit de créer leurs auto-représentations qui serviront ensuite à leur résistance au pouvoir colonial.

1.2. Le concept de « contact zone »

Pratt (1992) a proposé le concept de « zone de contact » en tant qu’espace social dans lequel les cultures se rencontrent, entrent en conflits et/ou se mettent en relation. En envisageant l’espace colonial comme une « zone de contact », Pratt a remarqué que les peuples coloniaux construisaient leur propre image sous l’influence des colonisateurs car ils choisissent les éléments et la manière de les utiliser. Ils tirent parti des influences occidentales en fonction de leur objectif. Pratt appelle ce cas un mélange culturel (transculturation) ou une « zone de contact ». Avec cette problématique, le mélange et l’hybridité deviennent des sujets importants des études postcoloniales.

1.3 « Transferts culturels »

Pour décrire la dynamique d’exportation et d’importation des biens culturels, Michel Espagne attire l’attention sur deux points :

– Réinterprétation : les modifications dues à l’importation doivent être aussi estimées que la version originale. Une traduction est aussi légitime que l’original.

– Le rôle des médiations : commerce, traducteurs, enseignement des langues étrangères, armées, missionnaires, évêques, prêtres, etc.

La zone de contact souligne les interactions sur le terrain, en l’occurrence dans le contexte colonial ; alors que le concept de transferts culturels, initié par Michel Espagne met l’accent sur le mouvement d’un espace culturel à un autre.

  1. Objectifs de recherche

Nous cherchons d’abord à reconstituer la diversité des discours sur les Français, construits par les sujets colonisés. Nous tenterons ensuite d’expliquer la diversité de ces discours en analysant les rapports colonisateurs-colonisés dans différents contextes. Enfin, nous souhaiterions éclairer le mécanisme dans lequel les sujets colonisés se servent du savoir colonisateur pour construire les identités respectives tout en résistant au pouvoir dominant.

  1. Choix de l’objectif de recherche

La constitution des discours sur les Français par les Vietnamiens (1858-1945) peut être divisée en deux périodes :

La première s’étend de 1858 à 1909. À leur arrivée, les Français se confrontent à l’attitude de haine et de révolte des Vietnamiens qui, en tant que sujets colonisés et qu’auteurs de discours, les  jugent de leur point de vue confucianiste et avec l’orgueil hérité de la Chine.

Pendant la seconde, de 1909 à 1945, la majorité des sujets constructeurs d’identités sont ceux qui ont acquis des connaissances de la culture française : intellectuels bilingues (français-vietnamien), ou trilingues (français-vietnamien-chinois). Leur relation avec les sujets colonisateurs devient complexe. Entre les deux extrêmes (coopération contre opposition), il existe nombre d’autres choix subtils. De là provient la diversité des discours sur les Français.

Quốc văn giáo khoa thư (1925) est un manuel en vietnamien pour les élèves primaires, rédigé par des intellectuels trilingues, dirigé par la Direction générale de l’Instruction publique.

La nouvelle « Varenne và Phan Bội Châu » est écrite en français, publiée dans Le Paria en France par Nguyễn Ái Quốc – Hồ Chí Minh.

La nouvelle « Người đầm » est écrite en vietnamien en 1938 par Thạch Lam, intellectuel de formation franco-vietnamienne.

Ces trois textes, parus pendant la deuxième période, présentent trois attitudes différentes par rapport au pouvoir colonial. Quốc văn giáo khoa thư montre l’attitude de collaboration avec le gouvernement colonisateur, la nouvelle de Nguyễn Ái Quốc l’attitude d’opposition et celle de Thạch Lam une attitude de l’entre-deux.

  1. Les discours sur les Français

    4.1. Discours sur les Français dans Quốc văn giáo khoa thư

Sous la responsabilité de la Direction générale de l’Instruction publique de l’Indochine, un bureau de formation est créé dans chaque région (kỳ), Cochinchine, Annam, Tonkin, Laos, Cambodge. Le système éducatif est structuré avec 6 niveaux à l’école primaire, 4 à l’école primaire supérieur et 3 à l’enseignement secondaire. Le programme d’éducation conçu par le gouvernement est obligatoire. Les maisons d’édition mobilisent alors des rédacteurs pour publier des manuels. Un tâche facultative et non pas obligatoire.

Le Règlement Général de l’Instruction Publique (RGIP) signé par Sarraut le 21 décembre 1917 définit que la formation dès les classes primaires doit être en français. Cela a fait réagir des intellectuels vietnamiens en coopération avec le gouvernement colonial comme Hoàng Trọng Phú et Phạm Quỳnh. Par conséquent, Merlin signa trois modifications 134, 135, 136 dans le RGIP afin de trouver un compromis. Le vietnamien sera alors enseigné durant les trois premièrs niveaux de l’enseignement primaire[4]. Tel est le contexte de la parution de Quốc văn giáo khoa thư[5].

La Direction générale de l’Instruction publique de l’Indochine autorise Trần Trọng Kim, Nguyễn Văn Ngọc, Đặng Đình Phúc, Đỗ Thận à rédiger le manuel. Sa rédaction est assurée avec la présence simultanée d’un côté des colonisateurs assurant la supervision et d’un autre des colonisés chargés de la rédaction. Quant aux auteurs, Trần Trọng Kim est diplômé de l’école franco-vietnamienne à Nam Định, puis de l’école des interprètes. Lors de son séjour en France, il est étudiant à l’école de commerce de Lyon puis étudiant à l’école normale de Melun. C’est une figure confucianiste éminente, connue pour son ouvrage sur le confucianisme, Nho giáo. Nguyễn Văn Ngọc et Đỗ Thận sont diplômés de l’école des interprètes. Tous les deux maîtrisent parfaitement les caractères chinois.

Seul Đặng Đình Phúc fait partie de Hội Khai Trí Tiến Đức, l’Asssociation pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites (A.F.I.M.A). Plusieurs membres de cette association sont des figures éminentes du gouvernement colonial ou du gouvernement monarchique vietnamien, font partie des personnes favorables aux colonisateurs tels que Hoàng Trọng Phu (fils de Hoàng Cao Khải), Thân Trọng Huề (Ministre de la Défense et de l’Éducation de la cour, oncle de Bảo Đại), Louis Marty (Chef du bureau de Sureté et de Politique en Indochine), Phạm Quỳnh (Secrétaire général). La philosophie de l’association est de promouvoir une coopération franco-vietnamienne.

4.1.1. Les figures françaises dans Quốc văn giáo khoa thư

Ils sont cinq Français, Carnot, Alexandre de Rhodes, Pigneau de Behaine, Paul Bert, Pasteur, sur l’ensemble de quarante trois figures sélectionnées, soit approximativement 12%. Dans une autre étude, Trịnh Văn Thảo mentionne pourtant également Sœur Félicienne. Pasteur et Sœur Félicienne apparaissent deux fois dans les articles numéro 93 et 116, il y a donc 8 articles consacrés à des figures françaises. Ensuite, à part ces six figures, nous renvoyons aussi à l’article Người Pháp ở Đông Dương dans notre étude. Le total est donc de 9 articles sur 47, soit 19%.

La tendance à la « vietnamisation » se traduit à travers l’idéalisation des héros et grands hommes de la France d’après le modèle confucianiste[6].

Carnot, révolutionnaire, apparaît avec la modestie et montre le respect qu’un disciple doit adresser à son maître (Trung Hiếu). Alexandre de Rhodes se révèle « un savant typique (Trí) et un missionnaire fidèle à son roi (Trung) ». Pigneau de Behaine est « un compagnon loyal et crédible du roi Gia Long ». Paul Bert prouve « un mélange des qualités de savant (Sagesse) et de politicien-éducateur ». Il est ainsi possible de marquer ce phénomène d’acculturation de la culture étrangère et dominante : la culture vietnamienne accueille les éléments nouveaux de la culture occidentale, à condition que cette dernière se transforme et s’harmonise avec la tradition des habitants locaux.

4.1.2. Les Français : la sympathie et mission civilisatrice

Alexandre de Rhodes est l’inventeur du quốc ngữ, la langue que Đông Kinh nghĩa thục considère comme “l’esprit de la nation”. Pigneau de Behaine est un ami loyal du roi et éducateur du prince. Paul Bert, nommé “le grand bienfaiteur”, a fondé les écoles et lancé de multiples activités humanitaires (y compris la suppression des taxes et la création des aides sociales), pour avoir amélioré les systèmes de drainage, et renforcé l’agriculture ainsi que le commerce. Tout pour un seul but : le bonheur du peuple.

« Sous l’administration des Français, notre pays se stabilise, les peuples du pays restent tranquilles et concentrés à leur production. Les Français développent l’infrastructure, à savoir les routes et les canaux, qui rendent la circulation plus efficace et l’agriculture plus productive. Ils fondent des écoles partout pour que les enfants puissent aller à l’école. Ils exploitent les mines et développent les technologies pour que les industries et le commerce dépassent les époques qui précèdent. Les villes se multiplient dans une grande prospérité. Le gouvernement installe des hôpitaux et des salles d’accouchement pour repousser les maladies et soigner les patients. »

Le rédacteur a fait appel au terme « administrateurs » (un mot porteur d’un sens péjoratif aux yeux des Vietnamiens) pour parler des Français le terme étant justifié par une signification positive. Les « administrateurs » français sont ici considérés comme inévitables pour le développement du Vietnam.

4.1.3. L’opposition des discours et les solutions de coopération

L’originalité tient au fait que le discours a été créé par les deux sujets, colonisateur et colonisé, ouvrant ainsi deux voies. Pour les Vietnamiens, il s’agit d’un discours sur la culture traditionnelle qu’ils veulent garder, et avec lequel ils veulent retourner aux Français un message de la volonté nationale, d’une identité non négligeable malgré le gouvernement des Français. Les Français développent une justification de leur destinée au Vietnam, arguant d’une mission civilisatrice et de protectorat. Cette opposition sera modérée par l’installation d’une frontière temporelle : le passé appartient au Vietnamiens, et le présent aux Français, avec leur mission civilisatrice. Cela présuppose une solution pour l’avenir qui plaît autant aux Vietnamiens qu’aux Français (Pháp Việt đề huề), axée sur la coopération, l’amitié et l’intercompréhension entre les colonisateurs et les colonisés.

4.1.4. Quốc văn giáo khoa thư et Đại Pháp công thần (1908)

 

Đại pháp công thần – Lê Văn Thơm

Quốc văn giáo khoa thư

Trần Trọng Kim et ses collaborateurs

Parution

1909 : Première réforme en éducation

1925: Deuxième réforme en éducation

Auteur

Cochinchine – nouvelle terre, colonisée par les français

Intellectuels du Nord du Vietnam – tradition confucianiste

Objectif

Chanter la grandeur de la France pour concurrencer l’impact de la culture chinoise

Valoriser la mission civilisatrice de la France au Vietnam et rechercher une harmonisation avec la culture traditionnelle confucianiste

 4.2. Discours sur les Français dans la nouvelle « Varenne và Phan Bội Châu »

4.2.1. « Varenne và Phan Bội Châu » (1925)

Le 30 juin 1925, Phan Bội Châu est arrêté par des agents secrets français à Shanghai et il est conduit au Vietnam pour être jugé. Il a été condamné à la réclusion à perpétuité (23 novembre 1925).

Varenne a été nommé gouverneur général de l’Indochine le 28 juillet 1925, mais ce n’est que le 18 novembre 1925 qu’il se rend en Indochine. En arrivant de France à Saigon, puis à Hanoi, Varenne a reçu de nombreuses pétitions demandant l’amnistie de Phan Bội Châu . Le 24 décembre 1925, Varenne a signé une ordonnance d’amnistie en faveur de Phan Bội Châu.

La nouvelle « Varenne và Phan Bội Châu », publiée dans les numéros 36 et 37 (septembre et octobre 1925) du Pariaraconte une histoire fantastique : Varenne se rendit en Indochine, rencontra Phan Bội Châu  en prison pour promettre sa libération, si ce lettré et homme politique acceptait de coopérer avec les Français. Or, face à ce geste, Phan Bội Châu  se tut. Un témoignage rapporte que « peut-être Phan souriait… et que la chose fut discrète, invisible et silencieuse comme le vol d’une mouche », tandis qu’un autre suppose que Phan Bội Châu  avait craché sur Varenne. 

4.2.2. À propos du pseudonyme Nguyễn Ái Quốc

Nguyễn Ái Quốc (Nguyễn le patriote) est le pseudonyme de Hồ Chí Minh, mais il était également le pseudonyme commun pour un groupe de vietnamiens patriotes en France de 1919 à 1925, notamment Phan Chu Trinh, Phan Văn Trường, Nguyễn Thế Truyền. Ce pseudonyme est apparu déjà en 1919 dans les « Revendications du peuple annamite » lors de la conférence de Versailles. 

En 1925, Nguyễn An Ninh, Phan Chu Trinh et Phan Văn Trường rentrèrent au Vietnam. Nguyễn Ái Quốc (futur Hồ Chí Minh) se trouva à Guangzhou (Chine). En France à cette époque, il restait seulement Nguyễn Thế Truyền, rédacteur en chef du journal Le Paria.

Dans Le Paria, numéros 36 et 37, en plus de la nouvelle « Varenne và Phan Bội Châu », il y a aussi l’article « Vive Phan Bội Châu » de Nguyễn Thế Truyền.

Ainsi, quelque soit la vraie personne derrière le pseudonyme de Nguyễn Ái Quốc, soit Nguyễn Thế Truyền, soit le futur Hồ Chí Minh, il existe deux facteurs immuables : tous les deux étaient membres de l’Association des patriotes vietnamiens et appartenaient au Parti Communiste français.

4.2.3. Le pouvoir de la presse et les voix résistantes contre colonisateurs

La loi sur la liberté de la presse de 1881 ne s’applique pas aux journaux vietnamiens en milieu colonial. En 1925, dans les journaux en français Le Paria (publié en France) et L’Indochine républicaine (publié au Vietnam), apparaissent plusieurs articles louant directement Phan Bội Châu et critiquant les tribunaux coloniaux et le gouverneur Alexandre Varenne. 

La liberté de la presse est un des points forts des droits de l’homme. Grâce à elle les idées des Vietnamiens patriotes et les Français progressistes s’expriment en France et dans les pays colonisés (par le biais de journaux écrits en français). Cela montre une autre facette de la France qui promeut les idéaux « Liberté – Égalité – Fraternité », ce qui est à l’opposé d’une France « colonisatrice ».

4.2.4. « Varenne » – portrait des colonisateurs français

a. Le point de vue du colonisateur :

« Des coolies - xe emportent à toute allure leur pousse-pousse en claquant sur la chaussée brûlante la plante de leurs pieds nus; des pastèques éventrées saignent ; des chapelets de saucisses pendent sous l’auvent des gargotes ; le nombril d’un Chinois s’exhibe en plein air; un mandarin passe nonchalamment, avec un éventail à la main et avec la croix de la Légion d’Honneur sur la poitrine… Quel bazar ! Quel tohu-bohu! » (« Varenne và Phan Bội Châu »)

Le point de vue du narrateur est transféré à « Varenne ». L’image de la société coloniale est recréée à partir de la vision du colonisateur : une société arriérée, chaotique et non civilisée. 

Il s’agit d’un point de vue venant d’en haut et du dehors, d’un colonisateur typique qui manque de sympathie et il est empreint de dédain. L’image présentée est peut-être nécessaire pour montrer la présence du pouvoir colonial en tant que civilisateur et maître d’un nouvel ordre.

b. Langage mélodieux et mensonger

Varenne trahit  sa propre philosophie. Il est prêt à quitter son Parti démocratique pour devenir le gouverneur de l’Indochine. L’ironie consiste dans le fait qu’il s’est transformé d’un activiste combattant pour la liberté et l’égalité en un colonisateur qui domine et exploite les colonisés. Il cherche alors à convaincre Phan Bội Châu de suivre la voie de colonisation.

Le respect apparent de Varenne pour Phan Bội Châu n’est qu’un mensonge car son discours reste toujours paradoxal avec son regard discriminatoire vis-à-vis des colonies qui a été auparavant constaté.

La liberté que Varenne promet à Phan Bội Châu est exprimée ainsi :

« Je viens vous apporter la liberté ! Déclare Varenne en tendant à Phan Boi Châu la main droite et en soulevant avec la main gauche l’énorme carcan qui rive Boi Châu au lugubre cachot. Mais, en échange, je demande votre parole d’honneur de rester fidèle à la France, en collaborant avec elle, en vous associant à elle, pour entreprendre en Indochine une oeuvre de civilisation et de justice. » (« Varenne et Phan Bội Châu »)

 Son langage exagéré, fait pour piéger son interlocuteur, montre que Varenne n’a rien à voir avec la civilisation et la justice. Derrière son propos se trouvent le mensonge et la trahison qui représentent la nature des colonisateurs.

4.2.5. Varenne aux yeux des sujets colonisés

La perception populaire à propos de Varenne est exprimée en vietnamien par le terme « rậm râu sâu mắt » (moustachu et yeux enfoncés) tandis qu’en apparence, les Vietnamiens le salue respectueusement : « Lạy quan lớn » (Bonjour au grand maître)

Or, Phan Bội Châu reste silencieux, faisant seulement un « sourire amer ». Malgré la présence d’un interprète, « Bội Châun’avait pas compris Varenne, comme Varenne n’avait pas compris Bội Châu ». L’auteur souligne l’incompréhension entre deux personnages qui ne partagent pas la même idéologie.

4.2.6. Les oppositions

Les images de Phan Bội Châu et de Varenne sont romancées afin d’accentuer l’opposition sans aucun compromis entre les sujets colonisateur et colonisé. Cette opposition confirme un trait connu des Vietnamiens : insoumis, prêts à consacrer leur vie pour l’indépendance du pays.

Or, il existe deux France, celle des colonisateurs (dont Varenne est représentant) et celle des valeurs liberté-égalité-fraternité. Cette dernière sert d’appui aux sujets colonisés résistant contre le pouvoir des colonisateurs. Elle est dans une alliance avec les colonisés. Ainsi, Varenne se fait l’objet des critiques opérées par les colonisés mais aussi par les Français qui promeuvent les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité.

Deux oppositions se constituent dans cette nouvelle, celle entre les colonisés et les colonisateurs et celle opérée au sein du peuple français – les activistes modernes contre les colonisateurs. La première opposition rend la deuxième encore plus nette et manifeste. C’est l’impact de la situation du terrain colonisé sur celle de la métropole.

4.3. Le discours sur les Français dans la nouvelle de Thạch Lam

Né en 1910, Thạch Lam est un intellectuel grandi sur les bancs d’écoles franco-vietnamiennes. Il fit ses études complètement en français à l’école primaire suite à la 2e réforme éducative de A. Sarraut en 1917. Les frères de Thạch Lam appartiennent également à cette génération et sont tous des intellectuels occidentalisés. Un frère de Thạch Lam, Nhất Linh se forma en France.

À son époque, peu d’écrivains vietnamiens écrivirent directement sur les Français car c’était un sujet sensible à cause d’un véritable fossé entre les colons et les colonisés. Les écrivains n’ont pas beaucoup d’expérience vécue sur le sujet pour nourrir leurs travaux créateurs.

4.3.1. Synopsis de la nouvelle « Người đầm »

Dans une salle de cinéma, il y a une française assise dans le siège de deuxième classe avec une petite fille. Sa tenue de deuil est modeste, mais son attitude est courtoise et douce, empreinte de sympathie et de gentillesse. Le narrateur la trouve très sympathique et respectueuse. Quelques mois plus tard, il rencontre une autre femme française, aussi avec une fille, qui avait une attitude méprisante envers les mendiants vietnamiens. Le narrateur se demande alors : « Est-elle la femme française qu’il a rencontrée il y a quelques mois ? Cette femme est-elle devenue totalement différente comme toutes les autres Françaises au Vietnam? » Il se répond à lui même : «Je n’en sais rien et je ne veux pas y répondre. Mais l’image douce et bienveillante de la femme en deuil ce jour-là flottait parfois devant moi, comme une image rêveuse et irréelle. »  

4.3.2. Les femmes françaises dans le contexte colonial : présuppositions et réalité

Le mariage avec un Français stabilise à long terme la présence des Françaises sur le terrain colonial. Par ailleurs, leur résidence à la colonie contribue à dresser une image que la France veux se donner : 

« She is the One . . . who, everywhere, creates France around her, with the habits of France, the visions of France, with small things and big feelings, with her silver-plated teapot and her Louis-Philippe style lamps, with the grace and morality of France, the goodness and the courage of France[7]. »

En réalité, plusieurs ont connu la précarité. Le gouvernement colonial était obligé d’introduire des politiques sociales pour préserver la soi-disant supériorité des blancs. Cette réalité se réfère à un préjugé raciste dont parle Frantz Fanon : un blanc pauvre est un paradoxe dans la hiérarchie des colonisateurs, le sujet colonisateur doit garder ses distances, tant sur l’aspect physique que social, par rapport aux sujets colonisés.

“One of the indispensible conditions for rule by prestige, as Saada shows, requires the colonizers to keep their distance, both physical and social, from the colonized[8]”

4.3.3. La relation franco-vietnamienne

La dame qui vient de la mère-patrie  en gardant l’attitude de courtoisie et de compassion, constatée dans ses interactions avec les colonisés incarne la fraternité et l’empathie françaises. Tandis que l’étonnement et le souci suscité par l’isolement de la dame au milieu des étrangers prouvent la compassion de l’auteur vis-à-vis de la nostalgie du pays natal, le sens du partage et le respect du sujet colonisé envers la dame française. Ces sentiments marquent la subtilité, la bienveillance et l’honnêteté qui sont des caractères typiques des Vietnamiens. De cette manière, l’auteur voudrait démontrer que malgré des différences linguistiques et physiques, il y a des points communs dans l’esprit et dans la structure de sentiment.

Mais la seconde image de la dame sur le terrain représente la figure d’une colonisatrice agressive. Par là, l’écrivain voudrait montrer deux France : la France de la compassion et de la fraternité qui est à aimer et à respecter contre la France des colonisateurs agressifs et supérieurs qui méritent d’être contestés et critiqués. La France de la compassion et de la fraternité a nourri et renforcé l’opposition à la France de discrimination. Plus ils se sentent proches de la France de la compassion et de la fraternité, plus les Vietnamiens se manifestent contre la France du racisme.

Ainsi, l’auteur adresse un message à la France : la culture française ne peut briller qu’au-delà des barrières racistes. Seules la honnêteté et la compassion peuvent faire briller la culture françaises et ses valeurs.

 

Auteur (et son pouvoir avec le gouv. colonial)

Discours sur les français

Discours sur l’identité vietnamienne

Relation franco-vietnamienne

QVGKT

Intellectuels bilingues

fonctionnaires qui travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement colonial

esprit national

Civilisateur – gouvernant

Civilisation matérielle

Confucianisme

Civilisation spirituelle

Coopération franco-vietnamienne

VRVPBC

Intellectuel bilingue, membres de l’Association des Vietnamiens patriotistes, membres du Parti communiste français

Deux Frances: liberté contre esclavage

Patriotiste, prêts à consacrer leur vie pour l’indépandance du pays

Anti-colonialisation, revendication del’indépendance

ND

Intellectuel bilingue, écrivain

Deux France: égalité-fraternité contre colonisateurs (raciste)

Compassion, compréhension

Vers l’inter-compréhension et l’entente

5.2. Quelques conclusions préliminaires

Il n’y a pas de discours homogène (des colonisés) sur les Français. Pour comprendre précisément le sens des discours particuliers, il faudra toujours respecter leur diversité. La création des discours sur les Français va toujours de pair avec la production des  discours des Vietnamiens sur leur propre identité. Il est par ailleurs nécessaire de tenir compte des facteurs intermédiaires comme des intellectuels bilingues, des institutions éducatives qui forment une classe intellectuelle bilingue et des journaux français. Le résultat consiste à former une communauté de lecteurs de double culture. 

Néanmoins, il nous reste quelques défis à surmonter. Il nous semble aujourd’hui difficile à reconnaître et classer de façon systématique des sujets colonisateurs et colonisés. Il nous faudra également enquêter sur les institutions de production de discours (imprimerie, édition,  publication, censure…) ainsi que sur les caractéristiques des sujets récepteurs (genre, classe, race…) dans l’environnement colonial. Il nous reste aussi à approfondir des méthodes et des techniques d’analyse de discours spécifiques (analyse textuelle, champ sémantique, linguistique diachronique…)

 

Bibliographie :

Foucault M. (1976), The History of Sextuality, (bản dịch sang tiếng Anh của Robert Hurley,1978), Pantheon Books.

Foucault M. (1977), Discipline and Punish: The Birth of the Prison, London: Allen Lane [Fr 1975], dẫn theo A. McHoul và W. Grace (2002), A Foucault Primer, Taylor & Francis e-Library (first published 1993).

Ha Marie – Paule (2014), French Women and Empire – the Case of Indochina (Phụ nữ Pháp và Đế quốc – trường hợp Đông Dương), Oxford University Press.

Mills Sara (2005), Michel Foucault, Taylor & Francis e-Library.

Nam Xương (1931), “Ông Tây An Nam” trong Kịch nói Việt Nam nửa đầu thế kỷ XX, Nxb.Sân khấu, 1997.

Nguyễn Ái Quốc (1974), Truyện và Ký (Phạm Huy Thông dịch và giới thiệu), Nxb.Văn học.

Phong Lê (éd.) (1988), Tuyển tập Thạch Lam, Nxb.Văn học.

Pratt M. L. (1992), Imperial Eyes – Travel Writing and Transculturation, Taylor & Francis e-Libarary, 2003.

Said E. W. (1993), Culture & Imperialism (Văn hóa và chủ nghĩa bá quyền), bản dịch tiếng Việt của Phạm Anh Tuấn, An Khánh,2015), Nxb.Tri thức.

Trần Văn Ngạc (2005), “Phan Bội Châu qua báo chí đương thời”, Tạp chí Xưa và nay, số 246, 10/2005. Dẫn lại theo http://www.vusta.vn/vi/news/Thong-tin-Su-kien-Thanh-tuu-KH-CN/Phan-Boi-Chau-qua-bao-chi-duong-thoi-15342.html, 21/12/2006.

Trần Văn Toàn (2018), “Tương tác quyền lực tri thức trong bối cảnh thuộc địa (Trường hợp Quốc văn giáo khoa thư và Luân lí giáo khoa thư), Kỷ yếu Hội thảo khoa học quốc tế: “Giao lưu văn hoá VIệt Pháp: thành tựu và triển vọng”, NXB Đại học Sư phạm, Tr. 416 – 422

Trịnh Văn Thảo (2009), Nhà trường Pháp ở Đông Dương, Nxb.Thế giới.

 

Notes :

[1] M. Foucault, Surveiller et punir, 1975.

[2] Said, Edward, L’orientalisme: L’orient Créé Par L’occident. Paris, Ed. du Seuil, 2010.

[3] Foucault, Histoire de la sexualité, I, La volonté de savoir, Gallimard, 1976, p. 121.

[4] Phu Phong Nguyen, 2005 et Van Toan Tran, 2018.

[5] La première publication date de 1925, dont un exemplaire se trouve à la BnF sous la cote 8-INDOCH-341.

[6] Van Thao Trinh, 2009.

[7] Clotilde Chivas-Baron, 1929, p.48.

[8] Marie – Paule Ha (2014), French Women and Empire – the Case of Indochina, p. 242.

Pour citer :

TRAN Van Toan, "Les sujets colonisés et les discours sur les Français : étude des cas de ‘Quốc văn giáo khoa thư’, ‘Varenne và Phan Bội Châu’ et ‘Người đầm’", in France-Vietnam : un portail entre les cultures, Giang-Huong Nguyen (éd.), https://vietlitfr.hypotheses.org/3310

Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search