La Maison ‘cinéma(s) du Vietnam’ et le monde : le moi au singulier et au pluriel (séance reportée)

La maison est un corps d’images qui donnent à l’homme des raisons ou des illusions de stabilité.

In « La poétique de l’espace » de Gaston Bachelard

 

Bien avant la création par décret du président Ho Chi Minh en 1956 des Studios cinématographiques au mythique 4 rue Thuy Khuê à Hanoi, des films de fiction ont été produits, tournés et interprétés par des artistes vietnamiens dans le Vietnam sous occupations étrangères puis ex nihilo hors de ses frontières après la réunification nationale en 1975. Tous, sans exception ni distinction constituent un corpus dont ce séminaire propose une étude épistémologique pour débusquer la part de l’homme et de l’âme du Vietnam derrière ses images-électriques ou diên anh, le « moi » de l’artiste derrière le « moi » collectif.

A l’image des immeubles tubes typiques des paysages urbains vietnamiens, la Maison « cinéma(s) du Vietnam » aurait-elle des fondations assez solides pour affronter les bourrasques qui ébranlent le cinéma mondial d’aujourd’hui?

Intervention appuyée par de nombreux extraits de films vietnamiens rares, anciens et contemporains.

 

Séminaire de Lam Lê, le 10/01/2020 en salle Cavaillès, 1er étage couloir AB

ENS , 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

 

© Lam Lê janvier 2020


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search