Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Vietnam (1895-1940)

Par Johann Grémont

L’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE)

Intervention au séminaire France-Vietnam : Un portail entre les cultures, le 8 novembre 2019

 

Ce travail a ainsi permis d’écrire une histoire, celle de la manière dont ces troupes coloniales affectées à la frontière percevaient au quotidien la situation frontalière et tentaient d’en juguler les désordres ou tout du moins les évènements perçus comme tels.

 
1. Naissance d’un projet de recherche

 

 Le plaisir et la curiosité

Travailler sur un objet comme le maintien de l’ordre à la frontière entre Chine et Tonkin durant la période coloniale peut difficilement s’imposer comme une évidence. Fruit d’une lente maturation intellectuelle dans le cadre d’une recherche doctorale, la définition des contours de cet objet de recherche fut placée avant tout sous la double houlette du plaisir et de la curiosité. Aussi futile qu’il puisse paraître, le plaisir représente en effet un levier essentiel dans la démarche entreprise par le chercheur, une démarche longue, semée d’embûches et de doutes qui sont autant d’invitation à l’abandon.

Magnabal, L’Indochine française. Géographie physique, politique, économique. Organisation militaire et maritime, Paris, L.Fournier, 1910, 145p., p137.

Une certaine forme d’abnégation et d’appétence pour les charmes de la vie monacale sont dès lors nécessaires afin de faire corps avec son objet de recherche tout en conservant une distance salutaire et permettre ainsi de lui donner vie. Mais cette réclusion dans le silence cathédral des archives et des salles de recherche des bibliothèques ne représente en rien la solitude dépouillée de l’érémitisme. Le chercheur est tout d’abord en contact avec les sources. Leur proximité physique représente un appel à retracer, pour ne pas dire ressusciter, un pan du passé et leur ordonnancement un moyen de mieux appréhender l’évolution dans le temps de son objet de recherche. Ensuite, le travail en réseau, qu’il soit mené directement par des rencontres in situ avec d’autres chercheurs ou indirectement par la lecture de travaux universitaires, viennent nourrir la réflexion du doctorant. Le recueillement peut donc difficilement se marier avec l’écueil de l’enfermement qui reviendrait à condamner le chercheur à tourner indéfiniment sur lui-même.

En ce qui me concerne ce projet fait résonance pour mon goût à l’égard des marges, quel qu’en soit leur nature, et à la manière dont l’ordre était maintenu en situation coloniale.

A cet égard, ces soldats de l’Empire, isolés aux confins d’une frontière fraîchement redessinée tout en étant porteur d’un ordre colonial dont le cadre normatif s’esquissait dans le calme feutré des bureaux des ministères ou des services gouvernement général de l’Indochine se situaient idéalement à la confluence de mes intérêts en matière de recherche. Ce périmètre apparaissait d’autant plus justifié que l’historiographie s’était montrée jusque-là relativement discrète sur le sujet du maintien de l’ordre à la frontière entre Chine et Tonkin. Une discrétion qui pourrait s’expliquer de prime abord par la faiblesse des enjeux dans ce domaine si l’on en croit Auguste Gérard. Le signataire de la convention éponyme du 7 juin 1895 qui redéfinissait la frontière entre la Chine et le Tonkin écrivait en effet qu’« au printemps de 1897, l’abornement de toute la frontière était terminé de la mer jusqu’au Mékong, les nouveaux postes de police mixte étaient installés et fonctionnaient, les nouveaux consulats et les douanes étaient ouverts, les réseaux télégraphiques étaient raccordés […] La piraterie avait cessé […] Les autorités militaires et civiles des deux côtés de la frontière avaient pris l’habitude de se visiter, de se concerter, de collaborer »[1].

Sur ces confins, le marsouin conquérant aurait ainsi laissé la place au gardien bienveillant d’une frontière apaisée à travers laquelle l’épanouissement des échanges commerciaux constituerait le début d’une ère nouvelle sous l’égide protectrice de la France.

 

L’état de l’art

Indépendamment de la vision hagiographique proposée par Auguste Gérard, cette approche diachronique de la constitution de l’Indochine coloniale française[2] se retrouve dans de nombreux ouvrages consacrés aux études coloniales. Le processus de colonisation se fonderait ainsi en deux temps.

Celui de la conquête tout d’abord. De la canonnade de Đà Nẵng en 1858 aux traités de Huế de 1883 et 1884, trente années d’une expansion longue et discontinue sont nécessaires pour que la France réussisse à imposer son autorité sur un territoire réunifié depuis seulement 1802 sous l’autorité des Nguyễn. En dépit de difficultés internes importantes[3], la cour impériale offre une résistance opiniâtre et appelle son protecteur historique, la Chine, à la rescousse. La guerre déborde alors de son lit indochinois à partir de 1883. Les troupes françaises affrontent les troupes chinoises combinées aux effectifs vietnamiens et aux Pavillons Noirs, à la fois sur terre et sur mer. Si le traité de Tianjin de 1885 marque la fin des hostilités d’une guerre officieuse, la situation générale ne se caractérise pas pour autant par sa stabilité. La résistance continue dans le delta, et en dehors de la région deltaïque le protectorat reste purement nominal. Cette phase de conquête se termine finalement aux alentours de 1895 conjointement avec la signature de la convention Gérard qui entérine le tracé frontalier[4] et dont découle l’établissement d’une police mixte établie par le règlement du 7 mai 1896.

A cette phase d’expansion militaire succède celle de la construction de l’État colonial proprement dit qui emprunte plusieurs formes. La plus visible d’entre elles est l’édification de bâtiments et d’ouvrages d’art à l’instar de l’opéra de Hanoi construit entre 1901 et 1910, le pont Paul Doumer achevé en 1902 ou encore le chemin de fer Haiphong – Yunnan[5]. Mais d’autres dynamiques furent à l’œuvre comme le développement d’un capitalisme colonial ou encore celui d’une architecture institutionnelle et juridique destinée à administrer le territoire. Certes, la contestation était loin d’être éteinte mais elle était désormais insérée dans le cadre de l’exercice de l’autorité coloniale et l’angle d’analyse privilégié des historiens pour étudier cette opposition fut celui de la matrice politique.

Pour autant un ensemble de faisceau d’indices vient interroger ce mouvement diachroniquement binaire. Tout d’abord au niveau de la recherche universitaire portant sur les études coloniales[6], cette dichotomie conquête-construction est nuancée par de nombreux travaux qui insistent au contraire sur l’approche inachevée d’une conquête[7] où la domination a rarement été synonyme d’hégémonie[8]. Pour preuve, l’établissement des territoires militaires à partir de 1891 qui donnent pleine latitude à l’Armée pour rétablir l’ordre n’ont jamais été totalement abandonnés. Leur périmètre s’est certes modifié dans le temps mais certains d’entre eux n’ont jamais été replacés sous administration civile. Le curseur de l’incertitude quant à la stabilité des confins est resté suffisamment élevé pour justifier le maintien de cette situation comme en témoigne les différents moments de déstabilisation que la région frontalière a pu connaître, que les menaces soient exogènes comme la survenue de débris de rebelles armés fuyant la répression impériale chinoise en 1908 ou endogènes à l’image du soulèvement des Hmong dans la province de Lai Chau entre 1918 et 1922[9].

Ensuite, en changeant d’échelle, les travaux connexes qui possèdent comme substrat la frontière septentrionale du Vietnam laissent entrevoir une zone mouvante, complexe, où les illégalismes semblent marqués par un dynamisme certain à l’image des travaux de Philippe Le Failler sur l’opium[10] ou encore ceux de Christopher Goscha concernant le réseau des mouvements nationalistes réfugiés dans les pays limitrophes de l’ancien Empire du Vietnam[11].  

Les troupes coloniales affectées au maintien de l’ordre à la frontière se retrouveraient finalement dans une situation sensiblement différente de celle d’un Giovanni Drogo face au désert des Tartares. Mon hypothèse de travail général se fondait sur le postulat suivant lequel la banalité du quotidien sur les confins était marquée par le dynamisme des illégalismes transfrontaliers. Pour autant aucune étude ne s’était jusqu’à présent intéressée aux processus mis en œuvre par l’autorité coloniale afin de garantir l’ordre public sur ses frontières impériales. Les travaux réalisés sur la frontière s’inscrivait plutôt dans le champ des relations internationales[12]. Ce constat était-il la conséquence d’une indigence des sources ?

 

L’identification des sources

En Histoire, comme dans d’autres disciplines en sciences humaines et sociales par ailleurs, c’est bien la source qui fait le sujet et non le sujet qui fait la source.  La question de l’existence et de la disponibilité de matériaux historiques permettant de donner corps à notre objet de recherche constituaient par conséquent un préalable indispensable. Comme le rappelait Michel de Certeau, « en histoire, tout commence avec le geste de mettre à part, de rassembler, de muter ainsi en documents certains objets répartis autrement »[13]. Le travail de la recherche historique passe donc par la création de sources afin de construire l’architecture de l’objet sur lequel le chercheur est amené à travailler. Cette démarche d’enquêteur qui est le propre de l’historien nous a conduit tout d’abord à identifier les potentiels lieux de conservation. A cet égard, et de manière assez conventionnelle si l’on peut dire, les centres d’archives ont constitué une destination privilégiée, principalement les archives nationales d’outre-mer, celles du ministère des affaires étrangères mais aussi la Bibliothèque nationale de France. Dans le même pas de temps, l’analyse des fonds d’archives a permis de bâtir l’ossature du projet de recherche et d’identifier les séries qui ont été par la suite exploitées. Si ce travail méticuleux peut paraître quelque peu frustrant car il ne permet pas encore le contact avec l’archive, il reste néanmoins indispensable. Il constitue en quelque sorte la feuille de route du chercheur afin de ne pas se disperser au moment de l’exploitation tant celle-ci regorge souvent de nouvelles pistes aussi insoupçonnées que tentantes mais qui risqueraient de nous égarer.

Il convient par ailleurs de souligner que le plan de charge initial prévoyait d’intégrer des sources de villages situés à proximité de la frontière afin d’analyser la manière dont les autorités locales percevaient les désordres frontaliers. Néanmoins, l’identification d’un gisement d’archives au sein de la sous-série F-621 du fonds des gouverneurs généraux de l’Indochine est venu modifier cette démarche initiale. En effet, les contraintes de temps liés au travail de recherche réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat imposent de faire des choix et par conséquent des renoncements. En effet, cette sous-série rattachée à la série F des affaires politiques détient les rapports de police frontière établis mensuellement en une série quasi-continue de 1899 à 1935. Un sondage opéré dans quelques dossiers a permis de révéler une source d’informations extrêmement précieuses, bien qu’hétérogènes aussi bien dans le temps que dans l’espace, sur la vie à proximité de la frontière vue sous l’angle des postes frontaliers. Au regard de la masse documentaire que ces rapports représentaient (un peu moins de 2 000 dossiers), le choix a été fait de centrer la démarche selon une approche centre-périphérie. Autour de ces rapports administratifs se sont en effet greffées d’autres sources provenant du fonds des gouverneurs généraux, du nouveau fonds de la résidence supérieure au Tonkin, de la presse ou encore de la littérature grise qui permettaient d’approfondir certains désordres frontaliers et la réaction des autorités coloniales à leur égard.

L’exploitation de ce corpus de sources coloniales a été ensuite réalisée selon deux méthodes complémentaires : l’approche quantitative par la création de base de données statistiques qui ont été ensuite analysées et une approche relevant de l’histoire culturelle, c’est-à-dire une histoire sociale des représentations pour reprendre la définition de Pascal Ory.

Ce travail a ainsi permis d’écrire une histoire, celle de la manière dont ces troupes coloniales affectées à la frontière percevaient au quotidien la situation frontalière et tentaient d’en juguler les désordres ou tout du moins les évènements perçus comme tels[14].

 

2. Les résultats

Cette recherche a permis au final de dégager trois principaux résultats.

 

 Une frontière difficile à contrôler

Au début du XXe siècle, la plus haute autorité civile de l’Indochine en la personne de Paul Doumer établit le constat d’une « frontière impossible à garder »[15] , un constat partagé par son successeur Paul Beau qui la considère comme défendue de « manière illusoire »[16].

Les autorités frontalières se retrouvent en effet confrontées à de multiples enjeux afin de garantir le maintien de l’ordre à la frontière. Le premier d’entre eux se fonde sur les contraintes liées à l’occupation d’un espace topographiquement tourmenté. Sans non plus sombrer sur l’écueil du déterminisme géographique comme en attestait au contraire la vitalité des échanges – légaux ou non – qui innervaient la frontière, les troupes coloniales furent peu adaptées à cet environnement. Ainsi, en 1934, le commissaire Delmas rappelait qu’au niveau de la province de Lào Cai « le moindre déplacement vous demande un temps infini »[17]. Mais surtout, le défi principal se situa au niveau de la rudesse du climat. Désigné sous le terme de lam chướng dans l’historiographie impériale vietnamienne[18], cet air malsain des montagnes corrodait les corps et les esprits comme purent en témoigner les victimes de la fièvre des bois qui émaillèrent la conquête du Tonkin. Si la situation sanitaire des postes frontaliers n’était pas homogène et les progrès de la médecine indéniables, l’impression d’ensemble resta celle de troupes soumises à rude épreuve à l’image du cercle de Móng Cái dont le climat était décrit au début du XXe siècle comme « assez malsain »[19] et qui a pour conséquence un absentéisme important des troupes. Cette situation fut rendue d’autant plus complexe à gérer sur le plan de la prophylaxie sanitaire que les effectifs des services de santé furent rarement au complet comme le regrettait le gouverneur général de l’Indochine. En 1925, il déplore ainsi devant le Conseil de gouvernement un sous-emploi évalué à vingt personnes. Il estime que « les gênes de service ont été particulièrement sensibles dans les régiments et les avancés des régions frontières »[20], d’autant plus que malgré l’emploi de la quinine, « le paludisme pèse encore d’un certain poids sur les troupes de certains postes de la Haute région »[21].

A ces défis physiques viennent se rajouter des défis humains qui ne sont pas moins fondamentaux. Car maintenir l’ordre sur un territoire donné implique d’avoir une connaissance fine des désordres survenus ou en préparation afin de permettre une réponse des autorités. Or, sur ce point, les troupes coloniales affectées dans ces postes montagnards se retrouvent dans une situation de quasi-isolement, et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le déficit linguistique des officiers qui sont loin de tous maîtriser les langues locales représente un handicap certain afin d’évoluer dans un environnement où par ailleurs la population ne se caractérise pas par son désir d’aller à confesse et de porter plainte auprès des autorités coloniales. Ainsi en 1908, le commandant du poste frontière de Trà Lĩnh, le lieutenant Royon, note que sa circonscription est très tranquille, précisant qu’ « aucune plainte ne m’a été adressée par nos habitants »[22] Si la méfiance à l’égard de cette lointaine autorité étrangère peut constituer un facteur d’explication, l’omerta joue également un rôle puissant. Comme le rapporte le commissaire délégué à la police frontière au sujet du meurtre de trois personnes par une bande constituée d’une trentaine de personnes le 18 mai 1928, « c’est la crainte de nouvelles représailles qui sans aucun doute a empêché de donner l’alarme à Đồng Văn en temps utile. Elle rend ainsi l’enquête extrêmement difficile »[23]. Ensuite, la coopération avec les autorités frontalières chinoises prévues par les textes est loin d’être idyllique et s’échoue souvent, notamment après 1908, sur l’écueil de préjugés tenaces qui animent aussi bien les responsables des postes frontaliers situés en Chine qu’au Tonkin. Quant à l’animation du réseau d’agents de renseignements destinée à réduire le curseur de l’incertitude qui pèse sur la stabilité de la frontière, celui-ci est apprécié de manière très nuancée par les autorités coloniales bien qu’il reste indispensable et permet dans certains cas de prévenir la survenue de bandes sur le territoire tonkinois.

Dans ce contexte où l’isolement le dispute à la rudesse de l’environnement tant sur le plan humain que physique, ces gardiens des marches sont confrontés à une criminalité transfrontalière dont la diversité des pratiques s’inscrit au-delà du cadre de la contrebande, objet de recherche de prédilection pour qui souhaite s’intéresser au rapport entre frontière et criminalité.

Source: GREMONT, J. Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Vietnam 1895-1940, Paris, Hémisphères Editions, 2018, 318p.

 

Le dynamisme des illégalismes frontaliers

Du simple vol de bétail à la razzia commise sur un village en passant par les guets apens commis sur les chemins ou encore les trafics de différente nature, la gamme des désordres frontaliers se caractérise par une richesse aussi féconde que diverse. Tenter de retracer une évolution de cette criminalité serait toutefois aussi vaine qu’hasardeuse tant l’usage des données quantitatives ayant trait à la criminalité doit être employé avec d’infini précautions. Celles-ci nous renseignent en effet plus sur la structure productrice de la source que sur l’objet en tant que tel. La croissance d’un crime particulier peut par exemple correspondre à une priorité accordée par les autorités qui vont alors concentrer leurs efforts sur sa répression. Elle peut aussi indiquer une plus grande transparence de la part des autorités frontalières ou un maillage plus fin du territoire. Enfin, l’exploitation des archives coloniales nécessite également beaucoup de prudence en raison de la sémantique employée par les autorités coloniales pour qualifier les actes perpétrés par des groupes venus de Chine qui oscille entre euphémisme et dramatisation. Le crime importe donc moins que la manière dont les responsables des postes frontaliers les perçoivent et les traitent. L’analyse des archives fait ainsi ressortir une frontière qui apparaît moins comme une ligne que comme une zone mouvante particulièrement dynamique. Les vols y sont fréquents, qu’ils soient mus par la prédation, l’opportunité ou encore la nécessité. Dans ce schéma d’ensemble, les vols de bétail sont prédominants comme en témoigne cette incursion d’une bande de huit hommes armés près du hameau de Khe Va le 13 avril 1935 vers 15 heures. Quatorze buffles sont alors au pâturage sous la surveillance de deux pâtres. Capturés et emmenés de force avec le troupeau, ils sont ensuite relâchés une fois arrivés en Chine. « Le jeune homme a eu le bras gauche fracturé et le vieillard était couvert de contusions »[24] comme le précise le commissaire délégué à la police frontière de Móng Cái.

La fréquentation des axes de communication constitue quant à elle un facteur de risque au regard des guets apens qui y sont tendus. Il peut s’agir de convois importants ou plus généralement de voyageurs se rendant ou revenant d’un marché. Un simple exemple. Le 8 mars 1915, un individu, accompagné de cinq fillettes âgées de 12 à 14 ans, se rend au marché de Bản Cra[25]. En traversant le col rocheux de Canh Pac San vers 10 heures du matin, ils sont assaillis par deux bandits qui tirent alors des coups de fusil pour effrayer le groupe, se précipitent sur les jeunes filles, leur enlèvent leurs colliers d’argent puis s’enfuient vers la Chine à travers la forêt. Les villages ne sont pas non plus épargnés qu’il s’agisse d’une attaque générale ou au contraire d’opérations ciblées menées par des bandes professionnelles ou au contraire plus amatrices. Par exemple, lors de l’attaque du village de Na Kang le 4 février 1931 vers 19 heures, la bande place tout d’abord des sentinelles sur les différents sentiers d’où les secours auraient pu venir, puis se scinde en deux groupes d’une dizaine de personnes chacun avant de piller la maison du chef du village et celle de son frère, « seuls paysans aisés du village » comme le rappelle le capitaine Delory[26] puis de prendre la fuite en Chine en franchissant le gué. Si l’appât du gain reste la motivation principale, la vengeance exercée entre villages frontaliers pour des différends liés par exemple au foncier se rencontre également et témoigne de la forte porosité de la frontière.

Cette porosité se lit également à l’aune des différents trafics qui constituent une activité économique structurante pour la région frontalière, d’où la grande difficulté pour les autorités coloniales de les réprimer. L’opium reste le produit de prédilection mais il existe également toute une économie illégale destinée à satisfaire des besoins locaux. Ainsi, lors d’une enquête réalisée en septembre 1921 sur le marché de Mường Khương par un agent des Douanes, ce dernier relève que  « des charges importantes de boîtes d’allumettes, des touques de pétrole, du tabac, des tonnelets d’alcool, des charges de tissus et filets de coton sont vendus par les contrebandiers »[27]. A ces biens peuvent également se rajouter de l’anis étoilé, des plumes de canard, de l’écorce de cassis, des peaux de bœuf, des noix de galle, ou encore des minéraux comme l’antimoine[28]. Au-delà de cette criminalité de nature sociale et économique figure également des tentatives d’incursions animées par des motivations politiques comme en témoigne les velléités d’un Tham Cam Say, notamment en novembre 1927, dépeint par les autorités coloniales comme un personnage mi-condottiere mi-nationaliste.

Face à cette situation, les autorités frontalières ne s’abandonnent pas dans une position contemplative et tentent aussi bien de prévenir que de réprimer ces crimes transfrontaliers. Et au regard de la faiblesse des effectifs des troupes coloniales présentes sur ces confins, cette mission reste en grande partie assurée par les partisans. 

 

 Les partisans, épine dorsale du maintien de l’ordre à la frontière

Le dernier résultat apporté par cette recherche est l’importance du rôle joué par les populations locales pour assurer ce rôle au quotidien de gardien des marches.

Certes, les troupes coloniales ne se cantonnent pas dans une position purement contemplative. Elles tentent de quadriller l’espace par des reconnaissances, tendent des embuscades, répriment des incursions. Mais la faiblesse des effectifs ne leur permet pas d’imprimer au quotidien leur présence dans le paysage. A titre d’exemple, dans le territoire de Cao Bằng, trois sorties en moyenne par mois ont été recensées et les troupes coloniales assurent un peu moins de 20% des opérations répressives qui sont par ailleurs peu nombreuses. Ainsi 78% des guets apens recensés ne sont pas réprimés par exemple, un chiffre qui tombe à 53% pour les attaques de villages du fait de la présence des partisans qui jouent un rôle d’autodéfense du territoire.

Afin de combler ce déséquilibre, les postes frontaliers s’appuient sur ces troupes auxiliaires dont le rôle de premier plan est reconnu par les autorités coloniales à l’image du lieutenant Dutto. Il rappelle ainsi que durant l’année 1924 « la sécurité de la frontière a été assurée par de nombreuses patrouilles de partisans commandées par le capitaine délégué à Lộc Bình »[29]. Pour autant, s’ils sont généralement encensés par les responsables de ces postes frontaliers, les sources exploitées ne permettent que l’esquisse des contours de cette force indispensable au maintien de l’ordre à la frontière. Créée par l’arrêté du 26 mai 1909[30], ils sont composés d’hommes âgés de 19 à 50 ans originaires du lieu où ils sont employés et ont généralement une expérience passée des armes en ayant servi au sein de l’armée ou de la Garde indigène. Ils peuvent appartenir à un réseau clientélaire déjà établi ou bien être armés directement par l’autorité coloniale à l’image du poste du poste de Lộc Bình dans la province de Lạng Sơn qui arma 462 partisans durant l’année 1936[31]. Il est néanmoins difficile de connaître les effectifs exacts de ces forces mobilisables par l’autorité coloniale. En juin 1910, le commissaire délégué à la police frontière de Lạng Sơn les évalue à 2 500[32] et 675 dans la province de Lào Cai. [33]

Placés sous l’autorité directe du chef de province, ils sont répartis par les chefs de postes entre les communes de leur circonscription selon deux catégories, les sédentaires et les partisans mobiles. Ces derniers quadrillent le territoire par des patrouilles, de jour comme de nuit. Par exemple, en juillet 1918, le poste de Đồng Đăng souligne que « les partisans ont fait de nuit plusieurs patrouilles et tendu plusieurs embuscades »[34].

Quant aux partisans sédentaires, ils occupent des postes pérennes comme celui de Hạ Lang et Bi Ha en 1909 comprenant une dizaine de partisans[35]. Ces implantations peuvent être aussi dictées en fonction de la situation à la frontière. Ainsi en février 1918, le poste de Bát Xát rappelle que face à des mouvements de groupes d’individus suspects en Chine, trois postes de partisans ont été placés aux débouchés les plus importants. Comme les bandes s’éloignent de la frontière, le commandant du poste considère que « la situation est redevenue normale et les trois postes de partisans supprimés »[36]. Bien que nous n’ayons pas à ce stade de vision exhaustive de ces emplacements, leur existence permet toutefois de faire évoluer l’appréciation du maillage frontalier avec une densité de structures fixes destinées à contrôler les flux provenant de Chine plus importante que celle s’inscrivant dans le cadre des postes doubles prévus par la réglementation.

Enfin, leur service s’articule selon trois axes. D’une part, le service ordinaire consistant à rechercher, arrêter et escorter des malfaiteurs mais aussi à patrouiller le long des voies de communication et en bordure de frontière correspondant au territoire de leur châu d’origine. D’autre part, le service exceptionnel en cas de danger où les partisans mobiles du châu se retrouvent mis à disposition de l’autorité qui doit les employer sur un point de la frontière. Enfin, le service spécial des opérations de police dans le cas de troubles graves nécessitant de requérir cette force auxiliaire afin de coopérer avec la force armée chargée de ces opérations ce qui fut le cas par exemple en 1908 lors de véritables opérations militaires menées contre les débris des bandes dites réformistes. Le gradient s’étale donc de l’opération de simple police à l’intervention militaire.

Ces partisans considérés comme des auxiliaires ne sont donc pas seulement une force d’appoint, ils suppléent pour partie l’administration coloniale dans la surveillance de la frontière dont la stabilité au quotidien revient finalement au rôle d’autodéfense qu’ils jouent.

A cet égard, la perspective pourrait se renverser et l’intervention de l’État colonial sur ses confins se manifestent surtout lors de crises qui viennent remettre en cause la stabilité de la région frontalière.   

 

Conclusion

Pour conclure, cette recherche menée sur les processus de maintien de l’ordre mis en œuvre par l’administration coloniale sur sa frontière avec la Chine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale reste bien entendu imparfaite et contribue modestement au champ de la connaissance historique sur cette région frontalière. En outre si cette recherche a permis de lever légèrement le voile sur un aspect de cette vie au plus près des sources à proximité de la frontière, elle est loin d’être conclusive. En effet, ce travail a permis de soulever des interrogations sur le profil de ces militaires affectés aux confins de l’Empire ou bien sur l’organisation du service de renseignements par ces postes frontaliers par exemple qui représentent autant de nouvelles pistes à explorer afin de mieux appréhender la manière dont cette interface entre Chine et Tonkin était administrée par l’autorité coloniale. 

 

Bibliographie

[1] Gérard Auguste, Ma mission en Chine, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1918, 348p, pp.226-227

[2] Pour une synthèse de l’histoire de la colonisation de l’Indochine nous renvoyons le lecteur aux travaux de Charles Fourniau, Pierre Brocheux, Daniel Hémery et plus récemment ceux de François Guillemot.

[3] Voir notamment le travail réalisé par Bradley Camp Davis, Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands, University of Washington Press, 2016, 288 p.

[4] Fourniau C., « La fixation de la frontière sino vietnamienne 1885-1896 » in Etudes indochinoises. Frontières et contacts dans la péninsule indochinoise (XVIe – XIXe), Université de Provence, Institut d’histoire des pays d’outre-mer, Etudes et documents, n°13 149p, 1981, pp114-142

[5] Pour une étude sur cette empreinte physique de l’ordre colonial dans le paysage, nous renvoyons notamment au travail de Caroline Herbelin, Architectures du Vietnam colonial : repenser le métissage, Paris, CTHS/INHA, 2016

[6] Blanchard, E., Glasman J., Le maintien de l’ordre dans l’Empire français : une historiographie émergente, in Bat, J.P., Courtin, N. (dir.), Maintenir l’ordre colonial. Afrique, Madagascar, XIXe–XXe siècles, Rennes, Pur, 2012, p. 11-41.

[7] Bernault F. (dir), Enfermement, prison et châtiments en Afrique. Du XIXe siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999, 510p.

[8] Guha R.., Dominance without hegemony: History and power in colonial India, New York, Harvard University Press, 1997.

[9] Le Failler P., La Rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS Editions, 2014.

[10] Le Failler Philippe, Monopole et prohibition de l’opium en Indochine. Le pilori des Chimères, Paris, L’Harmattan, 2001.

[11] Gotscha C., Thailand and the Southeast Asian networks of the Vietnamese revolution, 1885-1954, Richmond, Curzon Press, 1999.

[12] Voir à ce sujet les travaux de Pierre Bernard Lafont et plus récemment ceux de Marie de Rugy.

[13]    De Certeau Michel, « l’opération historique » in Le Goff Jacques et Nora Pierre, Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974.

[14] Pour une approche plus détaillée de la méthodologie mise en œuvre, je renvoie le lecteur vers ma thèse de doctorat disponible en ligne.

[15]    Doumer Paul, Situation de l’Indochine (1897-1901), op.cit., p160.

[16]    Beau Paul, Rapport sur la situation de l’Indochine de 1902 à 1907, op.cit. p 190.

[17]    RSTNF 4180, note du commissaire de la police spéciale, M.Delmas, délégué à Lao Kay au résident de France à Lao Kay, 21 février 1934.

[18] Poisson Emmanuel, « Unhealthy air of the mountains: Kinh and ethnic minority rule on the sino-vietnamese frontier from the fifteenth to the twentieth century » in Martin Gainsborough (ed), On the Borders of State Power: Frontiers in the Greater Mekong Sub-region, Londres/New-York : Routledge, coll. Routledge Studies in the Modern History of Asia, 2009, p. 12-24.

[19] Notices sommaires sur les territoires militaires, Hanoi, Schneider, 1900, 122p, p11.

[20] Gouvernement Général de l’Indochine, Rapports au Conseil de gouvernement, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1925, 494p, p11.

[21] Ibid., p12.

[22]  GGI 65 385, Rapport de police frontière, Cao Bằng, octobre 1908.

[23]  RSTNF 1 780, Rapport de police frontière, Hà Giang, mai 1928.

[24]    RSTNF 6 962, Rapport de police frontière, Moncay, avril 1935.

[25] GGI 65 392, Rapport de police frontière, Cao Bằng, 1915.

[26]  GGI 40 266, Note du capitaine Délégué de Pakha au résident de France à Laokay, 10 février 1931.

[27]  GGI 39 908, Rapport de police frontière, Lao Kay, septembre 1921.

[28]  RSTNF 4169, note du chef local des services de police au résident supérieur au Tonkin, 20 juillet 1940.

[29]    GGI 39 925, Rapport sur le fonctionnement de la police frontière, Lạng Sơn, 1924.

[30] Bulletin officiel de l’Indochine française, n°5, 1909, pp401-403

[31]    RSTNF 6 961, Rapport sur le fonctionnement de la police frontière, Lạng Sơn, 1936.

[32] GGI 65 387, Rapport de police frontière, Lạng Sơn, juin 1910.

[33] GGI 65 387, Rapport général de l’année 1910, Lào Cai.

[34]  GGI 39 919, Rapport de police frontière, Lạng Sơn, juillet 1918.

[35]    GGI 65 386, Rapport de police frontière, Cao Bằng, janvier 1909.

[36]    GGI 39 005, Rapport de police frontière, Lào Cai, février 1918.

 

Pour citer: 

Johann Grémont, "Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre chine et viet nam (1895-1940)", Un portail entre les cultures, https://vietlitfr.hypotheses.org/3548, mise en ligne le 20 mars 2020.

Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/07/2020

    […] Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Vietn…, par  Giang-Huong Nguyen, sur France-Vietnam : Un Portail Entre Les Cultures […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.