Les récits de vie d’auteurs vietnamiens francophones : un retour du sujet brisé

de Van Quang PHAM

Faculté de Lettres françaises, USSH-Université nationale du Vietnam à HCM-Ville, Vietnam

quangpv@hcmussh.edu.vn

 

Résumé :

Si la notion de littérature vietnamienne francophone est aussi révoquée en doute que son institutionnalisation au sein des champs culturel, artistique et politique, la profusion des récits personnels parmi ses sections de la création se révèle aujourd’hui incontournable. Se pose d’emblée la question de savoir si cet avènement, outre la problématique sociopoétique de l’inspiration et du goût prédominants de l’homme contemporain, nous amène à interroger le processus de subjectivation en ce sens que le sujet contemporain cherche à se valoriser ou à se (re)construire par ses actes et ses représentations. Notre propos est de dégager l’émergence des récits d’auteurs vietnamiens francophones non seulement comme une réalité de l’écriture postmoderne mais aussi comme un terreau pour réfléchir à des phénomènes existentialistes de l’homme en rapport avec le temps et l’espace.

Abstract:

If the notion of Francophone Vietnamese Literature is also doubted that its institutionalization within the cultural, artistic and political fields, the profusion of life stories among its sections of the creation is now an undeniable phenomenon. The question immediately arises whether this emergence, besides the socio-poetique problematique of predominant inspiration and sentiment in the contemporary society, leads us to question the subjectivation process in the sense that the contemporary subject seeks to value themselves by his acts and presentations. Our purpose is to identify the emergence of Francophone Vietnamese stories not only as a fact of postmodern writing but also as a breeding ground for think about existential phenomena of man in relation to time and space.

 


Notre étude de l’institution de la littérature vietnamienne francophone (Pham, 2013) a montré que parmi les genres narratifs les récits du vécu personnel occupent la place la plus considérable avec plus de cent titres recensés. L’émergence de cette forme d’écriture de soi, souvent observée comme marginale de la littérature instituée, pose non seulement des problèmes sociopoétiques pour reconfigurer les contours génériques, mais aussi des réflexions ontologiques à l’individu par rapport à sa spatialité et à sa temporalité. Aussi pourrait-on affirmer que la profusion de ces récits traduit les sentiments et les goûts prédominants de l’homme contemporain. Il s’agit de la mise en scène d’une écriture des expériences vécues, des réalités reconfigurées, des mémoires et des témoignages. Cette écriture repose sur les stratégies de l’exploration du passé, de la redécouverte de l’histoire individuelle et collective, tout en transportant des dimensions culturelles, politiques et religieuses. Cette écriture de soi nous suggère également une observation sur les rapports entre passé, présent et futur, qui permettent de former ce qu’on appelle aujourd’hui l’identité.

 La subjectivité et l’identité narrative

Pour comprendre le rapport du sujet et de l’écriture dans la construction de l’identité individuelle et collective, il n’est pas inutile de remonter à « l’archéologie » du sujet, allant de la modernité à l’ère du soupçon nietzschéen et ricœurien, période où l’on cherche à remettre en question l’expérience humaine en combinaison avec le temps et le récit.

La philosophie de la modernité affronte cette notion ambigüe de sujet, notamment à partir du temps rationaliste de Descartes avec son cogito, ergo sum qui amène à reconnaître au sujet de l’homme une double attitude : l’autoréflexion, soit l’homme est conscient de soi, et l’autodétermination, soit l’homme a la capacité d’établir son destin. Dans ces acceptions de la notion de sujet moderne, nous considérons que l’homme est responsable de sa pensée, de ses actes et de ses représentations. Cette figure du sujet moderne est donc caractérisée par sa conscience de soi et sa connaissance de soi, faisant que le sujet se forme dans sa totalité, dans son unité et sa cohérence. Aussi la philosophie du sujet qui est aussi celle de la conscience cherche-t-elle à expliquer l’homme comme un individu libre, responsable et capable de découvrir le monde tout en se procurant un sens de sa vie. Cette tendance cartésienne repose sur les interprétations de l’intériorité pure (Durozoi & Roussel, 1990 : 322) pour fonder une identité stable du sujet.

Lire la suite : article_synergies-pham_-van-quang


Droits d’auteur

Licence Creative Commons

 


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen
Chargée de collections en Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est
Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/04/2017

    […] Les récits de vie d’auteurs vietnamiens francophones : un retour du sujet brisé […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *