Hommage à Nguyễn Du (1765-1820), maître de la poésie vietnamienne

Par NGUYEN Giang-Huong

Bibliothèque nationale de France

Suite à la conférence directe « Hommage à Nguyễn Du (1765-1820), maître de la poésie vietnamienne ». Réécouter ici

Statue de Nguyễn Du à sa region natale Tiên Ðiền, districe de Nghi Xuân, province de Hà Tĩnh, Việt Nam. Photographie : Nguyễn Ngọc Viên

 

A l’occasion du bicentenaire de la disparition de Nguyễn Du (1765-1820), nous vous invitons à découvrir la vie et l’œuvre d’un des plus grands poètes vietnamiens. En 1965, Nguyễn Du a été consacré par l’UNESCO comme personnalité de la culture mondiale. Son chef d’œuvre, Truyện Kiều (en français, l’Histoire de Kiều) est considéré comme le sommet de la littérature vietnamienne par sa perfection linguistique, poétique et philosophique.Très populaire au Vietnam, depuis sa parution jusqu’à nos jours, cette œuvre a fait l’objet de nombreuses études interdisciplinaires. Elle a également été adaptée pour différents types de spectacles : la musique, le théâtre traditionnel et le cinéma. Elle a été traduite en une trentaine de langues (dont dix versions différentes en langue française).

 

Contexte historique

La fin du XVIIIe siècle était l’époque de la crise générale du régime féodal instauré au Vietnam depuis de nombreux siècles. La famille royale des Lê n’avait de royale que le nom ; deux familles seigneuriales les Trịnh et les Nguyễn avaient le pouvoir effectif et s’étaient partagé le pays : les premiers s’étaient appropriés la partie nord, les seconds la partie sud. Cependant, les vingt dernières années du siècle virent triompher les plus grands mouvements de masses paysannes dans l’histoire des Vietnamiens, celui des Tây Sơn. Les Lê furent destitués, puis les frères Tây Sơn prirent le contrôle du Nord, menant en même temps de longs combats contre l’armée Nguyễn dans le Sud jusqu’à la mort du seigneur Nguyễn Phúc Dương en 1778.

 Néanmoins, les conditions historiques n’étaient pas mûres pour un changement radical. Les Tây Sơn furent, à leur tour, vaincus par l’armée de Nguyễn Ánh. Celui-ci devient le roi Gia Long en 1802. Gia Long a enfin réuni le Nord et le Sud et établi la dynastie Nguyễn, la dernière dynastie de l’histoire vietnamienne.

 

Biographie de Nguyễn Du

 Nguyễn Du est né le 3 janvier 1765 à Thăng Long (maintenant Hà Nội) dans une famille de mandarins dont de nombreux membres avaient exercé de hautes fonctions à la Cour des Lê.  Lui-même reçu aux concours des lettrés (thi Hương), il occupe un poste de mandarin militaire jusqu’à l’effondrement de la monarchie Lê.

« Truyện Kim-Vân-Kiều », Nguyễn-Măc Ðạo-nhân dẫn giải, Saigon, 1930.

 Quand cette monarchie est destituée, Nguyễn Du participe d’abord à un mouvement d’opposition aux Tây Sơn. Mais l’échec de cette tentative l’a amené à se retirer de longues années dans son village ancestral, à Tiên Điền, province de Hà Tĩnh. Après avoir vaincu les Tây Sơn, le roi Gia Long, cherchant à rallier les anciens sujets des Lê, offrit à Nguyễn Du de reprendre sa carrière mandarinale. Il décline plusieurs fois cette offre mais il finit par accepter de servir la nouvelle dynastie.

 Durant son service, il a été en mission diplomatique en Chine en 1813-1814. C’est le moment où il a appris à connaître la littér

ature chinoise et lu le roman Kim Vân Kiều ( 金雲翹; Jīn Yún Qiǎo) écrit au XVIIe siècle par 青心才人Qīng Xīn Cái Rén. Les « Kieuistes » – les spécialistes de Kiều que j’ose appeler ainsi – ont conclu que Nguyễn Du s’est inspiré de l’intrigue de ce roman pour composer 3254 vers de son poème épique, initialement appelé Đoạn trường tân thanh [Un nouveau cri d’un cœur brisé], connu aujourd’hui sous le nom de Truyện Kiều [Histoire de Kiều] ou simplement Kiều.

 Cependant Kiều n’est pas une adaptation en vers du roman chinois Jīn Yún Qiǎo. Il est devenu le symbole de la littérature vietnamienne, il représente l’identité vietnamienne  à travers toutes les époques.

 C’est ce que le lettré Phạm Quỳnh, directeur de la Revue Nam Phong, a affirmé lors de la conférence à l’Exposition coloniale de Marseille en 1922. Devant des Sociétés Savantes, il donna une conférence sur la langue vietnamienne et s’appuya sur le texte de Kiều pour promouvoir l’amitié entre la France et le Vietnam, et non pas un rapport de domination. Dans le même temps, il se sert encore de Kiều pour encourager la rénovation des valeurs culturelles nationales vers la voie réformiste. Il s’adresse alors au peuple vietnamien : « Truyện Kiều còn, tiếng ta còn ; tiếng ta còn, nước ta còn » (tant que L’Histoire de Kiều persiste, la langue nationale survit ; tant que la langue nationale survit, la nation résiste).

 

 L’œuvre de Kiều

« Truyện Thúy Kiều », Ngô Tử Cống dịch, Imp. Ngô Tử Hạ, Hà Nội, 1929

L’histoire prend pour thème la piété filiale, un des principes majeurs du confucianisme. Elle raconte la vie et les tourments d’une femme talentueuse, Kiều, qui sacrifie son propre bonheur pour sauver sa famille de la disgrâce. Jeune fille de belle tenue, Kiều rencontre, au cours d’une promenade, l’homme de ses rêves, l’étudiant Kim Trọng.

Ils se voient en secret et se jurent un amour éternel. Elle doit cependant trahir la promesse, contrainte de se marier avec Mã Giám Sinh pour aider sa famille, acculée à la ruine et pour sauver son père et son frère menacés d’emprisonnement. Mais après avoir épousé Kiều, Mã Giám Sinh l’a vendue à Tú Bà, patronne d’une maison de passe qui la pousse dans la prostitution. Durant les années chez Tú Bà, la beauté de Kiều attire toujours les hommes, dont Thúc Sinh, qui utilise sa richesse pour acheter Kiều et l’épouse en cachette car il est déjà marié. Sa légitime épouse, Hoạn Thư, se venge en profitant de l’absence de son mari et fait enlever Kiều pour la réduire en esclavage sans que Thúc Sinh ne s’y oppose.

Kiều finit par s’échapper et se réfugie dans un temple bouddhiste où elle bénéficie de la protection de la nonne Giác Duyên. Puis, Giác Duyên envoie Kiều chez Madame Bạc pour qu’elle soit en sécurité. Cependant, il s’avère que Madame Bạc dirige une maison de passe et Kiều retombe dans la prostitution. C’est Từ Hải, chef d’une armée révolutionnaire, qui la libère. Ils se marient et règnent ensemble sur un royaume éphémère. Dupée par Hồ Tôn Hiến, Kiều convainc son mari de conclure un accord pacifique avec Hồ. Profitant de la situation, Hồ Tôn Hiến envahie le royaume de Từ Hải qui décède sur le coup. Dévastée, elle se jette dans la rivière Tiền Đường. Une fois de plus, Giác Duyên la sauve.

« Truyện Thúy Kiều », Ngô Tử Cống dịch, Imp. Ngô Tử Hạ, Hà Nội, 1929

Pendant ce temps, Kim Trọng, le premier amour de Kiều, devient fonctionnaire et fournit un logement aux parents de Kiều. Toujours à la recherche de celle-ci, il finit par la trouver avec la nonne Giác Duyên. Kiều retrouve sa famille et son premier amour, mettant ainsi fin au cycle de mauvais karma. Cependant, elle choisit finalement de dévouer sa vie à servir sa famille comme l’exige la piété filiale et conclut un amour platonique avec Kim Trọng.

L’intrigue fait allusion aux circonstances politiques et sociales troublées du Vietnam au XVIIIe siècle. Des critiques littéraires affirment que le thème de l’histoire est une allégorie de la culpabilité de Nguyễn Du ; car il a accepté de travailler pour la dynastie Nguyễn indirectement responsable du renversement de son ancien maître. Sa décision est contraire aux valeurs confucéennes traditionnelles qui exigent la fidélité au roi comme la piété filiale.

Sur le plan thématique, Kiều témoigne d’une exploration par Nguyễn Du de la doctrine bouddhiste, de la rétribution du karma pour les péchés individuels et exprime le conflit intérieur de l’auteur et son profond humanisme.

Les particularités du texte de Kiều

La poétique

Le poème Kiều est composé de 3254 vers en lục bát [six-huit]. Cette versification trouve son origine dans la littérature folklorique orale, est appréciée par les Vietnamiens de toutes les classes sociales et de tout âge.

Le lục bát se présente comme une alternance de vers de 6 et de 8 pieds. Les rimes sont agencées de façon très précise. Le système des rimes commence par le vers de 6 pieds, dont le dernier pied rime avec le 6e pied du vers suivant (de 8 pieds), puis le 8e pied de ce vers rime avec le dernier pied du vers de 6 pieds suivant et ainsi de suite. Par exemple :

Le lục bát est, en plus, soumis à la règle appelée bằng-trắc. En effet, le vietnamien standard possède six tons, lesquels se divisent en deux groupes d’intonation : les tons pleins (bằng) et les tons obliques (trắc). La règle bằng-trắc impose de placer ces deux catégories selon un ordre précis. Par exemple :

L’application rigoureuse de ces deux règles et leur combinaison forment une mélodie harmonieuse et une musicalité caractéristique du poème Kiều. Cette beauté musicale a imprégné à jamais le sens créatif des Vietnamiens sous différentes formes artistiques. La musique traditionnelle vietnamienne connaît, par exemple, un genre de chant à part entière, servant seulement à chanter Kiều, appelé lẩy Kiều, ou ngâm bồng mạc. La BnF conserve aujourd’hui un enregistrement sonore « Au palais Ngưu Bích[1] », chanté par l’artiste Kim Chi lors de l’Exposition coloniale internationale de Paris de 1931. Cet enregistrement est disponible sur le site Gallica de la Bibliothèque.

C’est ainsi que Nguyễn Du a réussi à s’inspirer d’une histoire chinoise pour en faire une œuvre poétique proprement vietnamienne en mettant en valeur toute la beauté de la langue parlée, héritée de la littérature folklorique millénaire.

 Les versions en nôm et en quốc ngữ

L’Histoire de Kiều est inséparable de celle de l’écriture nôm. On peut même dire que Kiều est l’apogée de la littérature en nôm qui a existé seulement pendant deux siècles, XVIIIe et XIXe.

 Voyons d’abord ce qu’est le nôm. Il s’agit d’un système d’écriture basé sur des caractères chinois modifiés et transformés par les Vietnamiens pour transcrire leur langue parlée. Le plus ancien écrit utilisant des caractères nôm est une inscription sur une stèle datée de 1209, érigée à la pagode Báo Ân (province de Vĩnh Phúc). Mais cette écriture n’est plus guère utilisée au Vietnam dès la première décennie du XXe siècle. Les derniers concours de la Cour impériale du Vietnam sont abolis au début de ce même siècle, marquant la fin de l’usage des idéogrammes (le chinois et le nôm). L’écriture romanisée, le quốc ngữ prend leur place et devient l’écriture nationale jusqu’à nos jours.

 L’histoire des textes de Kiều est un sujet passionnant et inépuisable, parce qu’il n’existe pas de texte unique et définitif de Kiều ! L’œuvre n’est initialement parue que sous forme d’impression xylographique (depuis la gravure sur bois), puis recopiés à la main sur papier par les lettrés. Les variantes de Kiều sont multiples : on compte aujourd’hui 23 variantes xylographiques et environ 70 variantes en caractères nôm (xylographiques et copies sur papier). A l’apparition du quoc ngu, les variantes de Kieu en nôm sont transcrites en cette écriture et largement diffusées dans la population.

 A la BnF, le département Littérature et Art conserve environ 200 éditions de textes et d’adaptation de Kiều en théâtre chantant (tuồng, cải lương), en roman, en prose imprimés en vietnamien moderne, la plupart provient du Dépôt légal indochinois. En particulier, le département détient l’édition Kim Vân Kiều tân truyện, publié et traduit en français par Abel des Michels (3 vol. 1884-1885). Ce n’est non seulement la première traduction de Kiều en français mais aussi une édition rare en trilingue : traduction française et transcription en quốc ngữ sont imprimées et disposées en regard. Ces versions sont suivies de texte en nôm écrit à la plume métallique.

 Parmi 23 éditions xylographiques mentionnées plus haut, le département des Manuscrits conserve aujourd’hui 3 variantes xylographiques du poème (sous cote Vietnamien B), dont 2 sont numérisés (Vietnamien B 104, Vietnamien B 109) et disponibles dans Gallica. 4 autres documents xylographiques numérisés sont des adaptations en recueil de poèmes, en prose et des essais de critique sur Kiều.

 Par curiosité, regardons deux variantes Vietnamien B 104  et Vietnamien B 109. Nous trouvons que les mêmes mots « trải » [traverser] et « trông » [voir] sont écrits de manière différente. De plus, le 5e caractère des 4e vers, nous avons deux caractères portant deux significations distinctes : « đã » – état, action révolue, « mà » – conséquence.

Les variantes de Kiều révèlent un phénomène courant de dérivation de textes en textes de l’écriture nôm ; comme on dit en vietnamien : tam sao thất bản – après 3 variantes, l’authenticité se perd. En effet, malgré son usage de plus en plus répandu, la formation du nôm n’est jamais unifiée : elle reste relativement incertaine et diversifiée selon les régions et les époques. Cet état de fait provoque de nombreuses difficultés de lecture. À chaque fois qu’il rencontre un mot inconnu en nôm, le lecteur a tendance à déduire son sens d’après le contexte ou à en chercher un synonyme dans le texte. Quand le texte est recopié, de nombreux caractères sont par conséquent modifiés selon l’interprétation du copiste. Par ailleurs, les planches en bois souffrent des conditions climatiques et se déforment ; les caractères gravés s’usent avec le temps. Cela explique le phénomène des variantes et les erreurs dans la poésie en nôm en général, et dans le cas de Kiều en particulier. Avec l’avènement du quốc ngữ – au début du XXe siècle, les versions orales de Kiều sont désormais retranscrites sur papier, imprimées massivement en brochures pour être vendues largement au sein de la population. L’excès de commercialisation pendant les années 1920-1930 fait que la reproduction de Kiều en quốc ngữ n’est ni vérifiée ni maîtrisée. Ceci augmente les variantes du texte.

Cependant, les variantes et multiples adaptations de Kiều sont loin d’être une perte d’authenticité. Au contraire, l’interprétation et la participation des lecteurs, des copistes, des transcripteurs, des graveurs populaires contribuent à enrichir le texte de Kiều. Il est non seulement l’œuvre du poète Nguyễn Du mais aussi une œuvre collective des Vietnamiens.

Pour conclure, citons Nguyễn Huệ Chi dans son article « Nguyễn Du, sa vie et son œuvre », in Revue Littérature, publié en novembre 1966.

 « Nguyễn Du est un poète éminent, un maître de différents styles de poésie classique. Il a écrit des poèmes exceptionnels dans chacun des styles. Cependant, son plus grand talent est sa capacité à composer en Nôm, ce que prouve le poème Truyện Kiều. En utilisant le style des versets de 6-8 pieds, Nguyễn Du transforme un roman en prose en poème. Dans ce cadre, les réalités et les émotions sont exprimées de manière sophistiquée. Les lecteurs peuvent entendre le son de la vie, voir les couleurs de la nature, ressentir toutes les nuances de la complexité humaine. Et parmi tous ces sons, couleurs, nuances… Nguyễn Du apparaît avec son cœur éprouvé, débordant d’amour et brûlant de colère. Ce sont les caractéristiques les plus uniques et les plus positives de ses œuvres. Ils apportent une vitalité particulière à tous ses poèmes… »


Voir aussi

Conférence directe « Hommage à Nguyễn Du (1765-1820), maître de la poésie vietnamienne« , série « BnF dans mon salon« , 14 décembre 2020.

Bibliographie sélective de Nguyễn Du (1765-1820)

Fiche de référence de Nguyễn Du à la BnF


[1] Début du roman, quand Kieu découvre que Ma Giam Sinh l’a vendu à Tu Ba pour la prostitution. Elle voulait se suicider. Tu Ba l’emprisonne au Palais Nguu Bich pour la calmer.


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search