L’écriture romanesque : une projection spatiotemporelle chez CUNG Giũ Nguyên (1909-2008)

de Van Quang PHAM

Faculté de Lettres françaises, USSH-Université nationale du Vietnam à HCM-Ville, Vietnam

quangpv@hcmussh.edu.vn

Qu’est-ce que je fais ? je saute, je marche, je nage, je foule, je piétine ; mon vocabulaire devient inadéquat, aucun mot ne correspond plus à la complexe et fugace réalité, aucun mot ne garde sa signification privilégiée qui lui donne l’unicité, l’efficience ou la beauté à moins que le mot ne dénote le confus, le vague, le vide, le non-sens, l’anti-mot, le pré-mot, le non-mot, l’a-mot, les maux (Cung Giu Nguyen, Le Boujoum).


Que peut-on écrire de l’écrivain francophone vietnamien Cung Giu Nguyen au moment où l’espace de la réception de son œuvre semble toujours se mettre en question et que cette “fortune” créatrice en tant qu’empreinte du temps risque d’être oubliée sur cette ancienne péninsule indochinoise ?

Telle est la question qui soulève notre attention particulière à l’égard de la trajectoire littéraire de Cung Giu Nguyen, une des grandes figures de la littérature vietnamienne d’expression française. En effet, mis en contact avec ses œuvres depuis presque une décennie, nous rendons compte en partie des tribulations éprouvées par l’écrivain en tant que sujet social et sujet de l’écriture qui connaissait si tôt un état d’exil intérieur. Aussi l’interrogation précitée pourrait-elle nous amener à une double constatation : soit l’image de l’écrivain disparaîtrait sur la scène de la littérature nationale, tel que son personnage d’Amdo dans Le Boujoum que nous voyons dans l’extrait ci-dessus, avec un sentiment de doute de son existence et du langage qui n’est plus pour lui pertinent dans la communication ; soit cette interrogation inaugurait un nouvel horizon permettant d’ébaucher le portrait le plus visible possible de notre écrivain francophone, ce qui dépend bien évidemment du monde des critiques et des institutions littéraires nationales.

Nous sommes, pour notre part, persuadé que les lecteurs prétendant défendre et promouvoir des valeurs patrimoniales des œuvres créatrices souhaiteraient que le soleil luise toujours à l’horizon lointain de l’ancienne Indochine et que l’image de l’écrivain s’inscrive de plus en plus profondément dans l’esprit du public de son pays et du monde. D’autant plus que notre romancier prouve sans cesse sa foi en l’art par le moyen duquel il invente sa propre voie, il s’est efforcé de donner à la vie une signification, surtout au moment où sa communauté est confrontée à des problèmes politiques et sociaux implacables.

Malédiction collective et individuelle : de la réalité à l’écriture

À la lecture d’une œuvre romanesque de Cung Giu Nguyen, ce qui nous frappe particulièrement, c’est que l’auteur y évoque habilement une spatio-temporalité avec ses caractéristiques redoutables, précaires et opaques. Mais sur le plan fictif, comment peut-on expérimenter cette spatio-temporalité aussi opaque et fugace ?  Sans doute fallait-il vivre assez longtemps pour pouvoir ressentir et saisir cette fugacité de l’espace existentiel et du temps solitairement éprouvant. Plus que tout autre, Cung Giu Nguyen se révèle capable de pénétrer ce domaine au point qu’il a passé tout un siècle pour méditer sur son existence et pour observer le courant de la société en se sentant entouré d’une atmosphère, paradoxalement, familière et inaccessible. Cette situation antagoniste vécue est de nouveau constatée dans une lettre de Raoul Serène, un ami de l’écrivain, à propos du roman Le Boujoum : “Probablement, je vois justement que l’auteur se promenait dans son âme et qu’il vivait dans une circonstance quasiment inconnue tout en cherchant à se transcender” (Cung Giu Nguyen, 1994, p. VII) (Je traduis).

Lire la suite : ecriture-romanesque-de-cung-giu-nguyen_pham-van-quang


Droits d’auteur

Licence Creative Commons


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/04/2017

    […] L’écriture romanesque : une projection spatiotemporelle chez CUNG Giũ Nguyên (1909-2008) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.