De la littérature à la culture : échanges franco-vietnamiens

par NGUYEN Giang-Huong

Conférence au Centre de langues de l’Université Bordeaux Montaigne (CLBM) rattaché à l’UFR Langues et civilisations et l’association Liên Viêt, réseau culturel France & Vietnam le 28 février 2022.

La France et le Vietnam ont une histoire commune depuis le XVIIe siècle. Le premier dictionnaire vietnamiend’Alexandre de Rhodes (1591-1660) a marqué la naissance de l’écriture romanisée, le quốc ngữ, utilisé comme écriture nationale officielle. Aussi est née la littérature en quốc ngữ depuis l’époque coloniale et se poursuit-elle jusqu’à nos jours. Parallèlement à l’évolution de cette littérature, la littérature vietnamienne d’expression française s’est développée. Ces deux littératures, indissociables, relèvent des histoires imbriquées du Vietnam et de la France, de la naissance d’une anthropologie ou d’une ethnologie ou d’une linguistique du sud-est asiatique. Aujourd’hui, le Vietnam traverse une phase de son histoire académique où se fait sentir d’autant plus la nécessité de construire de nouveaux cadres aux études philosophiques, littéraires et historiques.

Je souhaiterais, dans cette conférence, aborder l’influence de la littérature française dans une période de mutation de la société vietnamienne durant le XXe siècle. Ceci permettrait de revenir sur la chronologie historique des relations franco-vietnamiennes qui nous amène à l’actualité et aux opportunités de coopération franco-vietnamienne qui perdure et se redynamise continuellement.

Le contexte historique

Les relations franco-vietnamiennes commencent avec la mission d’Alexandre de Rhodes (1591-1660).

Alexandre de Rhodes (1591-1660)

En décembre 1624, il embarque de Macao pour le port de Hội An (Faïfo), et organise l’évangélisation catholique, première implantation européenne dans la péninsule. Il est retourné en Europe avec le premier dictionnaire de la langue vietnamienne, Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum, publié à Rome en 1651. Ce dictionnaire est un élément important dans l’histoire culturelle du Vietnam parce qu’il marque la naissance de l’écriture romanisée, le quốc ngữ utilisé comme écriture nationale jusqu’à présent.

Différents commerçants visitent le Vietnam au cours du XVIIIe siècle, jusqu’à la plus grande implication des forces militaires françaises dans l’aide à l’établissement de la dynastie Nguyễn sous l’impulsion de Pierre Pigneau de Behaine (1741-1799) entre 1787 et 1789. Cet évèque d’Adran y joue un rôle déterminant qui débouche en 1787 sur un traité entre Louis XVI et le futur empereur Gia Long – Nguyễn Ánh. Le royaume de France s’engage à aider Nguyễn Ánh à remonter sur le trône. En échange, elle obtient le port de Tourane (l’actuelle Da Nang), l’île de Poulo Condor et surtout le commerce exclusif avec la France.

Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum (1651)

Dictionarium Annamiticum Lusitanum et Latinum (1651)

Nguyễn Ánh retrouve son trône en 1802. Quant à la France, après avoir perdu ses possessions en Inde entre 1757 et 1761, elle souhaitait reconstituer un espace colonial en Asie : déjà sous Louis XV, puis Louis XVI était dessiné le projet de constituer une Indochine française. Au Dai Viet, le successeur de Nguyen Anh, Tự Đức (1829-1883) persécute les chrétiens, fournit alors un prétexte à l’intervention franco-espagnole de 1858.

Plusieurs étapes jalonnent l’installation de la France et la constitution de l’Indochine française. Le 5 juin 1862, le traité de Saïgon est signé par les empires français et annamite : la France annexe la Cochinchine. Le traité de Hue en 1883 fait du Tonkin et de l’Annam des protectorats français.

Ce changement politique mène à une évolution dans l’ordre du symbolique. Le Vietnam amorce une période de rupture et de transition vers une nouvelle identité nationale. La colonisation modifie progressivement la structure de la société vietnamienne traditionnelle. Elle produit une culture coloniale calquée sur la culture métropolitaine. Mais cette culture coloniale va être contrecarrée par l’ancien système symbolique confucéen millénaire. La langue française, outil du gouvernement des autorités coloniales, doit faire face à une concurrence avec un autre vecteur de modernité apporté par les Européens eux-mêmes, le quốc ngữ. La « concurrence » apporte aussi un enrichissement : le Vietnam devient un espace de transferts culturels intéressant à examiner.

La littérature vietnamienne : une histoire des transferts culturels

La littérature vietnamienne de langue française, fruit direct de la colonisation française en Indochine, n’est pas une adhésion à la culture du colonisateur mais une tentative de retourner contre lui une tradition littéraire française héritée des Lumières. Elle contraint à se poser au plus haut degré la question de savoir ce qu’est une littérature nationale puisqu’elle n’utilise pas la langue vietnamienne. Cette langue a elle-même renoncé aux sinogrammes au profit de caractères latins jusqu’à l’époque contemporaine. Mais avant d’observer cette littérature, examinons d’abord l’histoire de la langue et la littérature en vietnamien.

Le quoc ngu et la littérature en vietnamien

Avant la colonisation française, la littérature écrite vietnamienne avait acquis une grande richesse durant dix siècles. Cette littérature se caractérise particulièrement par la coexistence de deux catégories de production littéraire en caractères hán et nôm : une première voit le jour en tant qu’écriture chinoise classique, le hán ; puis suit une autre littérature, de langue vietnamienne, en caractère nôm qui, bien évidemment reste sous l’influence de la première et, dans les premiers temps, en respecte les modèles.

La clé du quoc ngu
Source : www.gallica.bnf.fr

Entre 1900 et 1920, l’écriture romanisée, le quốc ngữ, est vulgarisée pour se substituer définitivement au système d’écriture traditionnel de la langue vietnamienne, le nôm et le hán. Sa naissance est affirmée dans les faits par la parution du premier dictionnaire de la langue vietnamienne du père jésuite Alexandre de Rhodes. Il est destiné initialement à diffuser les Évangiles et les catéchismes. Ce n’est qu’à partir de l’occupation française en Cochinchine que cette écriture est popularisée par des lettrés vietnamiens, devenus catholiques, proches des administrateurs français. Le quốc ngữ est ensuite introduit dans l’école franco-indigène, comme un outil intermédiaire permettant à la fois de familiariser les Vietnamiens à une approche « visuelle » de la langue française et de faciliter l’apprentissage du vietnamien par les Européens.

Face à l’influence simultanée des deux grandes cultures étrangères, chinoise et française, les élites vietnamiennes, traditionnalistes comme réformistes, se trouvent devant la nécessité de trouver un chemin propre en inventant une nouvelle culture, une nouvelle littérature. Pour ce faire, il est nécessaire de fixer une langue nationale, la perfectionner et répandre largement son usage dans la population. Le quốc ngữ remplit cette fonction et devient un moyen indispensable pour refonder l’identité nationale et instaurer les conditions de l’indépendance intellectuelle du peuple vietnamien.

Le développement de l’imprimerie moderne, qui à la fois diffuse et symbolise des idées nouvelles, accompagne une très profonde transformation des mentalités. L’impression en quốc ngữ connaît un premier essor avant la première Guerre mondiale. Les études et les travaux sur la langue vietnamienne et l’écriture romanisée se multiplient soudainement. La parution du premier journal en écriture vietnamienne romanisée, le Gia Định báo [Journal de Cochinchine] dirigé par Trương Vĩnh Ký en 1865 marque le passage du cadre scolaire à l’usage généralisé du quốc ngữ.

Truong Vinh Ky (1837-1898)

Trương Vĩnh Ký (1837-1898) aussi nommé Pétrus Jean Baptiste Trương Vĩnh Ký ou simplement Pétrus Ky, est un érudit catholique vietnamien, professeur au collège des interprètes de Saigon. À l’instar d’Alexandre de Rhodes, il est le vrai instigateur de la latinisation de l’écriture vietnamienne. Il est auteur de nombreux ouvrages historiques, didactiques, linguistiques et de traductions des classiques chinois, par exemple Abrégé de grammaire annamite, Dictionnaire français-annamite, Kim Van Kieu transcrit en quốc ngữ, etc.

Mais, il faut attendre le début du XXe siècle pour que se produise un véritable mouvement de renaissance de cette écriture, laquelle débute par le mouvement lettré patriotique “École de la juste cause”, l’école libre du Tonkin de 1907. À l’instar de l’ouverture vers le monde extérieur et de la modernisation au Japon depuis l’ère Meiji[1], un groupe de lettrés modernistes et patriotes, parmi lesquels Lương Văn Can (1854-1927), Nguyễn Quyền (1869-1941), Phan Bội Châu (1867-1940), Phan Châu Trinh (1872-1926), crée l’école Đông Kinh Nghĩa Thục à Hanoi en mars 1907 avec l’ambition de réaliser une véritable rénovation de la pensée au Vietnam tout en éveillant de façon profonde le sentiment patriotique du peuple, l’objectif ultime étant de libérer le pays par la voie non violente. L’école dispense un enseignement populaire gratuit avec des cours en chinois, en français et en quốc ngữ, tout en attachant une importance particulière au dernier.

Phan Boi Chau (1867-1940)

Phan Bội Châu (1867-1940) est un indépendantiste vietnamien, principale figure du nationalisme vietnamien au début du XXe siècle. D’abord monarchiste et allié au prince Cường Để, il devient républicain sous l’influence de Sun Yat-sen. En 1925, il est arrêté sur dénonciation à Shanghai par des agents de la « Sûreté » française et ramené en Indochine française où il est jugé et condamné, avant d’être gracié par le gouverneur Alexandre Varenne et placé en résidence surveillée à Hué, où il meurt en 1940.

Phan Chau Trinh (1872-1926)

Né à Tay Loc en 1872 dans une famille de lettré, Phan Châu Trinh (1872-1926) devient orphelin à l’âge de 13 ans.Son père membre d’une organisation anticolonialiste fut exécuté par ceux-ci car il était suspecté de trahison. Phan Châu Trinh était un opposant à la colonisation française mais préconisait la voie pacifique et de la négociation, à l’inverse Phan Bội Châu lui préconisait la lutte armée. Phan Châu Trinh est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’indépendance du Vietnam au même titre que Phan Boi Chau et Ho Chi Minh.

L’écriture romanisée devient officielle après l’abolition des concours mandarinaux en 1919 et le remplacement du chinois par le français et le vietnamien dans l’enseignement.

Elle se développe pour devenir d’abord un moyen de communication de masse et, progressivement, une langue littéraire, notamment avec la parution des deux revues Đông Dương [Revue Indochinoise[2]] (1913-1919) et Nam Phong [Vent du Sud] (1917-1934). Les objectifs de la revue Đông Dương sont d’adopter des idées occidentales et de lutter contre les principes traditionnels pour établir une nouvelle culture moderniste. Un nombre important de traductions de grands auteurs français, tels que La Fontaine, Molière, Rabelais, Balzac, ou chinois comme Liezi[3], Mozi[4], Han Feizi[5]paraissent alors dans la revue. La revue présente également des articles scientifiques, didactiques, philosophiques et des écrits d’ordre littéraire. À travers la revue Đông Dương, le quốc ngữ s’enrichit d’une multitude de vocables nouveaux, s’affine avec une syntaxe plus cohérente et plus fluide, arrive à exprimer les nuances plus délicates de la pensée et du sentiment.

Portrait de Nguyễn Văn Vĩnh
Source : Nguyen Van Vinh (1882-1936)
Source : Mémoires d’Indochine (hypotheses.org)

Nguyễn Văn Vĩnh (1882 -1936) est journaliste, écrivain et traducteur. Élève du collège des Interprètes du Tonkin où il sort premier de sa promotion à l’âge de 14 ans. C’est un des rares francophones qui traduit à la fois du français vers le vietnamien et vice versa. Il a traduit le grand classique Kim Vân Kiêu en français et de nombreux auteurs français en vietnamien, tels que Fables de La Fontaine, Les contes de Charles Perrault, Manon Lescaut d’Abbé Prévost, Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, Les Misérables de Victor Hugo, La peau de chagrin de Balzac, L’avare de Molière, etc.

La parution de la revue Nam Phong, prenant la relève de la revue Đông Dương, apporte une contribution plus large et plus profonde au développement de la langue vietnamienne. Le groupe de Nam Phong revendique deux objectifs : « forger une langue nationale[6] » et « répandre la langue nationale[7] ». Le rédacteur en chef Phạm Quỳnh et ses collaborateurs proposent donc de « forger » le vietnamien tout en recourant aux dérivations du chinois ou aux emprunts au français. Les efforts nécessaires pour diffuser la langue vietnamienne écrite se manifestent dans de nombreux articles qui sont autant d’essais sur la confrontation des deux civilisations de l’Extrême-Orient et de l’Occident, dans de vives critiques et de violents débats sur la langue et la littérature en particulier et l’évolution culturelle et intellectuelle du Vietnam en général.

Pham Quynh (1892-1945)
Source : L’Association des Amis du Vieux Huế (aavh.org)

Pham Quynh (1892-1945) est écrivain et homme politique. Ses études le mènent à l’école des interprètes de Hanoï dont il sort premier de sa promotion (1908). A la veille de la Première Guerre mondiale, il démarre sa carrière professionnelle dans le journalisme. Traducteur de Descartes, Corneille, Maupassant, il favorisa le rayonnement de la pensée occidentale dans son pays.

Après l’apparition et le succès de la revue Nam Phong, le Vietnam dans l’ensemble de ses trois « pays » Tonkin, Annam, Cochinchine, connaît une période d’éclosion de la presse avec la naissance de nombres nouveaux titres[8]. La fondation de multiples maisons d’édition fait éclore de nombreux cénacles littéraires dans les trois régions[9].

Il s’agit donc d’une période de foisonnement caractérisée par de vastes mouvements de traduction et par des créations littéraires. Tout ceci favorise la naissance et le développement de la littérature vietnamienne moderne. Le vietnamien, enrichi et sans cesse perfectionné par l’évolution intellectuelle portée par les élites du pays, acquiert alors une suprématie définitive par rapport au chinois et au français pour devenir la langue littéraire et la langue nationale du Vietnam.

La littérature vietnamienne francophone

Malgré l’avènement du quốc ngữ, dans l’Indochine coloniale, le français apparaît comme une langue supérieure, comme une source de savoir et, bien sûr, comme la condition nécessaire de toute ascension sociale. Ceux qui maîtrisent bien le français sont considérés comme des personnes cultivées, dignes de s’adresser au public. Celui-ci est constitué avant tout d’un public vietnamien, alphabétisé en français ou bilingue. C’est à ce public que s’adressent les efforts faits par ces nouveaux écrivains pour vulgariser les nouvelles connaissances et pour construire une nouvelle identité nationale à travers la littérature.

Hồn bướm mơ tiên de Khái Hưng

En réponse à la coexistence culturelle dans ce contexte colonial, le thème majeur de la littérature vietnamienne dans les deux langues d’expression est la confrontation entre tradition et modernité : l’affrontement entre les deux systèmes de valeurs extrême-orientale et occidentale, et les conflits de générations entre les lettrés de type confucéen et les jeunes intellectuels issus des écoles coloniales.

L’influence du romantisme français est aussi prégnante dans les romans vietnamiens francophones que dans les romans en quốc ngữ. L’affirmation de l’individu, tout particulièrement dans les thématiques amoureuses, qui mettent en scène très concrètement la question de l’émancipation, est l’un des apports importants de la pensée occidentale à la vie sentimentale vietnamienne. Le thème de l’amour devient un thème privilégié de la littérature vietnamienne moderne : il est exploré dans de multiples scénarios qui vont du modèle de l’histoire d’amour impossible amenant les personnages à se résigner à la souffrance,  jusqu’à la révolte ouverte et déterminée de la jeune génération qui veut vivre et aimer comme elle le ressent (génération du Tự lực văn đoàn (« Groupe littéraire autonome ») des années 1930). Ce sujet de l’amour est abordé de la même manière par les premiers romans vietnamiens francophones tels que : En s’écartant des ancêtres (1939) de Trịnh Thục Oanh et de Marguerite Triaire, Vingt Ans (1940) de Nguyễn Đức Giảng, Le Roman de mademoiselle Lys (1921) de Nguyễn Phan Long, Bach Yên ou la fille au cœur fidèle (1946) de Trần Văn Tùng.

La distinction entre la littérature en français et celle en quốc ngữ de la même période tient au souci, dans les écrits en français, du dialogue des cultures, comme en témoignent Le Roman de mademoiselle LysBach-Yên ou la fille au cœur fidèle ou Vingt Ans. Pour leur part, les auteurs en quốc ngữ tendent plutôt vers une quête de l’identité nationale et s’investissent dans le travail de la forme et du style pour enrichir la nouvelle « écriture nationale » et créer un véritable espace littéraire dans le pays.

Annonces de parution : Frères de sang (1946) de Pham Van Ky

À partir de 1940, le groupe d’écrivains francophones s’écarte petit à petit de l’espace littéraire vietnamien, à l’exception de Hoàng Xuân Nhị et Cung Giũ Nguyên qui sont restés au Vietnam jusqu’à la fin de leur vie. L’éloignement géographique des auteurs francophones par rapport à leur pays natal suscite un écart thématique entre l’écriture en français et la littérature en quốc ngữ. L’exil choisi par la majorité des écrivains vietnamiens francophones génère une problématique de l’entre-deux, des thématiques qui évoquent le déchirement entre le pays d’origine et le pays d’accueil. Leurs romans, notamment ceux de Phạm Văn Ký ou de Phạm Duy Khiêm, développent le thème de la confrontation del’Extrême-Orient-Occident et de la difficile acculturation.

Anna Moï

À partir de ce thème majeur, deux motifs sous-jacents sont récurrents : l’union amoureuse mixte et le retour au pays natal tant qu’ils sont des occasions d’expériences intenses et difficiles et qu’ils témoignent directement du déchirement identitaire. Le thème du couple mixte dans Bà-Dầm (1930) de Trương Đình Tri et Albert de Teneuille, Heou-Tâm (1942) de Hoàng Xuân Nhị, Nam et Sylvie (1957) de Phạm Duy Khiêm se présente comme une métaphore des conflits culturels et de la difficile, voire impossible conciliation entre deux systèmes de pensées. Le thème du retour au pays natal dans Frères de sang (1947) de Phạm Văn Ký ou dans Le fils de la baleine de Cung Giu Nguyen représente, par exemple, un véritable défi de double déracinement du protagoniste. Il ressent le fait d’être toujours étranger en France malgré tous ses efforts d’acculturation, mais est complètement bouleversé quand il retourne dans son pays natal où il se sent plus dépaysé encore que dans le pays d’accueil.

Hoai Huong Nguyen

Le thème de l’individualité reste toujours d’actualité au-delà de 1945. La question de l’existence individuelle face aux principes impersonnels du confucianisme se manifeste à travers la lutte de l’individu pour son amour, pour les valeurs morales issues de la culture française qu’il adopte ou plus généralement pour son propre choix de vision du monde. Les romans de Cung Giũ Nguyên et de Lý Thu Hồ témoignent en effet des conditions d’existence de l’individu face aux conflits et aux luttes idéologiques dans le contexte mouvementé du Vietnam de la seconde moitié du XXe siècle.

A partir des années 1980, un nouveau souffle s’élève principalement avec des voix féminines : Kim Lefèvre, Anna Moï, Linda Lê, Duong Thu Huong ou encore Kim Thúy privilégient le thème de l’exil en relatant leurs souvenirs du Vietnam, leur expérience de la guerre 1955-1975 et aussi le sentiment d’une différence identitaire intime.Aujourd’hui, des écrivains d’origine vietnamienne ou ayant un lien de parenté avec le Vietnam (par exemple Tran Minh Huy, Doan Bui, Hoai Huong Nguyen et autres) se servent de l’histoire et des traditions transmises par leurs ascendants comme une source d’inspiration.

Relations franco-vietnamiennes : dynamisme et actualités

Une histoire réciproque

Une des premières caractéristiques de la relation franco-vietnamienne est qu’elle concerne deux cultures très éloignées dans l’espace. Cela explique l’existence abondante de récits d’exploration et de conquête, d’imaginaires coloniaux, d’expériences des missionnaires. On en dresse des cartes de plus en plus précises non seulement pour l’apprentissage du peuple soumis pour mieux les contrôler, mais aussi pour l’appétit de savoir ethnographique, linguistique, archéologique. Comprendre le Vietnam, c’était comprendre l’Asie.

Au-delà de la littérature exposée supra, la tradition vietnamienne est riche de formes esthétiques, artisanat populaire, costumes, chants, rituels et fêtes que les visiteurs ont décrites et parfois dessinées ou photographiées. Ces formes ne sont pas aléatoires mais renvoient à un système de pensée complexe lié à la religion ou plutôt aux religions présentes au Vietnam dans un singulier syncrétisme : le bouddhisme du Grand véhicule, la religion bouddhiste Hòa Hảo, le caodaïsme, le taoïsme, le confucianisme et aussi le catholicisme. Il faut souligner également la contribution des philosophes ou théoriciens vietnamiens à des formes de pensée philosophique plus occidentale que l’on pense au marxisme vietnamien, aux tentatives d’adapter la phénoménologie ou l’existentialisme à un nouveau contexte.

“Voyage en Annam” dans Le Monde illustré, le 27 mai 1899.

Les relations franco-vietnamiennes s’entendent aussi par la vulgarisation de la science occidentale dans les premiers temps de la colonisation à travers des textes destinés à un large public. On doit aussi accorder une grande attention à tous les écrits de savants français ou vietnamiens autour de l’EFEO, de l’université de Hanoi, des lycées de Hanoi ou de Saigon. Ces institutions ont non seulement étudié le passé du pays mais ont, dans cette activité scientifique conjointe, fondée sur la collaboration avec des informateurs vietnamiens, jeté les bases de l’anthropologie française et d’un orientalisme moderne, davantage tourné vers l’Asie tout en aidant à la formation d’une génération de cadres politiques. Et pas seulement des sciences humaines puisque les instituts Pasteur de Nha Trang et de Hanoi fondés par Alexandre Yersin ont été des lieux fondamentaux de la recherche bactériologique.

Enfin la présence française au Vietnam obéissait certes à des objectifs de politique générale mais aussi à des considérations économiques. Comprendre l’organisation des capitaux (la Banque d’Indochine), la question de l’artisanat vietnamien, l’utilisation de l’hévéa, les investissements industriels en Indochine implique toute une culture économique.Des réglementations, des correspondances, des foires internationales, de vastes entreprises d’infrastructure comme le port de Hải Phòng font de l’histoire économique du Vietnam au XIXe-XXe un chapitre de l’histoire économique européenne.

Actualités

La France a été l’un des premiers pays occidentaux à soutenir la politique de réforme du Vietnam. Elle accompagne le développement et l’ouverture de ce pays depuis plus de vingt ans et y déploie une très forte coopération en matière d’aide au développement. La progression des échanges bilatéraux est d’autant plus soutenue par l’entrée en vigueur le 1er août 2020 de l’accord de libre-échange UE/Vietnam (EVFTA).

Les relations bilatérales, très riches et diversifiées dans tous les secteurs de notre coopération, se nourrissent aussi des liens très denses entre collectivités locales. Le programme de coopération entre la région Nouvelle-Aquitaine et les provinces Lao Cai et Thua Thien Hue au Vietnam est un exemple. Construit de deux anciennes coopérations datant de 2002 et 2003, ce programme a pour objectif de protéger et valoriser de la biodiversité et du patrimoine, d’améliorer des conditions de vie des populations locales, de transférer de compétences, de favoriser des échanges entre les territoires.

La coopération entre la France et le Vietnam est marquée par la diversité des champs investis : culturel, éducatif et linguistique, universitaire, scientifique, santé, gouvernance ou encore coopération décentralisée. La forte densité des opérateurs français présents au Vietnam constitue un atout pour développer la coopération avec notamment l’Agence Française de Développement, deux établissements de l’AEFE (l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger), Expertise France, l’Institut de Recherche et Développement (IRD), le CNRS, l’Agence Nationale de recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et l’École française d’Extrême-Orient (EFEO).

Le secteur éducatif est une composante importante de la relation. Les étudiants vietnamiens sont la 2e communauté étudiante asiatique en France (plus de 7 000 étudiants), premier pays d’accueil au sein de l’Union européenne. La France et le Vietnam ont développé de nombreuses coopérations universitaires et scientifiques, dont l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï (USTH), créée en 2009 par un accord intergouvernemental, et le Centre franco-vietnamien de gestion (CFVG), qui ambitionne de devenir une grande école de commerce en Asie du Sud-Est, sont les meilleurs exemples. Ou encore, le Master Droit international et comparé des affaires (Master 2 dispensé à Hôchiminh ville – Vietnam) à la faculté Droit et Science Politique de l’Université de Bordeaux. Ses objectifs sont de former des spécialistes de droit international des affaires aptes à accompagner, au sein des entreprises du secteur privé et des cabinets d’avocats, les mutations économiques et juridiques au Vietnam, et dans les pays de la région, dans un contexte de mondialisation et d’intégration régionale. Les étudiants inscrits dans ce Master suivront un parcours de deux années, avec une première année à Bordeaux et une deuxième année à Ho Chi Minh Ville au Vietnam qui leur permettront plus tard une bonne insertion professionnelle en France mais aussi en Asie du Sud-Est.

C’est dans ce contexte que la Bibliothèque de France avec sa partenaire la Bibliothèque nationale du Vietnam et les laboratoires de recherche de l’Ecole normale supérieure, fédérés dans l’EUR Translitterae se sont engagés depuis plusieurs années dans une réflexion commune sur un renouveau des études franco-vietnamiennes.

Le programme vietnamien à l’EUR Translitterae – ENS a débuté à l’occasion d’un colloque organisé en 2012 sur le philosophe Trần Đức Thảo – normalien, il est le premier agrégé de philosophie vietnamien et a largement inspiré les philosophes français des années 1950-1960, puis le colloque « Transferts culturels : France-Vietnam-Europe-Asie », a eu lieu en 2014 en partenariat avec la BnF cette fois.

Depuis 2015, une collaboration privilégiée a vu le jour avec l’Ecole Normale Supérieure de Hanoi (Hanoi National University of Education – HNUE). Initiée avec la traduction en vietnamien des actes du colloque sur Trần Đức Thảo par la Maison d’édition de la HNUE, ces échanges impliquent l’invitation de professeurs vietnamiens à l’ENS dans le cadre d’un programme spécifique d’invitations et ont donné lieu à un premier colloque à Hanoi en avril 2018 puis à un ouvrage collectif Hanoi Paris. Un nouvel espace des sciences humaines (2020). Des enseignants chercheurs de l’Ecole normale supérieure vont aussi régulièrement donner des conférences à Hanoi.

Colloque “Echanges culturels franco-vietnamiens” à Hanoi 2018

L’EUR Translitterae a parallèlement engagé sur la question du Vietnam une collaboration avec la BnF qui organise une bibliothèque numérique sur le Vietnam. Cette coopération a permis depuis 2017 l’organisation d’un séminaire régulier à l’ENS, intitulé France-Vietnam : un portail entre les cultures, faisant le point sur les recherches récentes concernant le Vietnam dans les divers domaines des sciences sociales. Les interventions et les informations autour des études vietnamiennes en France sont ensuite publiées dans le carnet de recherche en ligne ayant le même intitulé. « Le carnet France-Vietnam : un portail entre les cultures vise à favoriser la préservation des textes, à relayer les études scientifiques et à établir une veille sur les différentes recherches menées sur les échanges culturels franco-vietnamiens.»

En 2019, le colloque « Un portail entre les cultures : de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes» s’est tenu à l’ENS.

Du côté des bibliothèques, la convention signée par la BNF avec la BNV en août 2016 formalise le projet de créer un site commun d’accès au dépôt légal d’Indochine. Lancé depuis un an, le site France-Vietnam : Bibliothèque des flamboyants met en ligne les éditions vietnamiennes et françaises témoignant de la présence française au Vietnam (1651-1954). Il s’agit de rassembler des documents exceptionnels, témoins des interactions entre la France et le Vietnam, les rendre accessibles partout et à tous pour mieux les comprendre à la lumière des recherches les plus récentes. Trait d’union entre la mémoire vietnamienne et la mémoire française, le site pourrait servir de point de référence pour une histoire culturelle du Vietnam et surtout de modèle épistémologique pour aborder l’articulation de deux espaces culturels dans une situation coloniale et postcoloniale.

L’enseignement du vietnamien et l’initiation à l’histoire et à la culture du Vietnam est plus que jamais nécessaire pour ces programmes de partenariat qui ne se limitent pas à deux pays, la France et le Vietnam, mais qui promet une perspective internationale entre l’Europe et l’Asie. On connaît depuis plusieurs années la section vietnamienne, au sein du Département Asie du Sud-Est et Pacifique de l’Inalco, qui dispense des cours de langue et de civilisation ainsi que des manifestations scientifiques sur le Vietnam. Le département d’anthropologie de l’Université d’Aix-Marseille, délivre des cours d’anthropologie à tous les niveaux universitaires. Les enseignements portent également sur les sociétés et les cultures d’Asie, d’Asie du Sud-Est et du Pacifique. Mais aussi à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, le Diplôme universitaire « Tremplin pour le Vietnam : initiation à l’histoire, à la langue et à la culture vietnamiennes » créé depuis 2019 offre à ses étudiants des connaissances pluridisciplinaires, pratiques, et utiles à la compréhension du Vietnam d’aujourd’hui. Je me suis réjouie de connaître le Centre de langues Bordeaux Montaigne qui donne aussi des cours de vietnamien à tout public intéressé et qui focalis sur les compétences socio-linguistique, pragmatique, linguistique et aussi la compétence culturelle. J’espère que mon intervention accompagnera le CLBM dans ses initiatives pour faire connaître davantage la langue et l’histoire du Vietnam dans ses rapports avec la France.

 

Notes :

[1] Transcription vietnamienne : Minh Trị

[2] À distinguer de la Revue Indochinoise (1893-1925), fondée par François-Henri Schneider et Jules Boissière.

[3] Transcription vietnamienne : Liệt Tử

[4] Transcription vietnamienne : Mặc Tử

[5] Transcription vietnamienne : Hàn Phi Tử

[6] (Le Calloc’h 1985, 10–11)

[7] (ibid.)

[8] tels que Tiếng dân [Voix du peuple] (1927-1943), Phụ nữ thời đàm [Les Chroniques de la femme] (1930-1938), Khoa học phổ thông[Revue de vulgarisation scientifique] (1934-1942), Khoa học tạp chí [Revue des sciences] (1931-1940), et autres?

[9] Au Tonkin, l’éditeur Tân dân édite un grand nombre de romans traduits du chinois ; le Tản Đà thư cục fait paraître des recueils de poésies ; le Cổ kim thư xã et le Việt văn thư xã diffusent des études, des essais littéraires et des ouvrages d’érudition. En Cochinchine, à la même époque paraissent surtout des romans populaires, romans d’aventures et romans policiers traduits du chinois ou écrits par des auteurs vietnamiens. En Annam, le Quan Hải tùng thư édite des ouvrages de vulgarisation et des dictionnaires bilingues.

 

Voir aussi :

France-Vietnam : Bibliothèque des flamboyants

Transliterae : projet Vietnam

Ambassade de France au Vietnam : coopération bilatérale

Centre de Langues Bordeaux Montaigne 

 

Pour citer :

NGUYEN Giang-Huong, "De la littérature à la culture : échanges franco-vietnamiens", conférence à Université Bordeaux Montaigne, le 28 février 2022. URL : https://vietlitfr.hypotheses.org/4025

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

 


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search