Déambuler

Si je devais écrire “déambuler” en vietnamien, j’aurais à assortir quatre syllabes ornementées, au choix, de six tons : neutre, aigu, grave, grave bloqué par un coup de glotte, glissando grave vers l’aigu ou encore glissando neutre vers l’aigu immobilisé par un coup de glotte puis relâché mollement. Le tout peut être aggravé de deux accents, à ne pas confondre avec les tons. Ces utiles enjolivures ont chacune leur personnalité et varient aussi en fonction du locuteur ou de la locutrice. Je ne sais pas si vous me suivez. Je ne sais pas si vous déambulez avec moi. Avec un QI en mathématiques proche de zéro, je serais bien en peine de calculer les multiples de syllabes et de concepts générés par le mot : dé-am-bu-ler.

Si on devait l’écrire en vietnamien. Si on devait écrire quoi que ce soit en vietnamien, langue monosyllabique à tons.
Le vagabondage au milieu de ces quatre syllabes qui changent de sens dès qu’elles changent de ton ou d’accent me projetterait sur une longue route aux mFullSizeRenderultiples déviations. Je marcherais comme les candidats au mandarinat vers le Temple de la Littérature, en ralentissant mes pas au rythme des rencontres, ou comme les marchands ambulants avec leur fardeau de manioc bouilli ou de flan de soja chaud. Ma palanche serait formée de mots agencés de manière fantaisiste, comme l’on assemble le soja avec du sirop de
sucre parfumé au gingembre, le manioc bouilli avec une poignée de bonbons à la banane confite. Des mots inégaux qui déséquilibrereaient les paniers au bout de la palanche. Des mots pour tomber à la renverse et marcher à reculons en broyant du noir aux côtés des âmes errantes, déambulatrices de l’autre monde, amputées de langage ou de sons, et dotées seulement du don de hantise. Des mots à avaler, mâcher ou croquer en déambulant en compagnie de tous ceux qui s’agiteraient autour de moi, seuls ou en famille, souvent chargés eux-mêmes de lourds fardeaux : canards vivants, arbre à cames, arbrisseau, piano à queue, bouquets de nénuphars équeutés.

En français, déambuler signifie simplement : errer sans but précis, selon sa fantaisie.

 


Anna Moï, Le Pays sans nom : déambulations avec Marguerite Duras, Paris, Ed. L’Aube, 2017, p. 11-12.


Droits d’auteur

Licence Creative Commons

 


Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen Chargée de collections en Langues et Littératures d'Asie du Sud-Est Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/03/2017

    […] Lire un extrait : Déambuler […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.